Desjardins Arnaud - Zen Et Vedanta

Download Desjardins Arnaud - Zen Et Vedanta

Post on 14-Aug-2015

48 views

Category:

Documents

9 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<p>Arnaud Desjardins Zen et Vedanta Commentaire du Sin-sin-ming La Table RondeNLISANT,lorsdesaparutionen1970,danslarevue Herms, volume 7, la traduction du Sin-sin-ming crit par Seng-Ts'an,troisimepatriarcheduTch'anaprsBoddhidharma,jefus frapp par la similitude de cet enseignement avec celui du vedanta tel que je le dcouvrais travers un matre bengali, Swmi Prajnnpad. Quelquesannesplustardonttenregistreslesremarquesquece traitaussiclbrequeconcism'aamenfairedevantunpetit groupedepersonnes.C'estdoncuneinterprtationvdantiquedu manifeste fondamental du Tch'an donc du zen que les di-tionsdeLaTableRondevousprsententaujourd'hui.Ilyade grandes variations entre les diffrentes traductions, que celles-ci soient faitespartirdutextechinoisoudesaversionjaponaise.Jem'en suis tenu celle d'Herms par L. Wang et Jacques Masui. 1. , La grande Voie n'a rien de difficile mais il faut viter de choisir. Signalonstoutd'abordquelatraditionduTch'anoudu zensecaractriseparunextrmedpouillementsionla compare aux mthodes beaucoup plus complexes offertes par certaines traditions et qui peuvent paratre d'un abord difficile,commelebouddhismetantriquetibtainpar exemple avec son symbolisme ardu des diffrentes divini-ts. Ce qui est certain, en tout cas, c'est que la grande voie estparfaitementsimple.Ellepeutparatredifficileparce quelemental,lui,n'estquecomplexit.Maislavoieen elle-mme,silementaln'taitpasemptrdansses contradictions et ne scrtait pas sans arrt des doutes, se-rait aise. Or, aussi trange que cela puisse paratre pour nous qui sommesimprgnsdel'idedulibrearbitreetdoncde celle du choix qui en dcoule, le grand facteur de com-plication du mental, c'est sa capacit choisir en fonc-tion de ses opinions et conceptions subjectives enracines dans l'inconscient. C'est pourquoi il est dit : Il faut viter de choisir. Cette formulation ne peut tre que droutante pour 3lesOccidentauxmodernesquenoussommes,imbusde leurs opinions, qui ont fond leur existence sur un prten-dulibrechoix. Jechoisislebiencontrelemal. Et, partir de l, on peut se griser de belles paroles. Lors de la rvolution russe, les bolchviques ont choisi le bien contre le mal, mais les chrtiens orthodoxes dont les conceptions taientdiamtralementopposeschoisissaientaussi,de leur ct, le bien contre le mal. La grande Voie consiste en une vision lucide de la ralit telle qu'elle est, sans prendre parti, sans choisir . Cela n'exclut pas l'action, la rponse approprielasituation,pourvuquecetteactionlibreet spontanenedcoulepasd'opinions,departiprisetde prjugs qui l'entachent. On peut donner un sens encore plus prcis cette pa-role: Ilfautviterdechoisir. Nousavonsprisl'habi-tude,depuisl'enfance,dechoisirlamoitiheureusede l'existenceetderefuserlamoitidouloureuse,derecher-chercequenousconsidronscommeagrableetdefuir cequenousconsidronscommepnible:nousne connaissonsdoncqu'unemoitidel'existence,nous n'avonsquelamoitidesdonnesduproblme.Swmi Prajnnpad disait : Do you want half life or full life? voulez-vous la moiti de la vie ou la vie totale? et aussi Can you miss the fullness of life? , pouvez-vous manquer la plnitude de la vie? Soyezlibrdelahaineetdel'amouretelleapparatradans toutesaclart.Apremirevue,cetteaffirmationn'estpas comprhensible. Nous sommes d'accord pour penser qu'il fauttrelibrdelahainemaissurtoutpastrelibrde l'amour.Envrit,quelsensdonnons-nousaumot amour ?Ils'agitbiensricidudpassementdesmo- 4 tions pour atteindre une vision qui n'a pas de contraire. Le Sin-sin-mingdanssonintgralitnousinvitelavritsu-prme, une vrit non duelle situe au-del de l'amour ordinairequin'estquel'opposdelahaine,dubonheur qui est simplement l'inverse de la souffrance. On pourrait traduirepar: Soyezlibrdel'attractionetdelarpul-sion ,restezaucentre,dansl'axe,aveccettevisionnou-velle, rvolutionnaire de la ralit qui n'est plus apprhen-de d'un point de vue dualiste. 