retour et réintégration de personnes vulnérables · un partenariat migratoire est l’expression...

of 172 /172
UN GUIDE PRATIQUE Retour et réintégration de personnes vulnérables ANS Organisation internationale pour les migrations

Author: others

Post on 08-Sep-2019

1 views

Category:

Documents


0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • UN GUIDE PRATIQUE

    Retour et réintégration de personnes

    vulnérables

    ANSOrganisation internationale pour les migrations

  • IOM is committed to the principle that humane and orderly migration benefits migrants and society. As an intergovernmental body, IOM acts with its partners in the international community to: assist in meeting the operational challenges of migration; advance understanding of migration issues; encourage social and economic development through migration; and work towards effective respect of the human dignity and well -being of migrants.

    Editorial team: Sylvie Heuschmann, Dário Muhamudo, Myriam SauterTranslations: SEM, IOMGraphic design: IOMPhotos: IOM

    Publisher: International Organization for Migration (IOM) Bern Thunstrasse 11 P.O. Box 216 CH-3000 Bern 6 Switzerland Tel: +41 31 350 82 11 Fax: +41 31 350 82 15 E-mail: [email protected] Internet: http://switzerland.iom.int/ • www.iom.int

    ____________________________________________________

    © 2016 International Organization for Migration (IOM)_____________________________________________________

    This publication has been produced with the financial support of the Swiss State Secretary for Migration (SEM). Opinions expressed in this publication are those of the authors and do not necessarily reflect the views of the International Organization for Migration and the SEM. Also the content of this handbook focuses on the Swiss context and return system.

    All rights reserved. No part of this publication may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted in any form by any means electronic, mechanical, photocopying, recording, or otherwise without prior written permission of the publishers.

    Acknowledgements• IOM Bern wishes to acknowledge the support of the SEM for making this

    handbook possible.

    • IOM Bern would also like to thank the experts who have contributed with their expertise to enrich this handbook with background information.

    78_16

  • Retour et réintégration de personnes

    vulnérables UN GUIDE PRATIQUE

    ANSOrganisation internationale pour les migrations

  • Table des matières

    v

    TABLE DES MATIERESAvant-propos ............................................................................ vi

    De la section aide au retour ...............................................................viiDe l’Organisation internationale pour les migrations ......................... x

    1. Migration et Santé ............................................................... xii1.1 Un domaine médical spécifique ................................................... 11.2 Le Programme national Migration et Santé .................................. 4

    2. Retour avec un accompagnant ............................................... 82.1 Escorte Médicale - Exemple ........................................................ 112.2 Escorte Sociale - Exemple ........................................................... 12

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables .................................................... 14

    3.1 Organisation du retour et de la réintégration des personnes souffrants de problèmes physiques .......................... 193.2 Retour et réintégration de personnes avec

    des problèmes psychiques .......................................................... 323.3 La situation des personnes migrantes âgées en Suisse............... 423.4 Personnes handicapées moteur et sensitif ................................. 513.5 Migration et dépendance ........................................................... 593.6 La traite d’êtres humains, une nouvelle forme d’esclavage ........ 70

    4. Les mineurs non accompagnés ........................................... 1064.1 Introduction à la thématique des

    mineurs non accompagnés ....................................................... 1074.2 Conseils pratiques pour le retour et la réintégration

    des mineurs non accompagnés ................................................ 118

    5. Retour de familles monoparentales ................................... 126

    6. Annexes ............................................................................. 138A.6.1 Formulaire « Assessment of Travel Fitness » et lettre ........... 140A.6.2 Declaration of personal use of medicaments ........................ 144A.6.3 Définition de la traite d’êtres humains et

    du trafic illicite de migrants ................................................... 145A.6.4 Screening Form ..................................................................... 147A.6.5 Formulaire d’évaluation des risques ..................................... 152A.6.6 Formulaire de consentement ................................................ 155

  • Avant-propos

  • Avant-propos

    viiDE LA SECTION AIDE AU RETOUR

    Beat Perler, chef de la Section Bases de retour et aide au retour, Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM)

    « Vulnérable » est un mot d’origine anglophone, qui est de plus en plus fréquemment utilisé pour décrire un groupe de migrants en situation précaire qui s’agrandit d’année en année ; ce sont des personnes avec des problèmes physiques ou psychiques, des handicaps, des personnes avec des dépendances, des personnes âgées ou des mineurs, des femmes ou hommes seuls avec enfants, des personnes qui ont été exploitées ou même abusées. Bref, des êtres humains, qui, suite à leurs histoires personnelles et leurs situations de vie requièrent une aide ou assistance spécifique.

