amadou dia, ibrahima - determinants enjeux et perceptions migrations scientifiques 2005

Click here to load reader

Post on 15-Jan-2016

8 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Determinants Enjeux Et Perceptions Migrations

TRANSCRIPT

  • Stichproben. Wiener Zeitschrift fr kritische Afrikastudien Nr. 8/2005, 5. Jg.

    Dterminants, enjeux et perceptions des migrations scientifiques internationales

    africaines: le cas du Sngal1

    Ibrahima Amadou Dia

    Rsume

    Les migrations scientifiques internationales (fuite des cerveaux selon la terminologie courante) deviennent de moins en moins temporaires, concernent divers acteurs (tudiants, experts, scientifiques, techniciens, ) et continuent de soulever un dbat fort controvers quant ses configurations, dynamiques et significations. La question de la fuite des cerveaux reprsente un des dfis majeurs des pays africains dans leur combat pour le dveloppement. Lexode des comptences sexplique par des motivations diverses: recherche de conditions sociales et professionnelles plus valorisantes, besoin de scurit humaine, comptitition internationale sans cesse accrue, politique attractive des pays daccueil, impact de la mondialisation conomique, etc. Cet article essaie de comprendre les perceptions, les dterminants et les enjeux des migrations scientifiques internationales africaines en gnral et sngalaises en particulier. Ce travail analyse les controverses au niveau des grilles de lecture sur les migrations scientifiques, les dterminants et les causes de cette forme de migration. Une partie spciale est consacre la question du lien entre la crise de luniversit sngalaise et et les migrations scientifiques africaines au Sngal. Dans la partie finale, lauteur formule quelques suggestions et recommandations pour une meilleure gestion des migrations scientifiques africaines et sngalaises.

    Introduction

    Considres comme une manifestation de limprialisme, une forme dinvasion de la misre du monde et une des composantes essentielles de la mondialisation conomique, les migrations internationales constituent une proccupation des Etats et des institutions internationales et non gouvernementales. A lheure actuelle, laxe Sud Nord est lune des caractristiques fondamentales des migrations internationales (Nair 1993a,

    1 An earlier version of this article was published in the series "Global Migration Perspective", edited by the Global Commission. http://www.gcim.org/en/ir_gmp.html

  • Stichproben 142

    7-8). Ces dernires engendrent des interdpendances gnratrices dchange ingal, de xnophobie, de replis identitaires mais aussi dopportunits et de brassages divers. Loin dtre un phnomne rcent, les migrations scientifiques sont le produit de lhistoire. La fascination lendroit des personnes dtentrices de savoir et la propension de celles-ci aller dans des terres lointaines sabreuver de sciences et de connaissances nouvelles montrent que () la mobilit des scientifiques et des savants prsente une telle permanence travers les ges, que le phnomne revt un caractre socio -anthropologique que lon peut qualifier duniversel (Gaillard et Gaillard, 1998a). Les migrations scientifiques, concernant divers acteurs (tudiants, scientifiques, techniciens, fonctionnaires, etc ), tendent de plus en plus devenir permanentes, sont difficilement quantifiables et soulvent une forte charge motionnelle . Lidologie dominante des annes 60 et 70 considrait les migrations de comptence comme une forme de pillage des pays du Sud. Celle-ci fut plus ou moins dlaisse vers les annes 80 du fait de limportance des migrations Sud -Sud. Si cette forme de migration tait juge salutaire surtout dans le contexte de la guerre froide o le courant tiers-mondiste prnait un nouvel ordre conomique mondial par un recentrage de la coopration Sud -Sud, trs vite les changements politiques et conomiques mondiaux induits par la mondialisation conomique accenturent les migrations scientifiques (Gaillard et Gaillard, Idem, 1-4). Certes, la fuite des cerveaux naffecte pas uniquement les pays du Sud, il nen demeure pas moins vrai que ses enjeux, ses significations et ses consquences semblent davantage attirer lattention des dcideurs et des spcialistes. Le continent africain semble tre particulirement touch par la fuite des cerveaux au regard des statistiques et des proccupations alarmistes des organisations internationales et des analyses des mdias. Les organisations internationales tirent sur la sonnette dalarme. Elles nhsitent pas considrer les migrations permanentes de cadres qualifis africains comme un des facteurs de marginalisation de lAfrique dans la mondialisation. Lors de la Confrence rgionale de la Commission Economique pour lAfrique des Nations unies (CEA) sur la fuite des cerveaux et le renforcement des capacits en Afrique tenue Addis-Abeba

