le franchissement de la seine

Download Le franchissement de la Seine

Post on 14-Feb-2017

214 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1

    La Seine en amont de ParisLe franchissement du fleuve

    Le pont de Conflans puis Nelson-Mandela

    La passerelle industrielle dIvry-Charenton

    Le pont dIvry

    Le pont de Port--lAnglais

    Les viaducs de lauroroute A86

    Le pont de Choisy

    Le pont de Villeneuve-Saint-Georges

    2.1

    2.2

    2.3

    2.5

    2.6

    2.7

    2.

  • 2

    Le franchissement de la Seine Le franchissement de la Seine Le franchissement de la Seine

    les bacs

    Les ponts qui relient les rives opposes du fleuve constituent des lments cl de la construction du territoire de Seine amont, construction du territoire de Seine amont, facilitant les changes et lurbanisation. Par ailleurs, chaque nouvel ouvrage dart - cration ou reconstruction - a t loccasion de performances techniques de sorte que lhistoire des ponts du secteur prsente un intressant raccourci de lhistoire des ponts franais.

    Comme tout cours deau, la Seine a toujours t un obstacle franchir, obstacle dcupl du fait de ses dimensions puis du trafic qui sy organise. Jusquau dbut du XIXedbut du XIXedbut du XIX sicle, il nexiste aucun pont sur le fleuve entre Paris et Corbeil [1]. Un pont mdival sinon antique est cependant mentionn Villeneuve-Saint-Georges, sans que lon sache quelle poque il est remplac par un bac. Seul le pont de Charenton, sur la Marne, un peu en amont de sa

    [1]

    confluence avec la Seine, attest depuis le VIIe sicle, permet de poursuivre son chemin lorsquon longe la rive droite de la Seine. Ct rive gauche, on ne traverse vers la rive droite qu Paris, au pont dAusterlitz, projet la fin du XVIIIe sicle et qui nest construit quau tout dbut du sicle suivant. Le premier pont de Bercy est quant lui inaugur en 1832. Ainsi sur lensemble du territoire de Seine-Amont, la traverse ne seffectue quen bac. Liconographie, les cartes anciennes et jusqu la toponymie actuelle conservent la mmoire de ces bateaux qui vont et viennent au gr des passagers et des chargements transborder [2] . Ablon possde toujours une rue du Bac et Villeneuve-Saint-Georges un chemin du Bac-dAblon. Le quartier des Gondoles, rive droite Choisy-le-Roi, seule commune dont le territoire stend sur les deux rives du fleuve, tire son nom des embarcations quutilisaient Louis XV et la cour, lorsquils quittaient le chteau de Choisy et partaient chasser vers lest.

  • 3

    [2]

    Aprs le pont de Choisy, le pont dIvry, reliant cete commune Maisons-Alfort (Alfortville nest pas encore rige en commune) date de 1827 [11]. Son objectif est de dsengorger la traverse de Charen-ton en donnant accs la rive gauche de la Seine en amont de Paris. Une nouvelle route est cre (future N 19) qui bifurque avant la traverse de la Marne au pont de Charenton. Les promoteurs de louvrage anticipent parfaitement le futur dvelop-pement de la plaine, rive gauche. La plaine dIvry, situe aux portes de la ca-pitale, le long de la rivire alimentaire de cette ville, au-dessus de lencombrement des ponts de Paris, pourra devenir un lieu dentrept aussi commode que vaste pour le commerce, pour lindustrie1 expose lingnieur concepteur de louvrage. En 1843, cest le pont de Villeneuve-Saint-Georges qui est inaugur. Mais il faut attendre 1890 pour que soit difi le pont de Conflans (aujourdhui remplac par le pont Nelson-Mandela), reliant Charenton (en aval de la confluence avec la Seine) et Ivry-sur-Seine.

    Comme par le pass avec les bacs, les usagers de ces ponts doivent acquitter un droit de page chaque passage, que louvrage ait t construit par un concessionnaire (qui ainsi rentabilise son

    Le premier pont est construit Choisy en 1811. Lurbanisation croissante des communes riveraines du fleuve tout au long du XIXelong du XIXelong du XIX sicle explique les besoins de la population et justifie les rclamations rcurrentes des municipalits qui esprent la construction de nouveaux ouvrages. Dautres ponts sont effectivement raliss qui ne se substituent pas entirement aux passages en bac, notamment pitons. Certains sont maintenus ou renouvels des emplacements moins stratgiques, passages autoriss ou concds par ladministration pour quelques annes aux plus offrants, bistrotiers, clusiers ou bien encore mariniers [3]. 1. Extrait du mmoire que lingnieur Emmery pu-

    blie en 1832, cit in: Seine, direction des affaires dpartementales; Bournon, Fernand (rd.). Etat des communes la fin du XIXedes communes la fin du XIXedes communes la fin du XIX sicleAlfortvillee sicleAlfortvillee . Montvrain: impr. typ. de lcole dAlembert, 1901, p. 54.

    les premiers ponts

    investissement) ou par ladministration (qui fait payer le service fourni). Devant le dveloppement des communications qui accompagne lessor industriel et commercial, le prix de la traverse semble de plus en plus pnalisant. Les choisyens sont les premiers exprimer des rclama-tions car toutes leurs terres cultives sont situes rive droite tandis quils demeurent au cur du village, rive gauche. Durant la seconde moiti du XIXela seconde moiti du XIXela seconde moiti du XIX sicle, les pouvoirs publics organisent peu peu le rachat des concessions, telles les com-munes dIvry et de Maisons-Alfort qui se rpartissent la charge des remboursements quelles talent sur plusieurs annuits.