    L’aide au retour suisse

    L’aide au retour suisse doit consister en un soutien. Elle existe depuis 1997 et se base sur un système complémentaire : la promotion du retour volontaire ou autonome et la mise en œuvre des mesures policières pour l’exécution des renvois suite à une procédure d’asile. Les mesures qui favorisent un retour autonome sont prioritaires. Un élément central est donc le conseil en vue du retour dans les cantons. Il s’agit principalement d’informer les personnes sur l’aide au retour et de les motiver à changer de perspectives. Un système d’incitation est créé grâce à un conseil en vue du retour professionnel et grâce aux aides au retour et à la réintégration individuelles. Ce système doit favoriser et promouvoir les décisions pour un retour autonome.

  • UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    viii

    L’aide au retour et à la réintégration individuelle peut consister en l’organisation du départ, en aide financière et médicale ainsi qu’en aide matérielle pour la mise en place d’un projet professionnel, pour le paiement d’un logement ou encore pour le financement d’une formation. Une femme originaire de la République islamique d’Iran a ainsi pu, grâce à l’aide au retour suisse, faire une formation en tant qu’hôtesse de l’air, une famille de la Mongolie a pu s’assurer d’un revenu grâce au financement d‘un projet de laverie pour vêtement et un couple du Sri Lanka a pu retourner dans son village, suite à la rénovation de leur maison sérieusement endommagée. Le SEM a également permis à un mineur non accompagné du Nigéria de faire une formation en tant qu’infirmier après son retour dans son pays.

    L’aide au retour ne consiste pas seulement en un soutien pour ceux qui rentrent dans leur pays d’origine. L’aide au retour signifie également un soutien pour toutes les personnes qui sont restées au pays. C’est surtout dans le cadre des programmes d’aide au retour pour des pays spécifiques que des efforts particuliers sont entrepris : d’une part les prestations de base plus élevées ainsi que des prestations supplémentaires flexibles sont offertes, d’autre part il est possible de mettre en place une aide structurelle dans le pays qui est gérée par la DDC et financée par le SEM. En outre, depuis 2008, le concept des partenariats migratoires est ancré dans la Loi fédérale sur les étrangers (LEtr) par l’article 100. Le partenariat migratoire est un instrument flexible de la politique extérieure suisse. Un partenariat migratoire est l’expression d’une volonté de deux Etats de travailler de façon élargie ensemble dans le domaine de la migration. Elle vise à tenir compte des intérêts de toutes les parties impliquées à travers des accords, des projets et programmes qui ont un lien direct avec la thématique de la migration.

    L’aide au retour, tout le monde en bénéficie

    L’aide au retour est un plus pour tout le monde. Cependant, pour les personnes vulnérables tout particulièrement elle doit être accordée et utilisée de manière ciblée et soigneusement préparée. Entre 2003 et 2007, le Secrétariat d’Etat aux migrations (anciennement appelé Office fédéral des migrations, ODM) a récolté et analysé les premières expériences dans le cadre du programme d’aide au retour pour les Balkans pour les personnes vulnérables. Ce programme a été conçu pour les personnes qui, malgré leurs admissions provisoires (permis F), ont décidé pour des raisons personnelles de retourner dans leur pays d’origine. Les circonstances spécifiques et individuelles ont nécessité pour chaque cas une compilation individualisée des différentes mesures de retour et de la réintégration ainsi qu’une préparation détaillée du départ.

  • Avant-propos

    ix

    L’ODM avait reconnu cette demande importante de la réintégration en fonction des besoins individuels de ces personnes se trouvant dans des situations particulièrement difficiles : en 2006 une première journée professionnelle a été organisée sur cette thématique avec les services cantonaux de conseil en vue du retour ; en 2007 la première édition du « guide pratique pour l’organisation du retour et de la réintégration de personnes vulnérables » a été publiée ; l’aide au retour a été élargie en 2008 aux personnes qui sont particulièrement exposées aux risques d’exploitation par leur activité professionnelle (exclusivement des danseurs et danseuses de cabaret) ainsi qu’aux victimes et témoins de traite d’êtres humains (Art. 60 LEtr).

    Cette nouvelle édition du « guide pratique pour l’organisation du retour et de la réintégration de personnes vulnérables » offre, en plus des mises à jours générales, un chapitre plus consolidé sur la thématique des mineurs non accompagnés (MNA). Et cela, dans une période où chaque année des milliers d’enfants mineurs séparés de leurs parents arrivent en Europe. Ces enfants quittent leurs pays d’origine pour des raisons diverses, que ce soit à cause des régimes dictatoriaux en place, des conflits armés, des catastrophes naturelles, des situations d’exploitation ou simplement par manque de perspectives. Ce guide pratique explique aux conseillers et conseillères de ces mineurs les cadres légaux et éthiques en Suisse, il illustre les différentes options pour un projet d’avenir et donne des informations approfondies sur la préparation d’un retour dans le pays d’origine. Le guide pratique devrait aider à ce que les MNA et toutes les autres personnes, qui ont besoin d’une assistance spécifiques pour leur retour, la reçoivent effectivement.

