rapport d'atelier gdf niamey 2015€¦ · 1" " " "...

of 12 /12
1 /Rapport d'atelier/ Atelier de renforcement des capacités de la CEDEAO sur la gestion durable des forêts (GDF) avec un accent sur la REDD + 27 au 29 Avril 2015 à Niamey, NIGER AVEC LE SOUTIEN DE: CET EVENEMENT EST ORGANISÉ DANS LE CADRE DE LA

Upload: others

Post on 13-Aug-2020

16 views

Category:

Documents


0 download

TRANSCRIPT

Page 1: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

1    

 

 

/Rapport  d'atelier/  

Atelier  de  renforcement  des  capacités  de  la  CEDEAO  sur  la  gestion  durable  des  forêts  (GDF)  avec  un  accent  sur  la  REDD  +  

27  au  29  Avril  2015  à  Niamey,  NIGER  

 

 

AVEC  LE  SOUTIEN  DE:  

 

 

 

 

CET  EVENEMENT  EST  ORGANISÉ  DANS  LE  CADRE  DE  LA  

 

 

 

 

Page 2: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

2    

1. Introduction  

Le  besoin  en   renforcement  de  capacités   sur   la  gestion  durable  des   forêts  dans   la   sous-­‐région  

Ouest   Africaine   ne   pourrait   être   sous-­‐estimé.   Les   zones   forestières   de   la   sous-­‐région   se  

dégradent   suite   aux   activités   d’exploitation     à   la   fois   de   la   part   des   habitants   locaux   et   des  

étrangers   pour   le   bois   et   autres   produits   forestiers.   Les   principales   activités   conduisant   à   la  

déforestation  et  à   la  dégradation  des   forêts  peuvent  se   résumer  ainsi:   la  production  agricole,  

l'exploitation   forestière,   le  pâturage,   la   production  de   la  biomasse   traditionnelle   (charbon  de  

bois   et   bois   de   chauffage)   ainsi   que   l'urbanisation   et   l’urbanisation.   Ainsi,   cet   atelier   a   été  

organisé   pour   répondre   aux   besoins   de   renforcement   de   capacités   en   gestion   durable   de   la  

forêt   des   différents   acteurs   de   la   chaîne   de   valeur   du   secteur   biomasse.   Les   participants,   à  

travers  des  présentations,  des  discussions  de  groupe  et  des  questions  et  réponses  ont  identifier  

les   lacunes  dans   les  pratiques  menant  à   la  surexploitation  des  forêts   locales  par   les  différents  

acteurs  de  la  chaîne  de  valeur  de  l'énergie  de  la  biomasse.  Mais  aussi,  les  meilleures  pratiques  

(techniques  traditionnels  et  nouvelles)  ont  été  mis  en  valeur  et  la  nécessité  de  les  promouvoir  a  

été  notée.  

En  dernier  lieu,  une  visite  de  site  a  été  organisé  à  un  marché  local  du  bois  à  environ  90  km  de  

Niamey.      

2. Objectifs  

L'objectif  général  de  l'atelier  était  de  partager  les  informations  et  d’améliorer  les  capacités  de  

l'ensemble  des  acteurs  concernés  au  sein  de  la  chaîne  de  valeur  de  secteur  forestier.  

Les  objectifs  spécifiques  de  l'atelier  étaient  les  suivants:  

• Sensibiliser  les  participants  sur  la  menace  de  la  production  non  durable  des  ressources  

en  bois  menant  à  la  déforestation  et  à  la  dégradation  écologique.  

• Renforcer   les  capacités  sur   les  techniques  de  gestion  durable  des  forêts,  en  particulier  

pour  les  intervenants  des  communautés  locales  où  la  production  de  charbon  de  bois  et  

du  bois  de  chauffe  sont  leur  principale  source  de  subsistance;  

• Présenter  les  meilleures  pratiques  et  échanger  sur  les  défis  liés  à  la  gestion  durable  des  

forêts  à  l'intérieur  et  l'extérieur  de  la  l'espace  CEDEAO;  

Page 3: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

3    

• Mettre  en  évidence  le  rôle  important  des  collectivités  locales  et  la  nécessité  de  diffuser  

les  connaissances  traditionnelles  qui  ont  été  utilisées  au  fil  du  temps;  

• Discuter  de  l'intégration  de  l'énergie  de  cuisson  propre  dans  les  politiques  et  stratégies  

énergétiques  nationales,    le  lien  entre  la  cuisson  propre  et    l’approvisionnement  durable  

de  la  biomasse  ligneuse  étant  indéniable;  

• Discuter  de  l'intégration  de  la  gestion  durable  des  forêts  dans  les  politiques  et  stratégies  

agricoles  forestières  nationales  ;  

• Renforcer   les   capacités   des   participants   sur   le   mécanisme   REDD   +   (préparation   et  

financement).  

