n otes et études socio-économ iques

Download N otes et études socio-économ iques

Post on 08-Jan-2017

213 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Not

    eset

    tud

    esso

    cio-

    con

    omiq

    ues

    CEN

    TRE

    D

    TUD

    ESET

    DE

    PRO

    SPEC

    TIV

    En

    37- J

    anvi

    er-Ju

    in20

    13

    CENTRE DTUDES ET DE PROSPECTIVE

    SERVICE DE LA STATISTIQUE ET DE LA PROSPECTIVE

    Christophe Perrot, Dominique Caillaud, Hlne Chambaut

    conomies dchelle et conomiesde gamme en production laitire

    NESE n 37, Janvier-Juin 2013, pp. 7-32

  • Prsentation

    Notes et tudes Socio-conomiques est une revue du ministre de lAgriculture, de lAgroalimentaireet de la Fort, publie par son Centre dtudes et de Prospective. Cette revue technique comitde rdaction se donne pour double objectif de valoriser des travaux conduits en interne ou des tu-des commandites par le ministre mais galement de participer au dbat dides en relayant descontributions dexperts extrieurs. Veillant la rigueur des analyses et du traitement des donnes,elle sadresse un lectorat la recherche dclairages complets et solides sur des sujets bien dli-mits. Dune priodicit de deux numros par an, la revue existe en version papier et en versionlectronique.

    Les articles et propos prsents dans cette revue nengagent que leurs auteurs.

    Directrice de la publication :Batrice Sdillot, MAAF-SG-SSP, Chef du Service de la Statistique et de la Prospective

    Rdacteur en chef :Bruno Hrault, MAAF-SG-SSP, Chef du Centre dtudes et de Prospective

    Secrtaire de rdaction :Pierre Claquin, MAAF-SG-SSP-CEP, Chef du bureau de la prospective, Centre dtudes et de Prospective

    Comit de rdactionJean-Claude Teurlay, MAAF-SG-SSP, Adjoint au chef du SSPMartin Bortzmeyer, MEDDTL-CGDD, Chef de bureauPatrick Aigrain, FranceAgriMer, Direction March tudes et ProspectiveFrdric Courleux, MAAF-SG-SSP-CEP, Chef du BEAEBruno Hrault, MAAF-SG-SSP, Chef du Centre dtudes et de ProspectiveAurlien Daubaire, MEFI-DGT, chef du BEA (POLSEC 4)Elsa Delcombel, MAAF-DGPAAT, Chef du BSECCJean-Luc Pujol, INRA, Directeur Mission danticipation Recherche Socit et Dveloppement durableSbastien Treyer, IDDRI, Directeur des programmesTancrde Voituriez, CIRAD, IDDRIPascale Pollet, MAAF-SG-SSP, Sous-directrice de la SDSSR

    Composition : SSP - ANCDImpression : SSP - BSSDpt lgal : parutionISSN : 2259-4841

    Renseignements et diffusion : voir page 4 de couverture

  • Notes et tudes socio-conomiques n 37 - Janvier-Juin 2013 7

    Mots cls

    Polyculture-levage, conomie dchelle, conomie de gamme, performances, environne-ment, autonomie

    Le texte ci-aprs ne reprsente pas ncessairement les positions officiellesdu ministre de lAgriculture, de lAgroalimentaire et de la Fort.

    Il nengage que ses auteurs.

    conomies dchelle et conomies de gammeen production laitireAnalyse technico-conomique et environnementaledes exploitations de polyculture-levage*

    Christophe Perrot1, Dominique Caillaud2, Hlne Chambaut3

    Rsum

    Lanalyse statistique des cots de production du lait met en vidence lexistence dcono-mies dchelle en production laitire mais aussi dconomies de gamme dans les exploita-tions de polyculture-levage laitier essentiellement dues un meilleur emploi du facteurtravail. Une analyse comparative multicritre environnementale conclut un impact pluttplus fort (missions nettes de GES, eutrophisation, consommation dnergie fossile) desateliers laitiers des exploitations de polyculture-levage du fait de leur caractre gnrale-ment intensif et moins herbager. Lanalyse des rsultats de quelques fermes de rfrencedes Rseaux dlevage de lEst de la France au fonctionnement remarquable permet demontrer que des alternatives la trajectoire dominante existent et peuvent tre profitablesaux agriculteurs qui les suivent et lenvironnement. Diffrents stades, de plus en plus co-nomes puis autonomes, parfois recherchs successivement par une mme exploitation, sontidentifis.

    1. Institut de llevage - dpartement conomie, 149 Rue de Bercy, 75012 Paris.2. Institut de llevage - dpartement Actions Rgionales 9, Rue de la Vologne 54520 Laxou.3. Institut de llevage - dpartement Techniques dlevage & Qualit 9 Rue Andr Brouard 49000 Angers.* Lintgralit de ltude partir de laquelle a t ralis cet article est disponible sur http://agriculture.gouv.fr/Economies-d-echelle-et-economies. Cette tude a t finance conjointement par le ministre de lAgriculture, de lAgroalimentaire et de laFort et le ministre de lcologie, du Dveloppement Durable et de lnergie.