    Je remercie le chef du bureau de l’Organisation internationale pour les migrations à Berne (OIM) Pier Rossi-Longhi et ses collaborateurs et collaboratrices pour cette nouvelle édition actualisée et étendue du guide pratique. Je suis convaincu que ce sera un instrument efficace qui permettra un conseil en vue du retour professionnel des personnes vulnérables.

  • UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    x

    DE L’ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS

    OIM Berne, bureau de coordination Suisse

    Suite à la première version du manuel relatif aux cas vulnérables publié en 2007, l’OIM Berne, en collaboration avec divers partenaires, a procédé à une révision de ce document. Ce travail reflète également la nouvelle attribution de cas de retours de personnes vulnérables ; un chapitre est par exemple consacré au retour de mineur(e)s non accompagné(e)s, un autre détaille l’assistance pour les victimes de traite d’êtres humains. Alors qu’il ne s’agissait pas d’un groupe cible important il y a quelques années, on compte aujourd’hui de plus en plus de mineurs non accompagnés arrivant en Suisse dont certains souhaitent également rentrer volontairement. De manière générale, depuis 2014, le nombre de personnes vulnérables a augmenté dans le cadre de l’aide au retour. Ce phénomène n’est pas propre à la Suisse puisque d’autres pays européens connaissent aujourd’hui la même tendance concernant ce groupe cible.

    Le manuel expose donc les processus suivis pour l’organisation du retour de chaque groupe, en s’efforçant de les placer dans une perspective plus large. C’est pourquoi chaque chapitre contient un aperçu de la thématique générale, par exemple une description de la corrélation entre la migration et la santé, suivi d’une section expliquant son importance dans le domaine du retour.

    L’objectif du présent manuel est en premier lieu de servir d’outil de travail aux conseillers en vue du retour. Toutefois, il s’adresse également aux autres personnes et institutions intéressées dans le domaine de l’aide au retour (par exemple, Section aide au retour du SEM, swissREPAT ou la Croix-Rouge Suisse).

    En parcourant les articles très variés du manuel, on observe un travail fortement axé sur l’interdisciplinarité. L’importance de la coopération des

  • Avant-propos

    xi

    services de conseil en vue du retour avec les ONG, l’OIM ou les forces de police est également frappante. En effet, dans bien des cas, c’est la police qui transmet le dossier d’une victime de traite d’êtres humains afin que son retour soit organisé. Les autorités de protection de la jeunesse se retrouvent également parfois face à de jeunes migrants. Les problèmes de dépendance touchent en outre des domaines très spécialisés, c’est pourquoi les autorités doivent pouvoir compter sur les connaissances d’assistants sociaux et avoir accès à des informations fournies par les pays d’origine.

    Introduction au manuel

    Le présent manuel est à considérer comme un plaidoyer en faveur de la collaboration et de la reconnaissance du travail fourni par les différents acteurs à tous niveaux, particulièrement par les services de conseil en vue du retour. En effet, ces derniers se chargent de la gestion individuelle des cas et font le lien entre les différents processus.

    Un soutien financier et une volonté politique sont nécessaires à la mise en œuvre d’une aide au retour basée sur des principes humanitaires. L’aide au retour suisse manifeste cette volonté politique; elle soutient les mesures dans ce domaine surtout dans la pratique et dans le déroulement concret du retour. Nous profitons de l’occasion pour remercier le SEM, et plus précisément la Section Base de retour et Aide au retour, pour l’aide financière allouée en vue de la réalisation de la présente publication et son soutien politique par rapport au contenu.

    Nous souhaitons également remercier les nombreux auteurs qui ont apporté leur précieuse contribution à cet ouvrage.

    La conception et l’élaboration du manuel ont été réalisées par l’OIM Berne, et notamment par Sylvie Heuschmann et Dário Muhamudo, qui ont accompli cette tâche avec leur minutie et leur professionnalisme habituels. Un grand merci également à tous les autres partenaires qui ont contribué au manuel par leurs articles.

    Nous espérons que le présent manuel contribuera à garantir la qualité dans le domaine de l’organisation du retour et de la réintégration des personnes vulnérables et permette l’acquisition de nouvelles connaissances liées à cette thématique.