 

3. L’atelier        

L'atelier,   qui   a   réuni   plus   de   70   participants   des   quatre   coins   l’espace   CEDEAO,   a   eu   lieu   à  

Niamey,  au  Niger,  sous  le  parrainage  du  ministère  autrichien  de  l'Environnement.  Les  ministres  

de  l'Energie  et  du  Pétrole,  et  celui  de  l'Environnement  et  de  la  foresterie  du  Niger  ont  assisté  à  

la  cérémonie  d'ouverture.  

Dans   son  discours,   le  Directeur  exécutif  du  CEREEC  a   réitéré   la  nécessité  mieux  d'exploiter   le  

système  de  distribution  d'énergie  de   la   région   afin  qu’ils   puissent   répondre   aux  défis   actuels  

d'accès  énergétique  auxquels  font  face  la  population.  

Le   ministre   de   l'Energie   et   du   Pétrole,   M.   Foumakoye   Gado   aussi   bien   que   celui   de  

l'Environnement   et   de   la   foresterie,  M.   Adamou   Chaifou   ont   soulevé   la   préoccupation   de   la  

demande   croissante   pour   la   biomasse   (pour   satisfaire   la   demande  d'énergie   domestique).   Ils  

ont  tous   les  deux  en  leur  manière  insisté  qu’il  est  nécessaire  et  primordiale  de  se   lancer  dans  

des  mesures  de  durabilité  pour  préserver   la   forêt.   Le  ministre  de   l'Environnement  a   reconnu  

que  des  efforts  ont  été  faits  depuis   longtemps,  mais   il  a  souligné  que  ces  efforts  doivent  être  

renforcés  et  que   les  enseignements  doivent  être  partagés  entre   les  différentes  communautés  

locales.   Il   a   également   souligné   le   manque   de   ressources,   en   particulier   pour   les   agents  

forestiers,  ce  qui  entrave  leurs  efforts    

 

 

Page 4: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

4    

4. Résumé  des  présentations  

Les  différents  intervenants  ont  convenu  de  la  nécessité  de  préserver  les  forêts  locales  avec  les  

pratiques   de   gestion   appropriées.   Cependant,   les   diverses   organisations   utilisent   des  

procédures   diversifiées.   L'un   des  messages   clés   est   la   nécessité   de   rendre     les   politiques   et  

projets  de  gestion  durable  des  forêts  plus  participatifs  et  inclusifs  ceci  permettra  non  seulement  

de   gagner   la   confiance   des   populations   locales   mais   aussi   de   rendre   lesdits   projets   plus  

durables.  En  général,  les  points  de  vue  exprimés  ont  indiqué  que,  les  forêts  ne  peuvent  pas  être  

considérées   comme   des   ressources   intarissables   par   les   populations   et   d’où   la   nécessité   de  

mettre  en  place  un  système  de  régularisation  et  de  contrôle  approprié.  

L'approche  participative  à  la  gestion  durable  des  forêts  doit  être  élaborée  pour  les  populations  

locales   afin   d'améliorer   leurs   moyens   de   subsistance.   Ceci,   selon   les   experts,   contrôlera   les  

activités   des   autres   intervenants   de   la   chaîne   de   valeur   qui   ne   vivent   pas   au   sein   et   aux  

alentours  des   zones   forestières.   Cependant,   les   coûts  de   la   gestion  participative  doivent   être  

partagés  entre  le  gouvernement  et  les  collectivités  locales  qui  abritent  la  forêt.      

Les   présentateurs   ont   aussi   noté   que   tous   les   pays   de   la   zone   CEDEAO   sont   au   niveau   de  

préparation  (readiness)  du  mécanisme  REDD+.  Pour  que  les  REDD+  puisse  vraiment  bénéficié  à  

nos  pays   il   faudra  plus  de   renforcement  de   capacité   et   que   le  mécanisme  puisse  prendre  en  

compte  les  réalités  locales.  

