de la suggestion

Download De La Suggestion

Post on 30-Jan-2016

237 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

classic text where the author discusses the importance of suggestion in hypnosis

TRANSCRIPT

  • Source gallica.bnf.fr / Bibliothque nationale de France

    De la suggestion / par le DrBernheim,...

  • Bernheim, Hippolyte (1840-1919). De la suggestion / par le DrBernheim,.... 1911.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupartdes reproductions numriques d'oeuvres tombes dans ledomaine public provenant des collections de la BnF. Leurrutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet1978 : - La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre etgratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notammentdu maintien de la mention de source. - La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et faitl'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale larevente de contenus sous forme de produits labors ou defourniture de service.

    CLIQUER ICI POUR ACCDER AUX TARIFS ET LA LICENCE

    2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens del'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnespubliques.

    3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisationparticulier. Il s'agit :

    - des reproductions de documents protgs par un droit d'auteurappartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss,sauf dans le cadre de la copie prive, sans l'autorisation pralabledu titulaire des droits. - des reproductions de documents conservs dans lesbibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sontsignals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothquemunicipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions derutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est leproducteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants ducode de la proprit intellectuelle.

    5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallicasont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dansun autre pays, il appartient chaque utilisateur de vrifier laconformit de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditionsd'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment enmatire de proprit intellectuelle. En cas de non respect de cesdispositions, il est notamment passible d'une amende prvue parla loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition,contacterreutilisationcommerciale@bnf.fr.

  • De la. Suggestion

  • De la

    Suggestion

    le D' BERNHEIMProfesseurhonorairela Facultde mdecine de Nancy

    PARISALBIN MICHEL, DITEUR

    22, au$ HUGHENS, 22

  • AVANT-PROPOS

    Je rponds au dsir qui m'a t exprim dcrirepour le grand public unpetit livre sur l'hypnotismeet la suggestion. Ces mots veillent encore dans lesesprits, mme mdicaux, ride d'une chose extraor-dinaire, mystrieuse, due desforces fluidiques in-

    connues. Occulsme, magntisme, hypnotisme, cesmots impressionnent encore vivement les imagina-tions. Beaucoup de mdecins mmes n'osent pass'aventurer dans ce domaine qu'ils considrentencore un peu comme extra-scientifique.

    C'estpour combattrecetteconceptionerrone, pourdgager la question de son apparence mystique etthaumaturgique,ce qui a t mon objectifconstant,que je condense dans ces pages, au risque de me r-pter, les faits que j'ai observs et les ides quetrente ans d'exprience m'ontpermis de mrir surcette question.

  • CHAPITRE PREMIER

    Considrtions historiques. Magntisme minral e!animal. Mesmer.Puysgur et somnambulisme.Braidet hypnotisme. Libeault et le sommeil pro-voquA, Suggestion,h l'tat de veille.

    i. Magntisme..

    Quelquesmots d'historiquesontncessaires pour utcotnprheasin du sujet. L'hypnotisme est n ditmagntismecomme la chimie est ne de l'alchimieLa suggestion est ne de l'hypnotisme.

    Qu'est-oe que le magntismeou mesmrisme ?On sait que eett vers la fin du dix-huitime sici

    que le mdecin autrichien Mesmervint Paris prd-cher sa doctrine et exercer sa thrapeutique nouvellc.Cependant sa doctrine n'tait pas nouvelle; elle etcontenue tout entire dans la philosophie et la thesophie du seizime et du dix-septime sicle; elle e inspireparles travauxdeParacelse, deVan-lMmotide Robert Fludd, de Maxwell, du pre Kircher nautres.

  • Jusqu'en 1776, Mesmer se contentait de faire desexpriences avec l'aimant artificiel, comme moyencuratif dans les maladiesnerveuses.Longtemps,avantlui, l'analogie supposeentre le magntismeminralet le magntisme animal avait engag les mdecins rechercherdans l'aimant naturelet artificiel des pro-prits thrapeutiques. Dj Paracelseavait trait parles aimantsbeaucoup de maladies, les hmorragies,les hystries, les convulsions. Du temps du pre Kir-cher, au dix-septime sicle, on faisait divers appa-reils aimants, anneaux, bracelets, colliers, qui portssur diverses rgions du corps calmaient les douleurset certainesmanifestationsnerveuses.Au sicleavant-dernier, le pre Hell, astronome Paris, fabriquait desaimants artificiels,qui furent appliqus sous formed'armatures au traitementdes spasmes, des convul-sions, des paralysies. L'abb Lenoble, en 1771, ta-blit Paris un dptd'aimants plus puissants encoreet-plusefricaoes.La Socitroyale de mdecine nommaune Commission charge de vrifier l'exactitude deses assertions. Le rapportd'Andry et Thouretconclut l'action relle et efficace de ces aimants contre lestroubles divers du systme nerveux.