  • Migration et Santé

    1

  • 1. Migration et santé

    1MIGRATION ET SANTÉ

    1.1 Un domaine médical spécifique

    La Division Migration et Santé (Migration Health Division), OIM

    La santé et la migration sont des questions interdépendantes. Face aux problèmes de santé publique induits par l’augmentation à un rythme soutenu de la mobilité mondiale des populations, la santé dans le contexte migratoire est devenue un domaine médical spécifique à part entière. Cette nouvelle discipline vise principalement à promouvoir le bien-être des populations mobiles, toutes catégories confondues, et notamment des migrants, des personnes déplacées, des personnes qui migrent à l’intérieur des frontières des États, des réfugiés, des personnes qui rentrent dans leur pays, des personnes victimes de la traite d’êtres humains, des migrants en situation irrégulière et des travailleurs migrants, à toutes les étapes du processus migratoire : avant le départ, en transit, à l’arrivée dans les communautés d’accueil et lors du retour des migrants dans leur communauté d’origine.

    Influence du contexte migratoire sur la santé

    La santé dans le contexte migratoire prend en considération les besoins sanitaires des migrants et les besoins des communautés d’accueil en matière de santé publique, dans le cadre de politiques et de pratiques adaptées aux problèmes d’un genre nouveau auxquels les populations mobiles sont désormais confrontées. Elle doit s’appuyer sur une démarche intégrée, axée sur la lutte contre les maladies infectieuses, les interventions d’urgence, les maladies chroniques, la santé mentale, la compréhension des différentes cultures et des différentes croyances dans le domaine de la santé, les droits

  • 2

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    de l’homme, la gestion de la santé des migrants et bien d’autres facteurs qui influent sur la santé des populations migrantes et sur les communautés de transit et d’accueil.

    Ces dernières années, l’ampleur et les caractéristiques des mouvements migratoires ont évolué sous l’effet de la mondialisation. Les relations d’interdépendance entre migration et santé ne sont donc pas immuables mais évoluent avec le même degré de complexité que les flux migratoires1. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) « la santé se définit par un état de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité »2. Dans le contexte migratoire, la santé se comprend comme le bien-être physique, mental et social des populations mobiles et des communautés touchées par la migration.

    Nous nous concentrons ici sur la santé du migrant et sur l’influence de l’expérience migratoire sur la santé de celui-ci. Si la migration, en situation normale, ne présente pas en soi de risque pour la santé, les conditions dans lesquelles elle s’opère peuvent accroître la vulnérabilité des migrants aux maladies. Ainsi, différents facteurs influent sur la santé des migrants au cours des trois phases du processus migratoire: la situation d’avant départ, la situation pendant le voyage ainsi qu’à l’arrivée dans le pays d’accueil.

    Facteurs de risque

    Les déterminants sociaux de la santé sont « les circonstances dans lesquelles les individus naissent, grandissent, vivent, travaillent et vieillissent et les systèmes mis en place pour faire face à la maladie »3. Les conditions autour de la migration peuvent augmenter les inégalités de la santé et peuvent exposer les migrants à des risques élevés et des résultats négatifs pour la santé. Dans ce contexte, l’OIM reconnait la migration comme un déterminant social de la santé des migrants4.

    Certains facteurs de risque en ce qui concerne la santé sont liés à la situation d’avant départ. Un individu qui fuit un conflit ou quitte une région dans laquelle la prévalence de maladies est élevée et l’accès aux soins de santé limité peut avoir un profil sanitaire différent de celui d’une personne qui

    1 Rapport sur l’État de la migration dans le monde, OIM : http://publications.iom.int/search-books?keyword=&category=4&subject=All&book_lang=All&country=All&year=All

    2 www.who.org/about/definition/fr/ 3 www.who.int/social_determinants/fr/ 4 Migration: A Social Determinant of the Health of Migrants, an IOM Migration & Health Position Paper

    Series (2013).

    http://publications.iom.int/search-books?keyword=&category=4&subject=All&book_lang=All&country=All&year=Allhttp://publications.iom.int/search-books?keyword=&category=4&subject=All&book_lang=All&country=All&year=Allhttp://www.who.org/about/definition/fr/http://www.who.int/social_determinants/fr/

  • 1. Migration et santé

    3

    quitte un pays dans lequel les services de santé sont de toute première qualité et la morbidité faible. L’état de santé avant la migration peut être déterminant quant à l’effet du processus de migration sur la santé des migrants.

    D’autres facteurs de risque sont associés aux conditions dans lesquelles s’effectue la migration. Ainsi, les migrants dont le départ est planifié et facilité par le pays de destination voyageront dans des conditions plus sûres que les migrants clandestins ou les personnes qui fuient des catastrophes d’origine naturelle ou humaine.