 

5. Discussions  de  groupes  

Afin  d'harmoniser   les  points  de  vue  sur   les  obstacles  auxquels   se  heurtent   la  gestion  durable  

des   forêts,   les  participants  ont  été  mis  en  groupes  suivant  ces  barrières:   financières,  sociales,  

institutionnelles   /   réglementaires   et   connaissances   /   sensibilisation.   Après   avoir   identifié   les  

obstacles  clés  au  sein  de  ces  thèmes,  les  participants  ont  eu  également  à  proposer  des  solutions  

pour   y   remédier.   Chaque   groupe   a   ensuite,   présenté   son   travail.   De   longues   discussions   ont  

continuées   autour   notamment   de   l'abus   de   pouvoir   politique,   la   corruption,   les   textes  

obsolètes,   le  manque  de  capacité  des  agents  forestiers.  Cette  session  a  véritablement  incarné  

l'esprit   dans   lequel   l'atelier   de   renforcement   de   capacités   a   été   organisé   et   qui   était   de  

permettre   aux   divers   acteurs   d'avoir   leur  mot   à   dire   et   d'apprendre   les   uns   des   autres.   Des  

Page 5: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

5    

délibérations   précises   sur   ces   sujets   ont   conduites   à   des   recommandations   qui   ont   été  

examinées  et  validées  par  les  participants.  Le  tableau  ci-­‐dessous  résume  le  travail  de  groupe.    

 

Group  1  :  Barrières  Politiques  et  Institutionnelles  

Barrières  Clés   Solutions/Interventions  Proposées  

-­‐ Arrangement  institutionnel  inadéquate.  

-­‐ Cadre  règlementaire  inexistant  ou  confus  

-­‐ Code  forestier  obsolète  

-­‐ Faible  Synergie  entre  politiques  forestières  et  

autres  politiques  (  Agriculture-­‐  élevage  

aménagement)  

-­‐ Conflit  ou  manque  de  coordination  entre  les  

acteurs  

-­‐ Manque  de  synergie  entre  les  politiques  et  les  

institutions  

-­‐ Manque  de  volonté  politique  

-­‐ Faible  application  des  textes  

-­‐ Méconnaissance  des  textes  

-­‐ Problème  de  collecte  des  données  

-­‐ Manqué  d’harmonisation  pour  les  ressources  

partagées  

-­‐ Lenteur  administrative  

-­‐ Capacités  institutionnelles  inefficientes  

-­‐ Faible  sensibilisation  et  imposition  des  projet  

aux  population  

-­‐ Question  foncière  

 

-­‐ Faible  application  des  textes  

-­‐ Méconnaissance  des  textes  

-­‐ Problème  de  collecte  des  données  

-­‐ Manqué  d’harmonisation  pour  les  ressources  

partagées  

-­‐ Lenteur  administrative  

-­‐ Capacités  institutionnelles  inefficientes  

-­‐ Faible  sensibilisation  et  imposition  des  projet  

aux  population  

-­‐ Question  foncière  

 

 

Group  2  :  Barrières  Socio-­‐Economiques  

 

Barrières  Clés   Solutions/Interventions  Proposées  

-­‐ Femmes  et  difficultés  d’accès  au  financement  

-­‐ Etat  de  pauvreté  

-­‐ Manqué  d’information/  sensibilisation/  

Prendre  en  compte  la  dimension  de  genre  dans  la  

conception  et  la  mise  en  œuvre  des  projets  de  

foresterie.  

Page 6: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

6    

éducation  

-­‐ Habitudes  culturales  

-­‐ Manque  d’équité  home/femme  dans  la  gestion  

des  ressources  naturelles/  accès  à  la  terre  

-­‐ Manque  de  pérennisation  des  acquis(  post-­‐

projet)  

-­‐ Perceptions  erronées  du  bien  communautaire  

-­‐ Habitudes  culinaires  (  y  compris  combustibles)  

-­‐ Disponibilité  du  combustible  et  équipements  

-­‐ Accès  difficile  aux  combustible  alternatifs  (prix)  

-­‐ Environnement  fiscal  défavorable  

-­‐ Non-­‐professionalisation  de  la  filière  de  bois  

-­‐ Exploitation  incontrôlée  de  la  ressource  

-­‐ Sécurité  dans  l’utilisation  de  certains  

combustibles  (  gaz)  

-­‐ Démystification  des  brousses/  forêts  

-­‐ Accaparement  des  terres  

 

Organiser  des  entretiens  sessions  -­‐  débats  dans  les  

zones  rurales.  

