alphabets numéro 5

Download Alphabets numéro 5

Post on 24-Jul-2016

223 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Magazine de l'université Stendhal-Grenoble 3.

TRANSCRIPT

  • Linternationalisation de lenseignement suprieurDes lieux pour apprendre et chercher : les bibliothquesLimaginaire de lhomme augment

    LE MAGAZINE DE LUNIVERSIT STENDHAL - GRENOBLE 3 - N5 - MARS 2007

  • Le magazine de l'universit Stendhal - Grenoble 3 - N5, mars 2007 - Tirage : 7000 exemplaires - Dpt lgal parution - ISSN : 1772-1873.Directeur de la publication : Patrick Chzaud. Directeur de la rdaction : Bernard Roukhomovsky. Responsable ditoriale : Nadia Samba.Ont collabor ce numro : Christian Abry, Karin Busch, Claudine Carluer, Brigitte Combe, Jean-Philippe Devaluez, Alice Dumas, PhilippeHenri, Marie-Dominique Heusse, Monica Masperi, Rita Mazen, Elke Nissen, Patrick Pajon, Nathalie Piol, Christophe Savariaux, CoriandreVilain et les entits suivantes : ADBU, Amd, CRI, Ellug, GIPSA-Lab, Lansad, service culturel, service de la recherche, SICD2, SUAPS, UFRdes Lettres et arts, UFR des Sciences de la communication.Graphisme et ralisation : Service Communication / Julie Bonnot. Fabrication : Imprimerie des Deux Ponts.Crdits photographiques : Universit Stendhal / Brangre Hagy (pour l'ensemble des photographies l'exception de celles qui sontmentionnes ci-aprs), Eric Chamberod (p.19) Amandine Fautrier (p.3 - ski), Nadia Samba (p.1 et 12). Gipsa-Lab / Christophe Savariaux(p.10). Second life / Aaron E. Walsh (p.9). Le printemps des potes (p.5).

    Contact : Universit Stendhal - Grenoble 3 - Service CommunicationBP 25 - 38040 Grenoble cedex 9 - France. Tl. : 04 76 82 43 49 - Ml : service.communication@u-grenoble3.fr

    VeilleC'est une ardente obligation pour l'uni-

    versit que d'tre constamment attentive

    aux volutions qui faonnent et reconfi-

    gurent le monde, celui d'aujourd'hui et,

    dj, celui de demain. Veille exigeante, de

    tous les instants et sur tous les fronts, qui

    est importante parce qu'elle engage :

    il s'agit ni plus ni moins, pour l'universit,

    de donner aux tudiants qu'elle a mission

    de former toutes les chances d'tre

    pleinement acteurs de ce monde-l, le

    vrai. Un monde qui se globalise, on le sait :

    il n'en est que plus urgent de repenser les

    enjeux historiques de l'internationalisa-

    tion de l'enseignement suprieur. Mais les

    frontires gopolitiques ne sont pas

    seules s'estomper. Celles qui ont trop

    longtemps coup le monde universitaire

    de l'univers professionnel ont plus que

    d'autres vocation s'ouvrir : c'est tout

    l'enjeu du dveloppement des filires

    professionnelles, comme l'cole de

    journalisme, ou le Master professionnel

    Diffusion de la culture . Sans oublier

    ces frontires qui s'abolissent sous nos

    yeux, dans nos bibliothques universitai-

    res, entre les supports d'hier et les outils

    d'aujourd'hui, entre les humanits et les

    technologies, entre la tradition et la moder-

    nit.

    Le mot de la rdaction

    Alphabets

    SommaireActualitsUn visa professionnel pour lcole de journalismeDes tudiantes de luniversit Stendhal auxchampionnats du monde !

    FormationLe Master professionnel Diffusion de la culture Amd et le Printemps des potesLinternationalisation de lenseignement suprieur

    RechercheDu rapprentissage de la parole aprs letraitement d'un cancer de la langueLimaginaire de lhomme augment

    Thses

    PerspectivesDes lieux pour apprendre et chercher :le rseau des bibliothques3 questions Marie Dominique Heusse,Prsidente de l'ADBU

    LivresPublications des EllugAutres diteurs

    FocalesLuniversit Stendhal met en place le 1er certificatde comptences en langue arabe

    Agenda

    18

    19

    15

    11

    10

    8

    4

    3

  • Un visa professionnel pour lcole de journalisme

    Actualits

    onstitue et dveloppe au sein delInstitut de la communication etdes mdias (UFR des sciences de la

    communication), lcole de journalismevoit sa reconnaissance professionnellereconduite pour 5 ans.

    Que de chemin parcouru depuis que LuizR. Busato, universitaire et ancien journa-liste, a initi et dfendu avec succs lareconnaissance professionnelle du cursusde formation initiale au journalisme !La russite de ce projet sest construiteautour dun Master, qui, en plus des habi-litations ministrielles courantes, requiertla reconnaissance de toute la profession laquelle il forme.

    Cette reconnaissance professionnelle avaitt acquise la suite d'un avis favorablemis par la Commission paritaire natio-nale de l'emploi des journalistes (CPNEJ)le 2 juin 2003. En procdant, par un cour-rier du 14 dcembre 2006, la reconduc-tion de cette reconnaissance profession-nelle, la CPNEJ confirme le statut dcolede journalisme (terminologie courante

    pour dsigner les formations reconnuespar la profession), ce qui permet ds pr-sent dengager de nouveaux dveloppe-ments. Onze autres coles en France ontaujourdhui ce label.