    Les facteurs de risque liés au transit ou à l’arrivée dans le pays de destination touchent davantage au statut juridique des migrants qui va conditionner leur accès aux services sanitaires et sociaux. Beaucoup de migrants sans statut régulier n’ont pas accès aux services de santé et s’ils y ont accès ces services ne couvrent souvent que les soins d’urgence. D’autres facteurs influent sur le degré de sensibilité des migrants aux maladies, et notamment l’opprobre et la discrimination, les différences linguistiques et culturelles, la séparation de la famille et les normes socioculturelles. Ils sont par conséquent exposés à un risque plus important d’être affectés par des maladies.

    Enfin, le retour des migrants dans leur communauté d’origine peut supposer dans certains cas le retour dans une région où la morbidité est plus élevée que dans le lieu de résidence temporaire que les migrants ont quitté ou, à l’inverse, l’introduction, dans l’environnement sanitaire du lieu d’origine, de maladies contractées pendant le processus de migration.

    De plus, les migrants qui rentrent dans leurs pays d’origine peuvent avoir des besoins de santé qui sont dus à leurs expériences, à l’exposition aux risques sanitaires et à leurs conditions de vie pendant leur absence. Les migrants qui ont habité dans des logements inadéquats, qui ont reçus des bas salaires, et qui ont eu un accès limité aux soins de santé pendant leur séjour à l’étranger sont susceptibles de retourner dans leur pays d’origine en moins bonne santé que quand ils sont partis. Dans des cas extrêmes, les migrants peuvent être obligés de rentrer chez eux en raison d’un mauvais état de santé, une maladie chronique ou une maladie terminale. Lorsque les migrants retournent dans leur pays d’origine avec des problèmes de santé chroniques, la disponibilité des médicaments et des services de soins de santé devient un facteur important dans leur état de santé5.

    5 Ibid.

  • 4

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    Dans le cas des retours volontaires assistés, l’OIM tache de garantir que l’état de santé des migrants leur permette de voyager et d’arriver en sécurité et, si nécessaire, qu’ils reçoivent de l’assistance au cours du voyage de la part des professionnels médicaux. L’OIM est également responsable d’assurer que les besoins de santé du migrant seront respectés après l’arrivée dans le pays de destination ou de retour. Vous trouverez donc tous les détails à propos de la planification du retour et de la réintégration dans les chapitres suivants.

    1.2 Le Programme national Migration et Santé

    Agathe Blaser, collaboratrice scientifique auprès de la Section Migration et santé de l’Office fédéral de la santé publique

    L’engagement de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans le domaine de la migration et de la santé remonte au début des années 1990. Le programme national éponyme a lui été lancé en 2002. Il a pour but d’améliorer l’état de santé des migrants vivant en Suisse et profite particulièrement aux personnes ayant un statut social peu élevé, des compétences sanitaires moindres et les problèmes de santé correspondants. A cette fin, il promeut les compétences de la population migrante en matière de santé, sensibilise les spécialistes de la santé aux questions de la diversité et met à leur disposition des instruments pour les soutenir dans leur travail (cf. infra).

    Problèmes de santé des migrants vivant en Suisse

    La population migrante vivant en Suisse se caractérise par son hétérogénéité : si une partie d’entre elle appartient aux catégories socio-professionnelles supérieures, la majorité présente un niveau d’éducation et de revenus plutôt faible par rapport à la population moyenne et s’avère plus souvent concernée par la pauvreté, le chômage et les problèmes de santé. Des études démontrent que ce segment de la population migrante a davantage de problèmes de santé que la population indigène. En effet, il est exposé à davantage de risques et a plus difficilement accès aux soins. Les personnes concernées ne disposent souvent pas de connaissances suffisantes pour pouvoir adopter un comportement propice à une meilleure santé et sont fréquemment confrontées à des difficultés de communication dans leur interaction avec les institutions sanitaires.

  • 1. Migration et santé

    5

    Problèmes de santé auxquels les migrants sont davantage exposés que la population indigène :

    ₋ complications lors de la grossesse et de l’accouchement ; ₋ mortalité maternelle et infantile ; ₋ troubles psychiques (souvent en raison de parcours migratoires

    douloureux ou de traumatismes subis dans le pays d’origine) ; ₋ pathologies professionnelles ; ₋ accidents du travail ; ₋ tabagisme ; ₋ surpoids (notamment parmi les enfants) ; ₋ diabète ; ₋ problèmes dentaires (notamment parmi les enfants et les jeunes).

    Les migrants sont plus souvent confrontés à des problèmes de santé que d’autres groupes de population, les problèmes s’aggravant même avec l’âge. Les personnes disposant d’un faible niveau de formation scolaire et appartenant aux couches sociales inférieures sont particulièrement touchées.

