les auteurs - université paris 1 panthéon-sorbonne .(salvatore quasimodo, creature) dans la...

Download Les auteurs - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne .(Salvatore Quasimodo, Creature) Dans la tradition

Post on 08-Oct-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Au dbut de lge moderne, de nombreux auteurs ont soulign les vices de limagination, juge inconstante et conue comme source derreurs et de drgle-ments. Mais, en dpit de ces dfauts, dautres y ont reconnu un vritable outil de lentende-ment, une puissance crative, voire un facteur de cohsion sociale. Le prsent livre a pour objet cette ambivalence, et notamment la fa-on dont limagination travaille les relations humaines. Lenqute, collective, sest effectue au miroir des textes de plusieurs philosophes des xvie et xviie sicles, de Castiglione Malebranche, et vise mieux penser la faon dont limagination empreint la constitution des coutumes et la gense des liens divers qui tissent les rapports sociaux et politiques. Ce volume se propose ainsi danalyser comment la force de limagination sarticule lhabi-tude, comment elle agit par le moyen de la persuasion, comment enfin elle renforce lau-torit que la coutume attribue certains indi-vidus tablis au sommet du corps politique.

    Les auteurs :

    Maurizio Cambi, Raffaele Carbone, Domi-nique Couzinet, Giambattista Gori, Sophie Laveran, ric Marquer, Sophie Peytavin

    Imagination, coutume, pouvoir (xvie-xviie sicles)Raffaele Carbone (dir.)29 Mai 2015, 16 24, p., 19 ISBN 978-2-85944-903-2

    PHILOSOPHIE LUVRE Publications de la Sorbonne212, rue Saint-Jacques 75005 Paris

    Tl : 01 43 25 80 15 - Fax : 01 43 54 03 24Courriel : publisor@univ-paris1.fr

    site : www.publications-sorbonne.fr

  • BON DE COMMANDE

    retourner aux:Publications de la Sorbonne212, rue Saint-Jacques 75005 Paris

    TITRE ET AUTEUR PRIX UNITAIRE QT PRIX

    + frais de port*TOTAL

    * 6 par ouvrage, 1,5 par ouvrage supplmentaire

    Mme, M.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Code postal et ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Date Signature

    Veuillez libeller votre titre de paiement lordre de: LAgent comptable de lUniversit Paris 1 Publications de la Sorbonne

  • Table des matires

    Introduction Le rle de limagination dans la constitution des murs et dans la sphre politique 5

    Dominique CouzinetNote sur limagination, la coutume et les rapports de pouvoir dans Le Livre du Courtisan de Baldassar Castiglione 27

    Sophie Peytavin Ce que nous croyons nous ne le croyons pas. De lessentielle duplicit de limagination chez Montaigne 47

    Maurizio CambiLe rire du Pontife. Giordano Bruno et la puissance du lien individuel 63

    Sophie LaveranLe rle des rcits dans la construction de limaginaire national chez Spinoza 83

    ric MarquerLe rle de limagination dans la constitution de la signification : Locke clair par Hobbes et Spinoza 99

    Giambattista Gori Pour vivre comme des hommes qui doivent former entreux une socit raisonnable. Prsence du corps social, absence du corps politique dans De la recherche de la vrit 117

    Imagination_Livre.indb 159 16/04/15 11:49

  • Imagination, coutume, pouvoir (xvie-xviie sicles)160

    Raffaele CarboneLimagination, les coutumes bizarres et les limites du pouvoir politique chez Malebranche 127

    Index des noms 151

    Les auteurs 157

    Imagination_Livre.indb 160 16/04/15 11:49

  • IntroductionLe rle de limagination dans la constitution

    des murs et dans la sphre politique

    Raffaele CarboneCollegium de Lyon

    ma mre Giuseppina E mi pareva la terra di sentire

    coi semi gi vivi(Salvatore Quasimodo, Creature)

    Dans la tradition philosophique, limagination1 est la facult qui est mme de prsenter lesprit des images dobjets en leur absence. Ayant le pouvoir de reproduire ces objets saisis par le sens, elle joue le rle de mdiateur entre le corps et lme, le concret et labstrait, entre la sensation et lentendement et entre le monde extrieur et lesprit qui lapprhende.

    Limagination est mise en cause par Platon qui en dnonce lambigut sur la base dune thorie de limage considre comme copie dun original2.

