m©moires d'une expalladiste

Download M©moires d'une expalladiste

If you can't read please download the document

Post on 01-Dec-2015

283 views

Category:

Documents

90 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Albert Pike

TRANSCRIPT

  • Mmoires d'une ex-palladiste parfaite,

    initie, indpendante /Miss Diana Vaughan

    (Jeanne-Marie-Raphalle)

    Source gallica.bnf.fr / Bibliothque nationale de France

  • Taxil, Lo (1854-1907). Mmoires d'une ex-palladiste parfaite, initie, indpendante / Miss Diana Vaughan (Jeanne-Marie-Raphalle). 1895-1897.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de laBnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produitslabors ou de fourniture de service.

    Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence

    2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques.

    3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit :

    *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sansl'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothquemunicipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle.

    5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateurde vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de nonrespect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter reutilisation@bnf.fr.

  • t"M:iss Dia~a

    VATJ~~?'" f'D~iUiL-t (Jenne-Marie~Ba~ [. ;g:~

    MEMOIRES

    'D'UNE

    ~PA~TE

    "P~rMte Imt~ 'n~pe~da~ie

    3~ '

  • PUBUMTtOSTRES RMOMMaNO~E,paRAtSSANTA COTESFtXES

    L'ANTt-MAONREVUE SPCIALE DU MOUVEMENT ANTtMAONNQUE

    ORGAKEOFF!CJEI.DE LA H8UE DU LAB.ARCM'PARAtSSANTTOUS LES SAMEDIS,A PARTIR DU )? OCTOBRE t8p6

    Prix du numro 15Centimes (franco). Seize pages.Directeur Alfred PIERRET

    Principaux coUaborateurs K. DB BORGIA, PAULDE'RGfS, Guy H'ANTAN

    ABONNEMENTS. France et Colonies S fr. par an 3 fr. pour sixmoisEtranger fr. par an 3 fr. SO pour six cnots.

    L'~VT~-AL~ON publie dans ses cotonnes L'Ocan Noir, souvenirsoccultistes, par K. DE BoRGtA,et Pour la Patrie, roman antim~onnique d'unpuissant intrt. parJ.-P. TARDtVjEL,directeur de ta ~t-~ de Q.ubec (Canada).

    Miss DtANA VAUGHAN puMie dans l'~ti'~M! sous !c titre

    LES PALLADISTES F~MA!une srie de rveiatioas concernant particuHerement les Lucif~riens de France et

    qui ne pourraient trouver place dans ses Af~M~.{/MmmtO'Cest e)K'C)'e ?)' ~f !f/)Hi'K, MM~f~f~/MMt)''HK~M~rf-~O!~~e 0 1S

    ~~r M P/!M/77?

  • L!B~!E~~MOK~OUE

    A. PIERRET, diteur, 37, RUE TIENNE-MARCEL

    TowsJt'ot~~j~M

    PARIS

    Ceci est une a'Mfy'6 de bonne foi.

    Miss Diana VAIJHAN

    (Jeanne-Marie-Raphalle)

    c

    ME M 01 R E S

    ~'i D'UNE

    ~-j

    D'UNE

    ~M /E~X PAL LAD 1 S T E

    Par~ite Initie, Indpendante

    ~Joli.c:ii.L 3ME~3a.s'uell~

  • Je ne suis plus des ntres?. Soit 1

    Tout est possible, mme l'impossible tout arrive, mme ce qui nedevrait pas arriver.

    M'est arrive, en effet, la plus impossible missive que je pouvaisattendre. Qu'on la lise.

    Or \y de Londres, le :

  • 4maisaussi la prparation d'une entente plus ou moins prochaine avecnos 1'1~7 et SS\,7 spars, moyennant des concessions rciproques etLa dmission impose au F\7 ~61, seul obstacle notre union. Loin de l, vous obstinant dans la plus malencontreuse des tac-

    tiques, ne voulant prendre conseil que de vous-mme, perdant toutemesure, travaillant contre le sens mme des principaux votes du ConventIndpendant de Londres, vous avez publi ce troisime numro d" votrerevue, que tout Palladiste, non gar comme vous l'tes, condamneraavec une juste svrit.

    Dans ce numro, vous portez de vritables dns quiconque,parmi les Indpendants fdrs, ne pense pas comme vous vous insrezune lettre d'un ministre d'Adona, en dclarant que vous en tes trstouche et lui promettant que, l'gard de la mre du Christ, vous nevous servirez jamais plus d'expressions pouvant heurter la foi descatholiques romains; vous annoncez que vous publierez le rcit de crimes odieux s commis dans les Triangles; vous reprsentez le bongnie qui a daign se constituer votre protecteur, comme fuyant irritdevant le nom de Jeanne d'Arc, dont votre aveuglement exagre singu-lirement les mrites; tout en expliquant que vous avez t trompepar un rngat de nos croyances, vous reconnaissez lui avoir fourni desarmes, qui ont t tournes contre nous et qu~ vous ne lui avez pasreprises alors qu'il tait encore temps de affaire; enfin, dans unecorrespondance que vous insrez et dont le sS est bien facile com-prendre, vous ne vous cachez pas de prendre rendez-vous avec lasuprieure d'un couvent adonate, pour y avoir un sjour, de vingt-quatre heures, dites-vous.