    Les causes du déséquilibre en matière de santé

    Les causes de la situation défavorable des migrants en matière de santé sont à chercher à différents niveaux :

    • Facteurs migratoires : événements traumatiques, expérience de la violence, système de santé déficient et discrimination dans l’accès aux soins dans le pays d’origine, statut de séjour précaire et manque de connaissances linguistiques pour communiquer dans l’une des langues nationales de la Suisse sont autant de facteurs qui ont un impact négatif sur l’état de santé.

    • Problèmes de communication : on estime à 200 000 le nombre de personnes vivant en Suisse qui ne comprennent aucune de nos langues nationales. Viennent s’ajouter toutes celles qui peuvent certes tenir une conversation banale, mais qui ont besoin d’aide lors de discussions plus compliquées. Quelque 700 000 personnes ont pour langue maternelle une autre langue que l’une des quatre langues nationales. Pour une très grande partie de ces personnes, la communication directe avec un médecin présente des difficultés. Quant aux requérants d’asile, ils ont des problèmes de compréhension encore nettement plus marqués.

  • 6

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    • Situation socioéconomique : une grande partie de la population migrante a un niveau d’éducation et de revenu inférieur à celui de la population moyenne, travaille plus souvent dans des branches aux salaires moins élevés et aux conditions de travail précaires et est plus fortement touchée par la pauvreté et le chômage. Or, comme pour la population indigène, appartenir à une catégorie socio-professionnelle inférieure constitue un facteur de risques notable en termes de santé et de comportement sanitaire.

    • Connaissances lacunaires et des compétences sanitaires moins bonnes : lorsqu’on ne connaît pas suffisamment le système de santé et que l’on a des compétences sanitaires limitées, on recourt parfois trop tard, voire pas du tout, à l’offre médicale.

    • Organisation du système de santé : souvent, l’offre de soins ne tient pas suffisamment compte des besoins des migrants vivant en Suisse (orientation insuffisante vers les patients et les groupes-cibles, communications difficiles à comprendre pour un allophone).

    Le cumul de ces multiples facteurs défavorables chez les personnes migrantes a un impact marqué sur leur état de santé.

    Mesures visant à améliorer l’égalité des chances en matière de santé

    En lançant le programme national Migration et santé, l’OFSP a fait montre de sa volonté d’œuvrer en faveur de l’égalité des chances dans le domaine de la santé. A cette fin, il encourage en particulier les compétences des migrants en matière de santé, la communication avec les patients allophones, l’amélioration des compétences transculturelles des professionnels de la santé ainsi que les projets de recherche sur les groupes vulnérables.

    Les principaux projets du programme sont :

    • le centre de compétences migesplus : pour la traduction, la production et la distribution d’informations sanitaires dans les langues les plus courantes de la population migrante ;

    • l’encouragement de l’interprétariat communautaire sur place et par téléphone : à l’aide du centre de compétences Interpret et du Service national d’interprétariat téléphonique ;

    • la formation en ligne « Interaction et qualité », qui permet au personnel soignant de renforcer ses compétences relationnelles ;

    • le réseau Swiss Hospitals for Equity, auquel participent des hôpitaux qui vouent une attention particulière à la prise en charge des migrants ;

  • 1. Migration et santé

    7

    • le monitoring de l’état de santé de la population migrante en Suisse, mené en 2004 et en 2010, qui a fourni de nouvelles données sur les groupes vulnérables.

    De plus amples informations sur les projets menés par l’OFSP dans le domaine « Migration et santé » sont disponibles sur le site internet www.miges.admin.ch

    http://www.miges.admin.chhttp://www.miges.admin.ch

  • Retour avec un accompagnant

    2

  • 9

    2. Retour avec un accom

    pagnant

    RETOUR AVEC UN ACCOMPAGNANT

    OIM Berne, bureau de coordination suisse

    Lorsqu’un migrant ou une migrante a besoin d’une assistance médicale, sociale ou logistique lors d’un retour, l’OIM préconise donc un accompagnement par une escorte.

    Le soutien d’une escorte permet d’assurer aux personnes vulnérables un retour en toute sécurité et empêche des incidents pour les autres passagers et la compagnie aérienne.

    Soutien médical pendant le voyage

    Il existe différents types d’escortes qui seront engagées selon la situation et les besoins particuliers du migrant. Les escortes médicales (médecin, personnel soignant) offrent des soins médicaux aux migrants pendant leur voyage de retour et transmettent consciencieusement les informations nécessaires à la suite du traitement dans le pays de retour. Souvent, sans assistance médicale, certaines personnes ne peuvent simplement pas voyager jusqu’à leur destination finale. Les escortes sociales, soit un assistant social, une personne de confiance, un membre de la famille, etc., offrent non seulement une aide organisationnelle mais permettent aussi de rassurer et soutenir le migrant dans cette situation stressante qu’est le retour.