2. . , Lecieletlaterre,danstouteslestraditions,ontpeu prs le mme sens symbolique. Que Ta volont soit faite surlaTerrecommeauCiel. Lesvangilessontfonds sur la reconnaissance d'un niveau ciel et d'un niveau terre, tout en proposant que s'efface cette sparation entre le ciel etlaterre.LeRoyaumedesCieuxest au-dedansde nous , donc est dj ici-bas, sur cette terre. Et pourtant il existe bien deux niveaux : le niveau terre livr au Prince de ce Monde (ici, je n'utilise plus la formulation chinoise mais lelangagevanglique)etleniveauciel.S'enloigne-t-onde l'paisseurd'uncheveu,c'estcommeungouffreprofondqui,de 5nouveau,sparelecieletlaterre.Si,aulieud'trelibrde l'attractionetdelarpulsion,onrintroduitlespolarits agrable-dsagrable , j'aime-jen'aimepas ,ungouf-fre profond spare le ciel la paix, la srnit, la compr-hension,lacertitude,l'amourimmuableetlaterrela contradiction,lapeur,ledsir,lafrustration.Autrement dit, l'adhsion la ralit telle qu'elle est, compose de ce que nous aimons et de ce que nous n'aimons pas, doit tre uneadhsioncentpourcent.Uneadhsionquatre-vingt-dix-neufpourcentlaisse l'paisseurd'uncheveu entrelavritetnous.Etungouffreprofond,denou-veau,sparele ciel auquelnousaspironsetla terre avec son cortge de souffrances et son lot d'inscurit. Si vous dsirez la trouver (la grande Voie), ne soyez ni pour ni contrerien!Lencore,jesaisbien,entantqu'Occidental, combien cette proposition est inhabituelle pour la mentali-tmodernequiconsistetretoujourspouroucontre quelquechose.SivoustespourlaDroite,voustes contre la Gauche; si vous tes pour la libert des moeurs, voustescontreleVatican.Etl'intelligence,oupluttle mental, a, dans ces domaines, des arguments qui nous pa-raissent tout-puissants, impossibles mettre en cause. Je suismdecin,Monsieur,vousmepermettrezdemettre l'homopathieendoute. Jesuismdecin,Monsieur, bien plac pour savoir l'efficacit de l'homopathie. Jus-tement,parcequecesenseignementssontscandaleuse-mentinhabituels,ilestintressantdeconstaterqu'auvIIe sicle un texte venu jusqu' nous comme un des plus im-portantspourtoutl'Extrme-Orient(nonseulementla Chine mais aussi la Core et le Japon) disait en chinois ce 6 que le vedanta enseigne aussi : ne soyez ni pour ni contre rien. Denouveau,nousretrouvonsl'attractionetlarpul-sion, la dualit fondamentale entre ce que j'aime et ce que jen'aimepas,cequejeveuxetcequejerefuse.Etc'est vrai que le sage n'est ni pour ni contre rien. S'il est malade, ilsesoigne,biensr,maispartirdecetteneutralit,de cette quanimit, qui nous est tellement incomprhensible dansunmondeolavieconsisteprendrepartiet prendre parti motionnellement. 3 . . Leconflitentrelepouretlecontre,voillamaladiedel'me. C'est la mme ide qui se poursuit mais en voici une autre qui nous intresse : Si vous ne connaissez pas la profonde signifi-cation des choses, vous vous fatiguerez en vain pacifier votre esprit. Cequiesttraduitpar leschoses danscetextecorres-pond ce que les hindous appellent this phenomenal world, le mondemanifestdanslamultiplicit.Voildeuxpetites lignesquiabordentunthmeessentiel:savoirs'ilfaut 7chercher l'atman pour que toutes les limitations et les ten-sionss'effacentousi,aucontraire,quandlesdsirs,les peurs,lesimpressionsquinousontmarqus,toutcequi nouslimiteseseraeffac,leSoisuprmeservlera.Si vousneconnaissezpaslaprofondesignificationdeschoses,c'est--diresivousn'avezpasaffinvotrecomprhensiondela ralitrelative,dumondephnomnal,sivousne connaissez que l'apparence, la surface apparence et sur-face que vous percevez d'autant plus mal qu'elles sont