    Nous avonsie regret de vous le dire, T~ CV S\7, par ce troisimenumerc, vous avez prononc vous-mme votre condamnation. Vous*n avez plus le droit de vous dire des ntres.

    Convent Indpendant de Londres n'a pus stipul dans quelleslimites il vous donnait mandat, c'est qu'il ne serait jamais venu lapense des dlgus vous accordant leur confiance que vous pourriez enfaire un tel abus.

    aussi, nous teaoas nos pouvoirs du mme Convent, et lunatumit/par dlibration d'hier, nous vous dsavouons et vousiaisons d&nse de vous servir dsormais de ce titre de T~ ,t~Z~qui est celui adopt par la Fdftion et lui appar-tenant..

    Nous vous donnons sept jours pour rQchtr, dtruire tous lesexemplaires non distribus des numMs 2 et 3 de votre revue que nousrpudions, nous remettre vot~dmission d dlgue la propagande,et prendre l'engagement p~r crit de ne plus'aecomplir une dmarchequelconque ni pubIter~Gique ce goit,m~~ sous votre responsabilitmorale personnelle/sans en avoir r~~ Flr11.

  • 5Palladium se sera faite par la dmission dont nous venons de parler plushaut, et laquelle nous travaillons par des moyens plus srs que lesvtres, vous comprendrez que nous avons eu uniquement en vue de vousprotger contre vous-mme, c'est--dire contre les erreurs de votrefougue, ne supportant aucun frein.

    Nous esprons, cependant, que vous voudrez bien mditer cettevote, qui, vous le savez, vous est adresse par vos ~

  • 6Je n'ai plus le droit de me dire des vtres ?. Je ne songe pas le dire je n'en suis plus, je n'en veux plus tre. Deux fois dj,j'avais donn ma dmission je dsirais vivre en paix, dans la retraite.Deux fois, vous, mes ~~V~~y a~~s, vous tes venus me supplier dereprendre part au combat.

    Aussi bien, il est opportun de s'expliquer ce sujet devant lepublic car aucunement je ne tiens paratre ridicule. Oui, il me semblencessaire qu'on sache bien que, ridicule, ce n'est point moi qui lesuis. :'1;;que vtre InSni. amou~ pour votre

    cratuce!vous!a fait instituer l'auguste

    sacrement de l'Eucharistie, afin d'tre encore au milieu ds ho';nmes,

    pour qui sur la croix vous avez vers v(,)tr prcieux sang. Mais,

    mon Dieu, vous savez ce qui nie fait hsiter croire la transsubstan-

    tiation. Je vous comprends cach sous les apparences du pain et du

    vin; mais transformez-vous rellement en ce pain et en ce vin votre

    divin corps, votre divin sang? cela est-il possible, alors que des scl-

    rats se livrent aux plus criminels attentats contre la sainte Eucht!-

    -istie?. Ah! hlas) les profanations de l'hostie par le poignard ne

    sont rien auprs d'autres. 0 mon Dieu, donnez-moi l'entire foi; car

    j'ai hte de vous pssder, d'tre votre temple vivant 1

    Tandis que, d'une faible voix, J'achevais ces mots, le prtre s'tait

    lev il:prit.l'bstensir dans ses~mains, et, l'levant au-dessus de sa tte,

    se tournant vers moi, il me montrait le saint Sacrement.

    Je le:vp'yais bien,;a. prsent, le ministre :de:Dicu ses traits taient

    trs distincts' pour moi, dans ce: sohg'e. C'tait un prt-rc dj g,

  • 8y

    robuste, d'une sant vigoureuse son visage tait empreint d'une douceur

    des plus accueillantes. Il regardait la divine hostie, en l'levant, avec

    une expression d'amour enthousiaste.

    Je me demandais: Quel est ce saint ? Mais la voix mystrieusene murmura aucun nom mon oreille.

    Enfin, le ministre de Dieu abaissa ses yeux vers moi il eut un regardde bienveillance et d'encouragement, et me dit

    --C'est pour les hommes que Notre Seigneur Jsus-Christ, fils 'de

    Dieu et Dieu lui-mme, a institu l'auguste sacrement de l'Eucharistie.

    Crois

    Alors, j'entendis comme un concert des plus harmonieux, une sym-

    phonie magnifique, Idale. Oserai-je l'crire? Je crois avoir ou, dans ce

    sommeil, la musique des anges,.Ds les premires mesures, une motion indfinissable m