   Créer  des  opportunités  de  entre  les  communautés  

ensemble  pour  défendre  leurs  droits.  

   Améliorer  la  valeur  des  savoirs  traditionnels  et  des  

techniques  traditionnelles.  

   Mettre  en  œuvre  des  modèles  de  distribution  plus  

efficaces  (last-­‐mile)  pour  faciliter  l'adoption  de  

technologies  et  de  combustible  pour  la  cuisson  aux  

populations  pauvres  /  éloignées.  

Créer  des  coopératives  et  des  GIE  pour  la  production,  la  

transformation  et  la  distribution  de  bois.  

   Renforcer  les  mesures  de  surveillance  des  licences  de  

contrôle  et  d'exploitation  

   Voir  une  politique  claire  en  matière  de  gestion  durable  

des  forêts  et  l'utilisation  de  technologies  efficaces  

(maisons,  usines,  etc.)  

Faire  des  campagnes  de  sensibilisation  pour  changer  les  

comportements  afin  d'éradiquer  les  mauvaises  

pratiques.  

 

Group  3  :  Barrières  Technologies  

 

Barrières  Clés   Solutions/Interventions  Proposées  

-­‐ Manque  d’adaptations  des  programmes  de  

formation  forestières  aux  nouvelles  

technologies  

-­‐ Manque  de  recyclage  des  forestiers  sur  les  

nouvelles  notions.  

-­‐ Faible  taux  d’adaptation  des  technologies  à  

certaines  réalités  locales  

-­‐ Faible  taux  d’appropriation  des  technologies  

-­‐ Relâchement  des  certaines  technologies  en  

faveur  des  autres  (  cas  des  FA-­‐  Solaire)  

-­‐ Coût  élevé  de  l’investissement  initial  pour  

La  création  de  centres  nationaux  /  régionaux  

technologiques  d'excellence  en  matière  de  gestion  

forestière  et  le  suivi,  le  Centre  de  suivi  écologique  au  

Sénégal.  

   Révision  de  la  formation  du  personnel  technique  et  

administratif  en  incluant  les  modules  technologiques.  

Organisation  de  l'enseignement  des  voyages  pour  

renforcer  les  capacités  du  personnel.  

Impliquer  toutes  les  parties  prenantes  en  particulier  

ceux  basés  dans  le  développement  de  nouvelles  

technologies.  

Page 7: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

7    

l’acquisition  les  nouvelles  technologies  

-­‐ Manque  de  promotion  et  de  subvention  

autour  des  nouvelles  technologies  forestières  

et  technologies  de  cuisson  

 

Faire  le  plus  accessible  financièrement  par  le  biais  des  

technologies  novatrices  des  mécanismes  de  

financement.  

 

Group    :  Barriers  Financières  

Barrières  Clés   Solutions/Interventions  Proposées  

-­‐ Faible  allocation  budgétaire  au  secteur  

forestier  

-­‐ Dépendance  des  financements  extérieurs  (  

projets  et  programmes)  

-­‐ Manque  d’autofinancement  des  forêts  (les  

revenus  de  l’exploitation  des  forêts  ne  sont  pas  

réinvestis)  

-­‐ Lourdeur  des  procédures  de  financement  

comme  le  REDD+  

-­‐ Durée  des  financements  trop  courts  pour  les  

projets  forestiers    (<  5  ans)  

 

-­‐ Mise  en  place  d’un  fond  forestier  régional  

-­‐ Fond  national  de  développement  forestier  

-­‐ Allègement  des  procédures  de  financement  

des  projets  forestiers  

-­‐ Business  plan  bancable  (  avec  des  PPP)  

 

 

Group  1  :  Barrières  Connaissance  et  Sensibilisation  

 