d-formesaussiparvosprojectionsinconscientessivous n'avezpasrsolulaquestiondevotrerelationavecle monde manifest, si vous n'avez pas dcouvert le secret de cemondemanifest,l'essencederrirel'apparence,vous vous fatiguerez en vain pacifier votre esprit. Vos mdita-tions seront des mditations non pas de dtente mais d'ef-fort : je m'puise rester immobile, ne pas bouger, pa-cifier mon esprit, autrement dit faire silence au milieu du vacarme. Certainsdisent: CherchezdirectementlaRalitul-timeetquandvousaurezdcouvertcettevieternelle, lemondeentierperdrasafascinationpourvous. L'ap-proche pratique est inverse : quand le monde phnomnal aura perdu sa fascination pour vous, vous serez mr pour l'illuminationintrieure.Quandtouslesdsirssonttom-bs, le Soi se rvle, exactement comme les fruits se dta-chent de l'arbre quand ils sont parvenus maturit. 8 4 L'espace tel que nous le voyons en plein jour, sans nua-ges (les nuages sont dans l'espace mais ils ne sont pas l'es-pace),cetespaceestvide,infini,sanslimite,homogne, autogne(vouspouvezdirequetelanticycloneaprovo-qulaprsencedesnuagesmaisl'espace,riennel'apro-voqu,riennel'acaus).Cetteimagedel'espaceinfini voquecelleduRoyaumedesCieux.L'espaceest par-fait , plnitude absolue, pas de mesure, pas de limitation. Il ne manque rien. Rien ne manque la Voie, rien ne reste en dehors d'elle. Le ris-que,quandons'engagedanslaviespirituelle,consiste fairedeuxparts:d'unct,uneviemenen'importe comment,dansleconflit,lacrispation,souventmmela honte de soi et, de l'autre, les lectures spirituelles, Ramana MaharshiouNisargadattaMaharaj,ettroissemainespar andansunashram.Cettedivisionentrecequenous considronscommesacretcequenousconsidrons commeprofaneaboutittoujoursuneimpasse.Sinous 9voulonsquelavoienoustransforme,touslesaspectsde notreexistencedoiventtreintgrscelle-ci,ycompris les parts de nous-mme que nous n'aimons pas, dont nous avonshonte.OubienvousentrerezentierauRoyaume desCieux,oubienvousn'entrerezpas.Vousn'aboutirez jamais rien si vous ne commencez pas par vous runifier : Que peut un royaume divis contre lui-mme? A accueillir et repousser les choses, nous ne sommes pas comme il faut. Nous retrouvons de nouveau la mme ide, ce que SwmiPrajnnpadappelaithalf-life,lamoitideviequi nous empche d'avoir l'exprience de la totalit de la vie : the fullness of life j'accueille ce qui me plat, ce qui me fait plaisiretjenietoutcequinemeconvientpas.Faites-le mais n'esprez pas dcouvrir la sagesse ou la libration ou l'veil ou l'illumination. 10 5 Ne pourchassez pas le monde soumis la causalit. Cette sen-tence est rapprocher de la phrase du Christ : Ne cher-chezpaslestrsorsquelarouillepeutdtruireetqueles voleurspeuventdrober. Nepourchassezpaslesjoies, les satisfactions qui, tant causes par certaines conditions, peuventtredtruitespardesconditionsadverses.Cher-chez ce qui chappe la causalit, ce qui n'est pas produit, ce qui existe par soi-mme, c'est--dire cette paix et ce si-lence pralables toute la manifestation mais dont la ma-nifestationestuneexpressiondoncquipeuventtre concilisaveclemondemultipledontnoussommesau-jourd'hui prisonniers. NevousattardezpasdansuneVacuitexcluantlesphnom-nes.Siparhasardvoustesdouspourlamditation,ne prenezpasl'habituded'unemditationsereineetsilen-cieuse qui exclut les phnomnes. La ralisation doit tre, comme on dit en Inde, all embracing, embrassant tout, n'ex-cluantrien.Mfiez-vousdeladualitentreleRoyaume 11desCieux,lesilenceprofonddelamditation,lasrnit que vous retrouvez dans votre petite chapelle personnelle etlemondeordinaire.C'estuneerreurquedenombreux matresontdnonce,quiconsistefairedeuxparts:le silencedivindelamditationetcemonde merdique fait de problmes, d'ennuis, de difficults. Si j'insiste sur ce thme, c'est parce que c'est un pige dans lequel tombent denombreuxchercheurs.Tantquelaralisationexcluera