  • 10

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    Une réintégration facilitée

    Un accompagnement n’est pas indispensable pour toutes les personnes vulnérables. Pour certains, c’est une condition sine qua non à leur retour et leur réintégration, pour d’autres, c’est un soutien qui permettra de faciliter leur voyage autant du point de vue logistique que social (éviter l’abus d’alcool pour compenser une situation trop stressante par exemple). Les frais et les inconvénients liés à des incidents lors d’un voyage sont considérables (atterrissage forcé, retour en Suisse, incident en transit, etc.) et doivent être évités autant que possible. Un voyage sans encombre facilite un nouveau départ dans le pays de retour.

    Quelques conseils pratiques pour l’organisation d’un retour avec une escorte :

    Il est important de contacter le médecin traitant et de lui expliquer concrètement en quoi consiste le retour (transit, durée du vol, etc.) et quelles sont les aides à disposition. Ceci peut être fait aisément au moyen du formulaire « Assessment of Travel Fitness » de l’OIM (cf. annexe A.6.1). Le médecin pourra alors donner ses recommandations en vue du retour et de la réintégration du migrant.

    Les recommandations du médecin traitant seront considérées par le département médical de l’OIM dans le choix des conditions de voyage et du type d’escorte. Selon les besoins, une infirmière, un médecin spécialisé, un assistant social ou encore une personne de confiance se chargera de l’accompagnement du migrant lors de son voyage.

    Lors du choix de l’escorte, il faut considérer la possibilité de communication entre l’escorte et le migrant, la langue est donc fondamentale. L’aspect culturel et religieux est aussi important. Autant l’escorte que le migrant doivent se sentir à l’aise dans cette situation pour qu’une relation de confiance soit établie.

    Ces informations doivent être transmises à l’OIM Berne afin de pouvoir choisir une escorte appropriée. L’OIM Berne dispose d’une base de donnée d’escortes, du réseau des professionnels de la santé travaillant pour l’OIM au niveau mondial ou peut avoir recours aux connaissances, médecins traitants, etc. du migrant. L’OIM Berne fait ensuite, si nécessaire, un entretien préparatoire complet avec l’escorte et donne toutes les informations nécessaires et pratiques.

    Peu avant le départ, une rencontre entre le migrant et l’escorte ainsi que le médecin traitant ou le travailleur social ou autres personnes impliquées devrait être organisée pour obtenir toutes les informations utiles au retour et à la réintégration.

    5

    TIP

    1

    2

    3

    4

  • 11

    2. Retour avec un accom

    pagnant2.1 Escorte Médicale - Exemple

    Origine et Destination finale : De Genève à Yerevan (Arménie) via Paris (France)

    Itinéraire et transport (Aéroport de départ, transit, arrivée et destination finale) : #1: Genève vers Paris-Charles de Gaulle#2: Paris-Charles de Gaulle vers Yerevan

    Préparation (réunion avant le départ, logistiques) :

    La bénéficiaire est une femme souffrant d’une maladie en phase terminale. Pour ce genre d’opération, la coordination entre les différents partenaires est d’importance primordiale. Dans ce cas particulier, le délai de survie de la patiente (entre 4 à 5 semaines) était déterminant. Entre le contact initial et le jour du départ, le mouvement a été organisé en un espace de 13 jours.

    La réunion préparatoire a eu lieu à l’hôpital entre le CVR, la patiente et le médecin traitant. Suite à cette réunion, le médecin traitant a recommandé le voyage sous les conditions suivantes: escorte médicale, transport en ambulance jusqu’à l’avion, civière à bord, administration de médicaments spécifiques pendant le voyage (avec oxygène en réserve) et transport en ambulance de l’avion jusqu’à l’institution de santé à la destination finale. Le médecin responsable de l'OIM a approuvé ces conditions de voyage. Ce transport a été compliqué notamment en raison d’un transit obligatoire à Paris (pas de vols directs disponibles).