  • 8 Notes et tudes socio-conomiques n 37 - Janvier-Juin 2013

    Introduction

    Prs de 25 % des vaches laitires franaises sont prsentes dans des exploitationsde polyculture-levage. Un chiffre stable qui contraste avec la dcroissance enregistre dansla plupart des autres grands pays laitiers europens o cette valeur a souvent t divisepar 2 depuis les annes 1990 (Allemagne 16 %, Italie 8 %, Royaume-Uni 5 %, Danemark4 %1). En France, ces exploitations mixtes obtiennent de meilleurs rsultats conomiquesque les exploitations laitires spcialises ( lexception notable de 2009) et rivalisent avecles exploitations laitires europennes les plus comptitives (Pays-Bas) (Perrot et Chatellier,2009).

    Le fait que la France laitire ait su garder une composante plus forte de ses exploita-tions en systme de polyculture-levage ne doit rien au hasard mais relve assez directe-ment dune diffrence de politiques laitires nationales. La politique franaise qui a privilgilancrage de la production sur tout le territoire, y compris des territoires bon potentiel agro-nomique et lorientation laitire peu marque a, de fait, jusqu prsent favoris ces exploi-tations de polyculture-levage. Elles ont connu des croissances individuelles particulirementfortes, notamment des ateliers laitiers, qui les a conduit mettre en place, de faon domi-nante, des systmes forte productivit (du travail, des animaux, des surfaces) dautantplus quelles sont situes dans des milieux favorables.

    Face la spcialisation et aux conomies dchelles choisies par nos concurrentseuropens, quels sont les avantages conomiques et environnementaux procurs par lapolyculture-levage pour la filire laitire franaise ? lheure de lintensification de lusagedes processus cologiques , de la ncessit de faire voluer les systmes de productionvers un haut niveau de rendement physique tout en rduisant tant leurs impacts environne-mentaux que leur dpendance vis--vis de ressources externes dont la disponibilit pour-rait devenir incertaine (ANR, 2008), de quels atouts dispose la France laitire qui a su garderune composante plus forte de systmes de polyculture-levage ? Potentiellementreconnues comme un idal agronomique, quel est aujourdhui le positionnement de cesexploitations mixtes en termes de comptitivit et de durabilit environnementale ? Tellessont les questions qui ont prsid au lancement de la srie dinvestigations prsentes danscet article partir de lanalyse des donnes des fermes du RICA (Rseau dInformationComptable Agricole) et des Rseaux dlevage.

    Lanalyse du fonctionnement et des rsultats des exploitations de polyculture-levageapparat dautant plus ncessaire que ces exploitations prsentent des signes dinstabilittrs nets. En effet, si la politique laitire franaise a faonn le visage des exploitations actuel-les, le changement de contexte conomique et rglementaire en cours au niveau europen(abandon du contingentement, forte rduction de la rgulation publique des marchs, dcou-plage total des aides directes en vue de favoriser la libert de produire et de rpondre auxsignaux du march) pourrait avoir des effets importants. Le passage de la rgulation uneconcurrence accrue entre exploitations laitires de diffrents bassins de production (fran-ais et europens), ou entre productions au sein dune exploitation pourrait provoquer, sansactions politiques correctrices, des mouvements importants de spcialisation des exploita-tions et des territoires, des volutions des systmes de production guides par une rationa-lit conomique prive nintgrant pas les problmatiques montantes autour des cots etbiens publics notamment environnementaux.

    1. % de vaches laitires dtenues dans des exploitations des OTEX 13 (Crales et Oloprotagineux), 14 (Cultures Gnrales),60 (Polyculture) et 81 (Grandes cultures et herbivores). Calcul des auteurs partir de lenqute structure europenne 2007 etdu RICA europen 1989-2008.

  • Notes et tudes socio-conomiques n 37 - Janvier-Juin 2013 9

    Les volutions de plus en plus contrastes au sein de la France laitire semblent lat-tester. Certaines zones de polyculture-levage marques par des contextes globalementpeu favorables llevage (plaines et coteaux secs du Sud-Ouest) ou prsentant des incer-titudes fortes sur le maintien dune activit de collecte et de transformation (zones faibledensit laitire) sont dj marques par une dprise laitire plus ou moins prononce. Dansune priode marque par une hausse de la rentabilit des alternatives la production lai-tire (cultures de vente depuis 2007), de nombreux dpartements perdent leurs producteurslaitiers au rythme de 9 %/an (Agreste, Enqutes annuelles laitires, calcul des auteurs).

    Aprs quelques rappels thoriques sur les concepts dconomie de gamme et de poly-culture-levage, les intrts conomiques et environnementaux potentiels de ce mode deproduction agricole sont lists puis recherchs dans les bases de donnes du RICA et desRseaux dlevage. Analyses en moyenne, les performances des exploitations de polyculture-levage sont fortement marques par les exploitations du courant dominant dont la rus-site conomique sest affirme au cours de la priode dtude 2002-2010. Toutefois, desanalyses de trajectoires partir du RICA et des Rseaux dlevage permettent de mettre envidence les conditions de russite de diffrentes stratgies minoritaires en termes de pro-ductivit, conomie de charges, voire autonomie des exploitations.

    Encadr 1 - Mobilisation des dispositifs :