    1 Dans cette introduction, nous ne pouvons pas tudier de manire approfondie la question du couple fantaisie/imagination. Nous nous limiterons quelques prcisions tymologiques. Le terme phantasia est le substantif verbal de phantazetai ( devenir visible , apparatre ) et de phainesthai ( devenir visible , venir la lumire , se montrer ), cest pourquoi son sens primitif est apparition ou apparence (voir J. Follon, La notion de phantasia chez Platon , dans D. Lories, L. Rizzerio (dir.), De la phantasia limagination, Louvain/Paris/Namur, Peeters/Socit des tudes classiques, 2003, p. 1-14, ici p. 1). Driv pour Aristote de phs (De Anima, III, 3, 429a 2-4), la lumire , phantasia a donn en franais le terme fantaisie . Le terme imagination , tir du latin imaginatio, dsigne laptitude de cette facult produire des images. Voir ce sujet Ch. Bouriau, Quest-ce que limagination?, Paris, Vrin, 2003, p. 42-43; Ch. Pign, A. Vintenon, Introduction , Camenae, 8, 2010, N. Corrard, Ch. Pign, A. Vintenon (dir.), Limagination/la fantaisie de lAntiquit au xviie sicle (en ligne, http://saprat.ephe.sorbonne.fr/media/67a22ccbbdface5f2429567fde8b3503/camenae-08-1-b-introduction.pdf).2 Voir le passage sur les objets apparents et sur luvre du peintre qui peint un lit : Platon, uvres compltes, t. VII, 2e partie, La Rpublique (Livres VIII-X), trad. du grec ancien . Chambry, Paris, Les Belles Lettres, 1946, 596e-597d, p. 85-87. Ce sont les fameuses pages o Platon fait observer que limitation loigne de la nature de trois degrs (voir ibid., 597e-598d, p. 87-88). Mais la question est chez Platon plus complexe quil ny parat. Dans le Phdre (268 et suiv.), Socrate fait allusion une forme valable de la mimesis qui est capable de remonter lousia et de se mouvoir sur un plan moral (Id., uvres compltes, t. IV, 3e partie, Phdre, trad. du grec

    Imagination_Livre.indb 5 16/04/15 11:49

  • Imagination, coutume, pouvoir (xvie-xviie sicles)6

    Nanmoins, chez Platon, il faudrait demble faire la distinction entre phantasia et phantasma, comme la fait Bernard Collette : mme si les deux notions dveloppent une opinion, la phantasia trouve son origine strictement dans une sensation, tandis que le phantasma manifeste labsence de tout ancrage dans le rel sensitif, si bien que [] cette diffrence [] fait basculer le phantasma du ct dune autre facult : limagination . La fonction propre de celle-ci serait alors de suppler labsence de sensation3 .

    Limagination est repense par Aristote, puis par laristotlisme au cours du Moyen ge et de la Renaissance. Aristote distingue dans lme trois facults : lintellect non li au corps, la mmoire et limagination. La connaissance consiste dabord en lapprhension de choses du monde extrieur par le biais des cinq sens (vue, oue, odorat, got, toucher), nomms sens extrieurs, mais cest limagination qui transmet les donnes sensibles aux sens intrieurs, la mmoire puis lentendement. Dans le De lme, limagination (phantasia) est considre comme une fonction psychique spcifique et irrductible : elle [] est diffrente et de la sensation et de la pense; elle ne se produit pas sans la sensation, et sans elle il ny a pas de croyance4 . Elle est proprement [] ce par quoi nous disons quune sorte dimage est produite en nous []5 . Aussi limagination est-elle mise en valeur dans la mesure o elle sapproprie les donnes sensibles et les conserve en mmoire lorsque les objets sensibles ne sont plus prsents6; de surcrot, elle est mme de prparer lesprit abstraire le concept

    ancien L. Robin, Paris, Les Belles Lettres, 1933, p. 76 et suiv.). Sur la question de limitation, voir aussi le troisime livre de La Rpublique, 394b et suiv. : Id., uvres compltes, t. VI, La Rpublique (Livres I-III), trad. du grec ancien . Chambry, introduction A. Dis, Paris, Les Belles Lettres, 1947, p. 104 et suiv. Voir ce sujet J. Duchemin, Platon et lhritage de la posie , Revue des tudes grecques, 68/319-323, 1955, p. 12-37.3 B. Collette, Phantasia et phantasma chez Platon , Les tudes philosophiques, 76/1, 2006, p. 89-106, ici p. 106. Dans cet article, B. Collette expose et explicite les dfinitions que Platon donne des notions de phantasia et phantasma dans le Sophiste en montrant comment elles sarticulent mutuellement. ce propos lauteur prcise que si la phantasia trouve sa dfinition dans le Sophiste (264a 4-6), o elle est prsente comme une opinion sexprimant par lintermdiaire dune sensation, ce concept nest pas pour autant absent des dialogues antrieurs. Dans La Rpublique, on peut dtecter la distinction entre phantasia trompeuse et non trompeuse (380d 1-6). Voir ibid., p. 90, 91-92, 94. Sur la notion de phantasia chez Platon, voir galement A. Silverman, Plato on Phantasia , Classical Antiquity, 10, 1991, p. 123-147; J. Follon, La notion de phantasia chez Platon , art. cit, p. 1-14.4 Aristote, De lme, trad. du grec ancien P. Thillet, Paris, Gallimard, 2005, III, 3, p. 158.5 Ibid., p. 159.6 Sur la mmoire et limagination, voir Id., De la mmoire et de la rminiscence, dans Id., Petits traits dhistoire naturelle, trad. du grec ancien R. Mugnier, Paris, Les Belles Lettres, 1953, p. 54-55.

    Imagination_Livre.indb 6 16/04/15 11:49

  • Introduction 7

    intelligible des perceptions sensibles7. Une telle capacit reprsentative a galement un lien avec la sphre du dsir et de lapptit propre de lanimal, mais pour Aristote, parmi les autres animaux s