Barrières  Clés   Solutions/Interventions  Proposées  

-­‐ Manque  de  sensibilisation  et  de  formation  

-­‐ Faible  connaissance  du  potentiel  forestier  

-­‐ Problèmes  de  d’acquisition  et  de  gestions  des  

données  

-­‐ Manque  de  partage  de  connaissances  

endogènes  

-­‐ Manque  de  renforcement  des  capacités  

-­‐ Manque  de  pages  d’informations  et  des  base  

de  données  fiables  

-­‐ Faible  collaboration  entre  les  institutions  

-­‐ L’analphabétisme  

-­‐ Programme  régional  de  sensibilisation  et  de  

formation  

-­‐ Inventaire  forestier  national  pour  chaque  pays  

-­‐ La  mise  en  valeur  des  SIE  (  système  

d’information  énergétique)  

-­‐ La  democratie  à  la  base  et  à  la  bonne  

gouvernances  

-­‐ Programme  de  renforcement  des  capacités  des  

cadres  et  des  communautés  locales  

-­‐ Lutter  contre  l’analphabétisme  

-­‐ Faire  l’inventaire  des  

Page 8: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

8    

-­‐ Non  traduction  des  textes  législatifs  et  

règlementaires  

 

connaissances/techniques  traditionnels  

-­‐ Traduire  les  textes  en  langues  locales  

-­‐ Une  collaboration  entre  toutes  les  institutions  

 

 

6. Visite  du  site  du  marché  de  bois  et  de  la  forêt  gérée  de  manière  durable    

Le  groupe  a  quitté  à  8  heure  du  matin  pour  visiter  une  forêt  gérée  de  façon  durable  dans  la  

région   de   Dori.   Les   agents   des   Eaux   et   Forêts   du   Niger   ont  mené   la   visite   et   ont   donné  

d’amples  informations  sur  les  activités  des  différentes  parties  prenantes  dans  la  récolte  du  

bois   de   feu   dans   les   forêts   locales   et   la   façon   dont   le   bois   qui   est   commercialisé.   Des  

représentants   de   la   société   civile,   qui   étaient   présents   ont   prêché   pour   une   plus   grande  

protection   de   leurs   droits   et   pour   une   répartition   équitable   et   équilibrée   des   bénéfices  

provenant  de  programmes  de  gestion  durable.  

 

7. Résultats  et  Recommandations  

Les  résultats  de  l'atelier  étaient  nombreux.  Cependant,  certains  des  plus  notables  sont:  

1. Les  participants  ont  pu  en  apprendre  davantage  sur   l'état  actuel  de   la  REDD  +  dans   la  région.  Comment  les  pays  de  la  CEDEAO  se  déplacent  le  long  de  l'état  de  préparation.  

2. Plusieurs  organisations  ont  pu  apprendre  les  uns  des  autres  et  de  futures  collaborations  attendent.  

3. Rôles,  droits  et  contributions  3.  Les  communautés  locales  ont  été  mises  en  évidence.  4. Une   compréhension   commune   a   été   développé   autour   de   la   nécessité   d'élaborer   des  

plans  d'action  nationaux  de  l'énergie  de  cuisson  propre.  

Les  participants  à  l’atelier  de  renforcement  de  capacité  de  la  CEDEAO  sur  la  gestion  durable  des  forêts  avec  un  accent  sur  la  REDD  +  qui  s’est  tenu  à  Niamey,  au  Niger  du  27  au  28  Avril  2015  reconnaissent    que  :  

• La  dépendance  en  bois  énergie  de  la  population  de  l’espace  ;  CEDEAO  augmente,   il  y’a  des  lacunes  importantes  en  ce  qui  concerne    la  sauvegarde  de    la  biomasse  ligneuse  ;  

• La  biomasse  est  et  restera  pendant  longtemps  une  source  d'énergie  importante  pour  la  région   et   sa   surexploitation   est   parmi   les   principales   causes   de   la   dégradation   des  forêts  ;  

• L’utilisation   de   la   biomasse   traditionnelle   avec   des   foyers   inefficaces   représente   un  risque  pour  la  santé  de  nos  populations  due  à  la  pollution  de  l’air  intérieur  ;    

Page 9: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

9    

• La   collecte   de   bois   expose   les   femmes   et   les   enfants   à   un   certain   nombre   de   risques  (crimes  violents,  morsures  de  serpent,  etc.)  ;  

• Il   y’a   souvent  un  manque  de  coordination  entre   les  différents  acteurs  de   la   chaine  de  valeur  de  la  biomasse  ;  

• Il  est  nécessaire  d’aller  vers  une  production  durable  de  combustibles  ligneux  ;  • Pourtant,  le  bois  d’énergie  peut  être  renouvelable  si  sa  production  est  durable  et  s’il  est  

utilisé   efficacement  ;   Contribuant   ainsi     à   accroître   la   résilience   aux   changements  climatiques.  

