morphologie des cours d’eau - bassin- .9 morphologie des cours d’eau la morphologie des cours

Download morphologie des cours d’eau - bassin- .9 morphologie des cours d’eau La morphologie des cours

Post on 10-Sep-2018

215 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • ww

    w.s

    ageh

    uisn

    e.or

    g

    9

    morphologie des cours deau

    La morphologie des cours deau correspond la forme que les rivires adoptent en fonction des conditions climatiques et gologiques (nature du sol, dbit, pente, granulomtrie du fond, etc.). Leur aspect volue ainsi damont en aval mais galement de faon transversale : on parle alors de facis dcoulement.

    De manire gnrale, nous avons limpression que les rivires ont un cours dont le trac volue peu. Cela sexplique par le fait que les cours deau sont en perptuelle recherche dun quilibre entre la forme de leur lit et leurs dbits. Les dpts de sdiments tendent compenser les arrachements. Il sagit en fait dun quilibre dynamique.

    Les facis dcoulement. Les cours deau sont constitus dune succession de facis dfinis par la hauteur deau, la vitesse dcoulement et le substrat. Il existe des facis lentiques ( coulement lent) comme les mouilles (grande profondeur, trs faible courant et sdiments fins) ou les plats lentiques (profondeur moyenne, faible courant et sdiments fins) et des facis lotiques (coulement rapide) comme les radiers (trs faible profondeur, courant important et substrat grossier) ou des plats courants (profondeur moyenne, courant modr et substrat de type gravier).

    Naturellement, et lorsque des ouvrages hydrauliques ne perturbent pas le fonctionnement, les cours deau se composent dune mosaque de facis dont la diversit conditionne la richesse de la faune et de la flore. Ces diffrents visages que prend la rivire ne sont pas figs dans le temps ; ils sont en perptuelle mutation.

    Lquilibre dynamique des cours deau. Les cours deau recherchent en permanence un quilibre entre la forme du lit et les dbits. On parle ainsi dun quilibre dynamique qui sopre entre les processus drosion et de dpt. Les rivires ont, en effet, de lnergie dissiper ce qui se traduit par un dbit liquide (flux deau) et un dbit solide (limons, cailloux, blocs, etc.). Le dbit liquide est indissociable du dbit solide : la rivire reoit des sdiments issus des eaux de ruissellement de son bassin versant, en arrache ses berges et son lit, en dpose et reprend selon sa vitesse dcoulement. Plus la pente et le dbit liquide sont importants, plus la taille des sdiments transports est importante. Pour que le cours deau puisse dissiper convenablement leur nergie, il est impratif que les sdiments restent mobilisables.

    > De quoi parle t-on ?

    Exemple de mouille : lHuisne Yvr lEvque

    Exemple de radier : lHuisne Maison Maugis

    Co

    mmiss

    ion lo

    cale

    de le

    au -

    SAGE

    Huis

    ne

    AAPP

    MA

    de R

    malar

    d

    La Donnette Bretoncelles

    Co

    mmiss

    ion lo

    cale

    de le

    au -

    SAGE

    Huis

    ne

    >

  • ww

    w.s

    ageh

    uisn

    e.or

    g

    Une accentuation locale de la pente, suite un recalibrage par exemple, se traduit par une rosion plus active : le cours deau a besoin daugmenter son dbit solide, ce qui se traduit par une mobilisation de sdiments de taille plus importante.

    A contrario, une diminution locale de la pente, par la prsence dun seuil par exemple, dplace le systme vers un dpt (accrtion) : le cours deau recherche son quilibre par un dpt plus important de sdiments et une diminution de la taille des matriaux transports.

    Toute variation dune de ces composantes se traduit donc par le dplacement de lquilibre vers une rosion ou un dpt.

    Lespace de mobilit des cours deau. Les phnomnes drosion et de dpts faonnent le lit des cours deau et le font voluer en permanence. Certains secteurs sont rods, tandis que dautres constituent des zones de sdimentation : la combinaison de ces deux phnomnes explique le dplacement du cours deau au sein de sa valle.

    Pour favoriser ces mcanismes naturels et permettre au rivires de jouer pleinement leurs rles, il est indispensable de prserver un espace de mobilit au sein duquel elles peuvent divaguer et mandrer.

    Les mandres se dplacent en permanence vers laval : leur courbe intrieure est comble par les dpts de sdiments tandis que leur courbe extrieure slargit par creusement du chenal et par lrosion des berges. Lamplification de la courbure est normale et aboutit au final une isolation du mandre du cours deau et la cration dun bras mort. Celui-ci reste connect au chenal principal lors de crues.

    morphologie des cours deau

    A

    B

    Sinuosit dun cours deau... La sinuosit dun cours deau ou dun tronon de cours deau svalue en rapportant la longueur relle la distance en ligne droite entre le

    point amont (A) et le point aval (B). Lorsque le rsultat est compris entre 1,25 et 1,5 ont dit que le cours deau est sinueux. Au del de 1,5 il est mandriforme.

    3 Km (distance relle) / 1,3 Km (distance en ligne droite) = 2,3 Ce tronon de lHuisne peut donc tre dfini comme mandriforme

    Exemple de mobilit de lHuisne : mandres et ancien cours Beill

    Co

    mmiss

    ion lo

    cale

    de le

    au -

    SAGE

    Huis

    ne

    >

Recommended

View more >