  • Migrations scientifiques internationales africaines 143

    du 22 au 24 fvrier 2000, les estimations faisaient tat de plus de 60 000 travailleurs hautement qualifis africains (docteurs, enseignants universitaires, ingnieurs, etc.) monnayant leurs comptences ltranger entre 1985 et 1990. Aux proccupations des organisations internationales, sajoutent aussi celles des dcideurs politiques du continent. Au Sngal, les migrations internationales en gnral et des migrations des comptences en particulier reprsentent lheure actuelle un des lments fondamentaux du dbat politique, conomique et social. Un Conseil des ministres spcial sest tenu en 2002 sur la question de la fuite des cerveaux.2 La question des migrations scientifiques soulve toujours un dbat passionn o des relents motionnels, la frquence des lieux communs empchent une connaissance des enjeux et des significations vritables de ce phnomne mme si dimportants progrs ont t accomplis surtout avec lirruption des sciences politiques, de la sociologie, de lanthropologie dans ltude de ce fait migratoire. La question que lon peut se poser est la suivante: les migrations de comptences rpondent-elles une logique de migration temporaire ou une fuite de cerveaux? Cette question pose dautres interrogations: Quels sont les dterminants et les enjeux des migrations scientifiques internationales africaines et sngalaises ? Les migrants qualifis sont-ils inscrits dans une logique de fuite des cerveaux ou de mobilit scientifique internationale, de citoyennet nationale ou mondiale ? La crise de la recherche scientifique a t-elle des consquences au niveau de lintensification des migrations scientifiques internationales ? Cette tude sinterroge sur les dterminants, les perceptions et les enjeux des migrations scientifiques internationales africaines en gnral et sngalaises en particulier. Il sagit de comprendre les mobiles, les intentionnalits et les logiques lorigine des migrations de comptences. La fuite des cerveaux est souvent analyse sans les cerveaux, cest--dire sans une comprhension des rationalits, des intentionnalits, des normes et des itinraires de ces migrants qualifis. Or, la comprhension des configurations, des dynamiques et des significations de la mobilit scientifique requiert une prise en compte des reprsentations et des pratiques des principaux acteurs sociaux concerns. Ds lors, il nous parat important de donner la parole aux migrants ou aux potentiels migrants 2 Conseil Interministriel contre la Fuite des Cerveaux (archive 2002) Source : Le Quotidien de la Rpublique 10 dcembre 2002 http://www.refer.sn/article534.html

  • Stichproben 144

    qualifis. Auparavant, notre tche consistera analyser les lments fondamentaux du dbat thorique sur les migrations internationales de comptences. Ce travail prsente le dbat sur les migrations de comptences (I), analyse quelques unes des causes des migrations scientifiques internationales africaines (II), pose le problme de la prcarit conomique, de la crise de luniversit et des migrations scientifiques internationales sngalaises (III) avant de suggrer quelques recommandations pour une meilleure gestion de cette forme de migration dans la partie finale. Ltude de cas du Sngal, base sur des entretiens qualitatifs auprs de migrants qualifis sngalais en Suisse permet dancrer ce travail dans la ralit vivante. 3

    Le dbat sur les migrations scientifiques

    Dans cette partie, il sagit dexposer les principales grilles danalyse sur la question, de nous interroger sur certains paradigmes dominants et galement sur la nouvelle grammaire des migrations scientifiques avec lmergence des concepts de brain gain, brain exchange, etc. En effet, une nouvelle relecture des migrations de comptences simpose de plus en plus aux chercheurs et dcideurs du fait de la mondialisation et des technologies de linformation, de leffondrement du bloc sovitique et la transition vers lconomie du march, de la diversit des formes de mobilit, de linternationalisation du phnomne de la fuite des cerveaux qui affecte le Sud mais aussi des degrs moindre le Nord (Wickramasekara 2003, 8). Nous distinguons le regard nationaliste, internationaliste, linterprtation en terme de brain waste, et les nouvelles interrogations sur les migrations scientifiques (brain gain, brain exchange, transnationalisme).

    Linterprtation nationaliste

    Les dfenseurs de ce courant considrent les migrations de comptence comme une perte pour les pays du Sud et comme une manifestation de

    3 Des entretiens semi structurs ont t mens auprs dtudiants de troisime cycle (principalement de niveau doctorat) et de cadres qualifis sngalais Genve. Lobjectif est dapprhender leurs perceptions sociales du phnomne de migrations scientifiques internationales et comment en tant quacteurs, ils le vivent.

  • Migrations scientifiques internationales africaines 145

    linsertion dramatique des pays du Sud dans le march mondial. La fuite des cerveaux se traduit, ds lors, par une asymtrie structurelle des changes entre les pays du Sud et les pays du Nord; dun ct, comptitivit conomique nationale et internationale, flux de capitaux, boom du march de lemp