• La   chaine   de   valeur   de   la   biomasse   est     pourvoyeur   d’opportunités   d'emploi   et   de  revenus,  en  particulier  pour  les  populations  rurales,  qui  sont  les  gardiens  des  forêts.  

• Dans  le  mix  énergétique  du  bois,  les  plantations  des  espèces  à  croissance  rapide  ont  un  fort  potentiel  pour  combler  le  déficit  de  l'offre.    

• Le  bois  durable  est  l'un  des  piliers  du  développement  durable,  du  développement  rural  et  de  la  lutte  contre  la  déforestation.  

• Les  expériences  des  organisations   locales,  nationales  et  régionales  peuvent  être  mieux  partagées  pour  une  multiplication.  

• La   promotion   des   combustibles   alternatifs   et   des   foyers   modernes   et   efficaces   peut  contribuer  à  la  durabilité  des  ressources  forestières  entre  autres  choses.  

5. RECOMMENDATIONS  

Prenant   en   considération   les   contributions   discutées   pendant   l'atelier,   les   participants   ont  élaboré  les  recommandations  suivantes:    

1. A  l’endroit  des  Etats  Membres  :  a. Appuyer  l’élaboration  et  la  mise  en  œuvre  de  plans  d’action  sur  l’énergie  durable  

de  cuisson  au  niveau  national,  notamment:  i. Renforcer  la  production  durable,  la  transformation  et  l'utilisation  du  bois  

afin  de  contribuer  à  la  protection  et  conservation  des  forêts  ;  ii. Protéger    et  promouvoir  les  connaissances  et  initiatives  traditionnelles  de  

gestion  durable  des  forêts  ;  iii. Inscrire   la  biomasse  comme  source  d'énergie   renouvelable,  moderne  et  

rentable   afin  de  pérenniser   son  exploitation  puisque   celle-­‐ci   représente  un  secteur  d’activité  clé  dans  les  économies  de  la  sous-­‐région;  

iv. Promouvoir   des   alternatives   au   bois   pour   réduire   la   demande   et   la  pression  forestière  ;  

v. Promouvoir   l'approche  chaîne  de  valeur  dans   le  secteur  de   la  biomasse,  la  gestion  durable  des  terres  et  les  projets  forestiers  existants  ;  

vi. Promouvoir  le  bois  en  tant  que  pilier  central  dans  le  développement  rural  en  impliquant  les  communautés  locales  ;  

Page 10: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

10    

vii. Réviser   ou   actualiser   les   politiques   afin   de   tenir   compte   des   réalités  actuelles  ;  

viii. Prendre  en  compte   l’aspect  genre  sur  toutes   les  questions  relatives  à   la  gestion  durable  des  forêts  /  droits  fonciers  ;  

ix. Prendre  en  considération  l’économie  verte  liée  à  la  chaine  de  valeur  de  la  biomasse  (comme  la  pharmacopée  et  l’écotourisme)  ;  

x. Promouvoir  une  répartition  équitable  et  juste  des  avantages  et  bénéfices.    

2. A  l’endroit  des  organisations  intergouvernementales  (CEDEAO,  UEMOA,  CILSS)  a. Appuyer   la   planification   et   la   coopération   intersectorielles   pour   la   biomasse  

ligneuse  aux  niveaux  national  et  régional  ;    b. Partager  et  promouvoir  des  pratiques  de  gestion  réussies  au  cours  d’ateliers  et  

autres  pour  leur  réplication;  c. Mettre  en  place,  harmoniser  ou  renforcer  un  cadre  juridique  et  réglementaire  tel  

que   les   licences,   les   normes,   les   systèmes   de   certification   et   des   critères   de  durabilité   pour   assurer   une   production,   transformation   et     consommation  durable  du  bois  ;  

d. Mettre   en   œuvre   une   Journée   Nationale   de   la   Forêt   et   de   la   Réduction   des  Emissions  de  GES  commune  à  tous  les  Etats  Membres  ;    