    Le dfi du dveloppement dune cole dejournalisme a plusieurs dimensions :pdagogique (parce quil faut assurer uneformation au plus haut standard de qualitprofessionnelle), scientifique (parce quilfaut associer sans les amoindrir les aspectsthoriques et professionnels du champ delinformation), institutionnelle (parce quecette profession exige de luniversit unegrande ractivit). Il est ncessaire dedisposer de moyens (studios, machines,logiciels) et de mettre en oeuvre desmodes organisationnels mettant concr-tement en contact direct et constant avecles ralits des professions auxquelles elleforme et cela bien au-del de ce quexi-gent les figures des stages ou des travauxdirigs.Enseignants-chercheurs et journalistessont troitement associs au sein delquipe denseignement et de lquipe de

    direction du Master Journalisme. Unequipe que Claude Didier, journaliste etancien Prsident de la CPNEJ, a accept derejoindre, la demande du Prsident deluniversit, en qualit de conseillerprofessionnel.

    L universit Stendhal compteaujourdhui parmi ses tudiantsune dizaine dathltes de hautniveau, toutes disciplines confondues :rugby, athltisme, danse, ski

    Suivis par le Service universitaire des acti-vits physiques et sportives, ces tudiants,dont le statut particulier est reconnu, bn-ficient de conditions et demplois du tempsamnags. La possibilit leur est ainsi

    donne de poursuivre des tudes parall-lement leur carrire, lment dont lesdiffrentes fdrations, et notamment laFdration franaise de ski soulignentaujourdhui limportance.

    Parmi ces athltes, la jeune skieuse Anne-Sophie Barthet (1re anne de LEA) participaitle mois dernier ses premiers cham-pionnats du monde re en Sude. Grce Jean-Philippe Devaluez, responsable du

    suivi des athltes de haut niveau, ainsi qulengagement de ses enseignants, Anne-Sophie bnficie dune scolarit amna-ge. Cet encadrement spcifique exige deleur part un engagement et un investis-sement hors du commun, mais que lesperformances dAnne-Sophie rcompensentamplement : elle termine en effet 28me lpreuve de slalom et 22me celle du supercombin, sur 40 skieuses au dpart, dont28 seulement sont arrives en bas de lapiste.

    Un petit mot aussi des championnats dumonde universitaires de Turin, qui se sonttenus du 17 au 27 janvier dernier et aux-quels a particip Alice Dumas, skieuse ettudiante en 1re anne de Lettres moder-nes luniversit Stendhal. Elle a termin30me du slalom dames, 29me du gant et18me du super gant.Quant Lucie Gheno, tudiante en 1re

    anne de LEA et snowboardeuse, elle napu participer ces championnats car ellesest malheureusement blesse juste avantde partir.

    Alphabets / 3

    Des tudiantes de luniversit Stendhalaux championnats du monde !

    Alice Dumas, Turin 2007.

    C

  • 4 / Alphabets

    Les objectifs ne sont pas de ceux dont on pourrait dclarersans hsiter quon les a atteints : permettre aux tudiantsdaffiner leur analyse de linformation culturelle et de ses

    enjeux, dans des domaines aussi varis que la littrature, lethtre, la musique, la danse, le cinma ou les arts plastiques ;plus encore, les aider mettre en oeuvre une criturepersonnelle au service de la culture, de la promotion lcriture critique en passant par toutes les formes dediffusion Les deux annes de master ne peuventcertainement pas y suffire. Elles nen sont pas moinsdterminantes pour amener les tudiants prciser leur projetprofessionnel, prendre conscience de leurs aptitudes, deleurs motivations, et pour prparer leur insertion dans lesmtiers de la culture. Demble, le choix a t fait de mettrelaccent sur lengagement personnel dans laction culturelle,sans prtendre au management ni au marketing culturels.

    Si les moyens pour atteindre ces objectifs ont volu au coursde ces trois premires annes, et continueront de le faire, lesprincipes initiaux ont t respects.Les enseignements sont assurs parit par des enseignantset des professionnels de la culture et des mdias. La majeurepartie des valuations se fait par des travaux dapplication surle terrain. Des rencontres rgulires sont organises avec desacteurs de la vie culturelle et artistique (administrateurs desalles de spectacle, directeurs de festivals, directeurs desaffaires culturelles dans les collectivits locales, etc.), quipermettent aux tudiants de se familiariser avec lesproblmatiques de la profession et dtablir des contactspersonnels.Une place importante est rserve aux stages dans desentreprises culturelles, dont un stage technique en rgie, lecursus sachevant par un stage de six mois qui donne lieu lardaction dun mmoire professionnel. Un suivi individualis etrgulier des tudiants est assur, depuis la dfinition du projetprofessionnel et la recherche de stage jusqu lencadrementdans la ralisation du mmoire.

    Une double innovation a vu le jour cette anne. Un atelier deproductions culturelles a t mis en place : sous la directionde professionnels, les tudiants sont placs en situation deproduire une manifestation culturelle lie loprationnationale le