    [2]

    [3]

  • 4

    [4]

    les constructions et reconstructions

    Lusure des premiers ouvrages est la hauteur de laugmentation du trafic. Les ponts, reconstruits ou restaurs, sont galement endommags voire dtruits par les conflits successifs. Ainsi, les diffrents ouvrages qui ont exist sur le territoire de Seine amont permettent un tour dhorizon de lhistoire des techniques: pont en bois, pont en pierre, pont suspendu, pont mtallique, pont en bton arm de type Cantilever, pont en bton prcontraint ou pont poutres-caissons pour les ralisations les plus rcentes. Cependant la reconstruction dun pont nest pas seulement loccasion dinnovation. Il sagit dadapter lquipement aux nouveaux amnagements du territoire quil dessert. Au XIXedessert. Au XIXedessert. Au XIX sicle on largit le pont de Choisy afin de permettre la circulation des tramways mais aprs la Seconde Guerre mondiale, on le reconstruit entirement en llargissant bien davantage car il sagit de transformer la route quil supporte en une voie expresse. Dans les annes 1930, on difie le nouveau pont de Villeneuve-Saint-Georges quelques dizaines de mtres en laval de lancien pont suspendu afin de dgager le centre ville pris en tau entre la

    Seine, le chemin de fer Paris-Lyon, la route nationale et le coteau. Plus rcemment, le pont de Conflans est remplac par deux ouvrages, chacun monodirectionnel, constituant de vritables changeurs desservant le quartier restructur dIvry-Port, rive gauche, Charenton et lautoroute A4, rive droite [4].

  • 5

    [5]

    les ponts ferroviaires

    Les premires lignes de chemin de fer, rayonnantes depuis la capitale, longent la Seine, Paris-Orlans sur la rive gauche et Paris-Lyon sur la rive droite. Rapidement des dessertes transversales savrent ncessaires afin de connecter les diffrents rseaux. Ainsi des ponts ferroviaires franchissent le fleuve. Le premier, le pont National, construit en 1852-53 pour

    le chemin de fer de Petite-Ceinture est aujourdhui sur le territoire parisien, aprs lannexion dune partie dIvry en 1860. Il prsente une disposition assez rare, comprenant la fois des voies ferres et une chausse routire [5]. Au sud, la limite de Seine-Amont, le pont de chemin de fer reliant le rseau du PLM celui du PO est construit en 1863

    (voir le dossier dinventaire IA91000497 rdig par Brigitte Blanc, dans la base de donnes nationale Mrime, www.culture.gouv.fr). Enfin le pont de la ligne stratgique de Ceinture entre Versailles et Villeneuve-Saint-Georges est construit deux dcennies plus tard.

  • 6

    Dautres quipements techniques ponc-tuent le cours du fleuve en amont de Paris: des passerelles industrielles condui-sent lnergie produite par les centrales lectriques et gazires dIvry, de Vitry et dAlfortville. La premire recense est la passerelle EDF dIvry-Charenton qui remonte 1926-30. Une seconde pas-serelle, installe au niveau de la centrale lectrique Est-Lumire (quai Blanqui, Alfortville) est aujourdhui dtruite [6].

    [7]

    [6]

    les passerelles techniques

    Toujours Alfortville, la passerelle de Gaz de France, structure mtallique pose sur deux piles de bton en rivire, date de 1955. Elle supportait des canalisations transportant du gaz naturel, canalisations qui ont t enfouies dans le lit de la Seine en 2005 [7]. Aujourdhui, les riverains souhaitent vivement la rhabilitation de louvrage et sa transformation en circula-tion douce (passage pitons/cyclistes).

  • 7

    Il nexiste aucune passerelle pitonne qui enjambe la Seine comme on peut en trouver sur la Marne : la distance franchir rend le cot de telles installations prohibitif. Les seules passages pitons qui existrent en Seine-Amont taient des ins-tallations prcaires au-dessus des chenaux conduisant aux sablires bordant le fleuve, comme Choisy ou Villeneuve-Triage [9] et [10]. Un pont tournant ainsi quune passerelle pitonne en bois permettaient de franchir le canal dentre de la sablire dAblon [8]. Ces ouvrages ont disparu

    les passerelles pitonnes

    depuis longtemps. Soit les darses ont t remblayes, soit les passages ont t rem-placs par les chausses en dur dun rseau routier de plus en plus frquent.Cependant, des passages pitons existent sur certains quipements, passerelle EDF dIvry-Charenton ou barrages dAblon et de Port--lAnglais (ce dernier nest dailleurs pas ouvert au public) [11]. A ces exceptions prs, seuls les ponts routiers permettent aux riverains de passer dune rive lautre.Aujourdhui, la Seine demeure largement

    [10]

    [8]

    [9]

  • 8

    Pont de Conflans puis Nelson Mandela

    Passerelle indu

Recommended

View more >