lemondehabituelavectousses problmes ,tantque vousn'aurezpasdcouvertlaprofondesignificationdes choses(ycomprisdevotredclarationderevenus),vous n'tes pas sur la grande Voie. Ilestcapitaldenoterlerapprochementdedeuxides paradoxales : d'une part ne pas pourchasser le monde sou-misl'implacableloidecauseeffet,d'autrepartnepas exclurelesphnomnes.Nousretrouvonsl'attitudede neutralit dj prconise : ni attraction ni rpulsion. Si l'esprit demeure en paix dans l'Un, ces vues duelles disparais-sentd'elles-mmes.D'accord,maiscommentfairepourque l'espritdemeureenpaixdansl'Un?Ilfautd'abords'int-resserladualit,lamultiplicit,cequifaitlesbon-heurs,lespeines,lesdceptions,lesfrustrations,lesjoies habituelles.EtceUndontparleletaosmeautantquele vedanta et le bouddhisme zen, c'est un unique ocan dont fontpartielesinnombrablesvagues.Cen'estpasleUn opposaumultiple.Vousnepouvezpasopposerun ocan et des milliers de vagues diffrentes. L'ocan ce sont lesvagues,lesvaguessontl'ocan;lesvaguesdemeurent dans l'ocan et l'ocan demeure dans les vagues. Le Un est la fois l'ocan et les vagues. Le Un inclut le multiple, le-quel n'est pas proprement parler multiple puisqu'il est la 12 manifestation, la danse pour parler comme les hindous duUn.Sivousdemeurezenpaixdansl'UnleUnest aussilemultiple,cesvuesduellesdisparaissentd'elles-mmes : vous cessez d'tre cartel entre le bon et le mau-vais, le russi et le rat, l'heureux et le malheureux, le ras-surant et l'effrayant. 6 Quesignifie passif ?Sipassifsignifiesimplementse laisserallerlaparesseetneriententer,nousneserons pas convaincus que l rside l'enseignement de la vrit ou delasagesse.Lapassivitdontilesticiquestioncorres-pond un thme essentiel du taosme que l'on a traduit en franaispar lanon-action ou lenon-agir :unema-nireintimedeneplustreimpliqudansl'action,agit, emport.Extrieurementactif,intrieurementpassif. SwmiPrajnnpaddisait: Intrieurement,soyezactive-ment passif , c'est--dire une passivit vigilante, et ext-rieurement, soyez passivement actif c'est--dire soyez ac-tifnonpaspartirdevosdemandesgocentriquesetde 13votredsirderussircotequecotemaispartird'un tatquedansunlangagecompltementdiffrentonap-pellerait soumission la volont divine . Ce texte athe, au sens o il ne fait intervenir aucun Dieu crateur, donne cet gard le mme enseignement que le christianisme des mystiques.Lapassivitprconise,c'estlapassivitint-rieure,lasoumissionlavrit,laralit.Ils'agitd'une attitude dans laquelle je , en tant qu'entit gocentrique, ne veux rien; je ne refuse rien, je ne demande rien, je suis l'instrument de l'ordre juste des choses. Celui qui a renon-cl'activitordinaire,gocentrique,etquiestvraiment passif, compltement uni la volont de Dieu , n'en est queplusactif.Etparfois,unhommequin'arienfaitau sensoiln'adployaucuneactivitextrieureaeu,en vrit, une influence immense. Ramana Maharshi vivait re-tir,iln'ajamaisrien fait ,sil'onpeutdire,qued'plu-cherleslgumeslacuisinedel'ashramquandiltait jeuneetpourtantsonrayonnementesttelque,plusde cinquante ans aprs sa mort, son ashram attire encore des visiteurs du monde entier. Demeurantdanslemouvementoudanslaquitude,comment pourrions-nousconnatrel'Un?Lemouvementn'estpasuni-quementceluiducorpsphysique,c'estaussilemouve-mentdecequel'Indeappellelecorpssubtil,lespenses, les motions, les pulsions, les impulsions, les peurs, les d-sirs, les propensions. Si nous demeurons uniquement dans lemouvement,nousneconnatronspasleUn.Maissi nousdemeuronsdanslaquitude,c'est--direuneforme demditationquiestseulementunstupfiantpourle mental,nousneconnatronspasplusleUn.Pournous, Occidentauxhabitusunrythmetrpidant,laquitude 14 (peut-tremmepourrait-onemployerlemotde qui-tisme qui a soulev une telle polmique au XVIIe sicle) ne semble pas reprsenter un risque rel. Mais pour le m...</p>