    Mesmer fit quelques expriences avec le pre Hellmais il quitta bientt les sentiers battus du magn-tisme minral et porta ses. aspirations thoriques etpratiques vers le magntisme cleste. C'est un fluideuniversel, moyen d'une influencemutuelle, entre lescorpsclestes, la terre.et les corps anims, susceptiblede flux et de reflux. La nature offre dans le magn-

  • tisme un moyen infaillible de gurir et de prserverles hommes. Ces lucubrations n'taient pas nou-velles. Mais avant Mesmer, les magntiseurs nesavaientdirigerl'espritvitalou le fluide universelmys-trieux, qu'en prparant des amulettes,des talismans,des sachets, des bottes magiques. C'tait la mdecinemagntique du sympathisme. Mesmer inventa despratiques bizarres, fascination avec une baguette co-nique, attouchements, manipulations diverses etsurtout les baquets magntiques. Ces baquets conte-naient, ranges d'unefaonparticulire,des bouteillesremplies d'eau et recouvertes d'eau, reposant sur unmlangede verre pil et de limaille de fer. Un cou-vercle perc de trous laissait sortir des tiges de ferplongeantdans le liquide, et dont l'autre extrmit,coude, mobile, s'appliquait au corps des maladesassis en plusieurs rangs autour de la cuve et relisentre eux par une corde partant de la cuve.

    Le courant animal du magntiseur dirig par sesmanipulations se rencontrant avec celui de la cuve,dtermine,au bout d'untemps variable, chez les sujetsdes troublesnerveux divers, sommeil, pandiculations,billements, spasmes, pleurs, anesthsie, catalepsie,hallucinations,cris,crises d'hystrie,etc., toutesmani-festations que lesmotionsvives, sans baquets,peuventproduire chez les sujets trs impressionnables. Desgurisons pouvaientse produire dans cet tat chez lesmalades venus dans ce but et suggestionnspar cetappareil impressionnant. Mesmer recherchait surtoutles crises convulsivescomme ncessaires au but thra-

  • peutique; il fabriquait l'hystrieplutt que le sommeilmagntique.Un des lves de Mesmer, le marquis dePuysgur en 1789, dgagea parmi les phnomnesditsmagntiques le sommeilou somnambulisme.Ce n'estplus une crise convulsive qu'il obtient par des passesmagntiquesou le contact d'un arbre magntis parses passes; c'est un sommeil tranquille, avec exalta-tion, croyait-il, des facults intellectuelles,et obis-sance passive, sommeil lucide et curateur. Ce n'estplus un fluide universel qui agit c'est un fluide ner-veux ou autre manant du corps du magntiseuretque sa volont peut projeter au dehors de lui surd'autres. C'est la volont qui magntise. Croyez etveuillez , telle tait sa formule. Ce n'tait plus lathorienbuleuseet astrale de Mesmer, ce n'taitplusnon plus son grand appareil. Puysgurmagntisaitpar de simples mouvements exercs la main, parl'attouchement, par des baguettes de verre, par l'in-*fluence d'un arbre magntis, dans sa terre de Bu-sancy,autourduquel les maladesvenaientde plusieurslieues s'asseoir et dormir pour recouvrerla sant.

    Les successeurs de Mesmer et de Puysgur conti-nurent magntiser par de simples passes empiri-ques que chacun modifiait sa guise.

    Cependant le charlatanisme hont de Mesmerjetaun discrdit sursa mthode; les manipulationsmmerduites de simples passes grossires n'avaientaucun caractre scientifique aussi les corps savantscondamnrent, aprsexamen, les doctrinesnouvelles.Le magntisme, ddaign par la science, conserva

  • toujours des adeptes en dehors du monde officiel.La question revint plustard l'Acadmie de mde-

    cine, et le rapport lu par Husson en 1831 conclut laralit et l'utilit du magntisme il reconnat quede simplespasses, ou mme le simpleregard ou la vo-lont du magntiseur,produisent le sommeilou som-nambulisme si le sommeil est profond, il y a anes.thsie et amnsie au rveil.

    Quelques-unsdes malades magntissn'ont res-senti aucun bien. D'autres ont prouv un soulage-ment plus ou moins marqu l'un, la suspension desdouleurs habituelles, l'autre le retour des forces, letroisime un retard de plusieurs mois dans l'appari-tion des accs pileptiformes,et un quatrime la gu-rison complte d'une paralysie grave et ancienne. L'Acadmie n'osa imprimer ce rapport dont ellelaissa la responsabilit son auteur qu'on appelaitvolontiers le crdule Husson,

    2. BRAID ET hypnotisme.

    Lemagntismetaitoublipar lemondescientifique,et perdu dans l'occultisme n'existait pas comme doc-trine, lorsqu'un mdecin de Manchester,James Braiddcouvrit en 1841 ce fait, que lorsqu'on fait fixer unsujet un objet brillant peu de distance au-dessusdufront, l'esprit uniquement attach