e. Prendre  en  compte  l’aspect  genre  sur  toutes  les  questions  relatives  à  la  gestion  durable  des  forêts  /  droits  fonciers  ;  

f. Créer  un  Fonds  Régional  de  Développement  Forestier  ;    g. Développer   un   mécanisme   financier   pour   soutenir   les   investissements   en  

matière  de  technologies  et  de  ressources  ;  h. Développer  et  mettre  en  œuvre  un  programme  sous   régional  de   renforcement  

des  capacités  des  Etats  membres  de  la  CEDEAO  autour  de  la  REDD+  ;  i. Lutter  contre  le  commerce  illégal  transfrontalier  des  produits  ligneux  ;  j. Mettre  en  œuvre  le  plan  de  convergence  forestier  de  l’Afrique  de  l’Ouest.  k. Prendre  en  compte  l’aspect  genre  sur  toutes  les  questions  relatives  à  la  gestion  

durable  des  forêts  /  droits  fonciers  ;    

3. A  l’endroit  des  organisations  de  la  société  civile  a. Sensibiliser   et   former   les   organisations   communautaires   de   base   et   les  

professionnels   du   bois   pour   une  meilleure   implication   dans   la   gestion   durable  des  ressources  naturelles  ;  

b. Appuyer   les   communautés   locales   afin   que   leur   droit   et   savoir-­‐faire   soient  préservés.  

Page 11: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

11    

c. Prendre  en  compte  l’aspect  genre  sur  toutes  les  questions  relatives  à  la  gestion  durable  des  forêts  /  droits  fonciers  ;    

4. A  l’endroit  des  partenaires  techniques  et  financiers  a. Appuyer  la  mise  en  place  du  Fonds  Régional  de  Développement  Forestier  ;    b. Développer   un   mécanisme   financier   pour   soutenir   les   investissements   en  

matière  de  technologies  et  de  ressources  ;  c. Appuyer  le  partage  de  connaissances  techniques  entre  nord-­‐sud  et  sud-­‐sud.  d. Prendre  en  compte  l’aspect  genre  sur  toutes  les  questions  relatives  à  la  gestion  

durable  des  forêts  /  droits  fonciers  ;  

8. Conclusion  

L'atelier   de   renforcement   des   capacités   a   donné   le   forum   parfait   pour   une   délibération  

détaillée  sur  la  nécessité  d'entreprendre  une  gestion  appropriée  des  forêts  dans  la  sous-­‐région.  

Les  questions  relatives  au  REDD+  ont  été  discutés  et  des  connaissances  pour  la  mise  en  œuvre  

ont  été  partagées.  Les  participants  ont  convenu  que  dans  le  cadre  du  REDD  +,  les  pays  doivent  

obtenir  une  tribune  où  ils  peuvent  tirer  pleinement  parti  du  mécanisme  REDD  +.  Les  Principaux  

problèmes   liés   à   l'absence   d'une   évaluation   appropriée   des   ressources   forestières   ont   été  

unanimement  partagé.  Les   inventaires   forestiers  ne  sont  pas   fréquents  dû  au  fait  que  ceux-­‐là  

coûtent   très   chers.   Les  participants  ont   exhortés   le  CEREEC  et   la  CEDEAO  à   appuyer   les  pays  

dans  ce  sens.  L'atelier  a  réussi  à  atteindre  ses  objectifs  vue  que  la  sensibilisation  a  été  faite  et  

que   la   majorité   des   participants   ont   déclaré   leur   satisfaction   par   rapport   au   contenu   des  

sessions.  Le  rôle  du  CEREEC  comme  un  organisme  régional  a  été  soulignée  avec  les  participants  

qui  sollicitaient  une  participation  plus  active  de  chaque  Etat  membre  en  termes  mobilisation  de  

ressources.   La   réunion   s’est   terminée   de  manière   positive,   avec   de   grandes   attentes   pour   la  

mise  en  œuvre  des  recommandations.    

9. Annex  1  :  Quelques  photos  de  l’atelier  

 

 

 

 

 

Page 12: Rapport d'Atelier GDF Niamey 2015€¦ · 1" " " " /Rapport(d'atelier/" Atelierderenforcementdes’capacités’delaCEDEAOsurlagestiondurabledes forêts(GDF)avecunaccentsurlaREDD+

12