    Le bureau de l’OIM à Berne a effectué la coordination avec les différents partenaires pour remplir toutes ces conditions, notamment :

    ₋ avec le médecin traitant en Suisse pour assurer toutes les démarches nécessaires et pour vérifier les besoins avant, pendant et après le voyage ;

    ₋ avec le département d’appui aux opérations de l’OIM (OSU), pour choisir la compagnie aérienne la plus adaptée pour la destination finale et effectuer la réservation de vol pour la bénéficiaire avec une civière à bord (nécessitant 6 à 8 sièges) ainsi que les vols pour l’escorte ;

    ₋ avec le bureau de l’OIM à Paris pour la procédure de transit (avec « ambulift » et ambulance avec accès au tarmac) ;

    ₋ avec le bureau de l’OIM à Yerevan pour l’identification d’une escorte médicale, l’obtention de son visa pour la Suisse, facilitation des procédures d’arrivé et pour le transfert en ambulance vers la destination finale (identification d’un centre médical habilité pour accueillir la personne, coordination avec les spécialistes médicaux) ;

    ₋ le bureau de conseil en vue du retour du Canton de Vaud, qui a reçu et accompagné l’escorte à l’hôpital et assuré une présence lors du transport jusqu’à l’aéroport de départ ;

    ₋ avec le Centre hospitalier universitaire du canton de Vaud pour l’ensemble des informations médicales, assurer le transport en ambulance jusqu’à l’aéroport de départ et les autorisations pour pénétrer sur le tarmac, ainsi que l’organisation d’un « ambulift », et le prêt d’équipement médical (pompe IV) ;

    ₋ avec swissREPAT, pour l’obtention des autorisations à l’aéroport de départ pour l’accès au tarmac et la facilitation des procédures de contrôle d’identité et de départ (inclus l’obtention de documents de voyage pour la bénéficiaire).

    Description du voyage

    Départ : Départ sans incidents ou délais.

    Transit : Transit sans incidents ou délais.

  • 12

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    Arrivée et réception : Arrivée et réception sans incidents ou délais.

    Transfer pour la destination finale : transfert sans incidents ou délais.

    Remarques : L’élément le plus délicat était l’espérance de vie prévue de la patiente. Un facteur de complication était l’exigence de la compagnie aérienne quant à la fourniture d’informations médicales détaillées qui a failli provoquer l’annulation du mouvement à plusieurs reprises.

    Les avions ne sont pas équipés de prises de courant 220V classiques ; or, la patiente avait besoin d’une perfusion permanente assurée par une pompe IV. Cet appareil était muni d’une batterie qu’il a été nécessaire de recharger lors du transit (disponibilité dans l’ambulance d’une prise de courant 220V).

    Quelques défis dans l’obtention de documents de voyage ont été relevés grâce à une étroite collaboration entre le Gouvernement Suisse et l’ambassade d’Arménie.

    La bénéficiaire est décédée 19 jours après son arrivée.

    2.2 Escorte Sociale - ExempleOrigine et Destination finale : De Genève à Gabú (Guinée-Bissau) via Lisbonne (Portugal)

    Itinéraire et transport (Aéroport de départ, transit, arrivée et destination finale) : #1 : Genève vers Lisbonne#2 : Lisbonne vers Bissau (Guinée-Bissau)#3 : Bissau vers Gabú

    Préparation (réunion avant le départ, logistique) :Le bénéficiaire est un homme âgé, souffrant de limitations physiques et prenant l’avion pour la première fois. Une réunion a pris place au bureau de la Croix Rouge à Genève 48 heures avant le départ. Lors de cette réunion le point-focal de la Croix-Rouge a pu assister à la présentation tripartite entre l’escorte, le bénéficiaire et le CVR.

    Description du voyage

    Départ : Le rendez-vous le jour du départ a été donné en face du guichet de SwissPort, (la compagnie de services au sol pour swissRepat) à l’aéroport de Genève, deux heures avant le départ. Il est indispensable que les passagers se présentent assez tôt pour pouvoir entreprendre les différentes procédures (check-in, sécurité et embarquement). Dans ce cas, le bénéficiaire avait un excédent de bagages de soute, et ce délai a été nécessaire pour pouvoir trouver une solution rapide et de permettre au bénéficiaire d’emporter toutes ses affaires avec lui.

    Transit : Une représentante du bureau de l’OIM Lisbonne était présente à l’arrivée pour donner des informations sur la correspondance, et prévenir les garde-frontières de la présence d’un passager escorté OIM.

    Arrivée et réception : Avant de passer le contrôle des frontières, un représentant du service de l’immigration de la Guinée-Bissau a appelé le bénéficiaire pour passer une procédure séparée (identification et procédures d’entrée). Ces formalités terminées, le bénéficiaire et son escorte ont été présentés au représentant de l’ONG local qui était responsable de l’assistance avec les bagages, de l’organisation de la nuitée sur place (voir point suivant) et du transport vers la destination finale.

  • 13

    2. Retour avec un accom

    pagnant

    Transfert vers la destination finale : Compte tenu de l’heure tardive d’arrivée à Bissau (02h00) le transfert a eu seulement lieu le jour suivant. Le représentant de l’ONG partenaire est venu à 09h00 le lendemain pour conduire le bénéficiaire et son escorte vers l’intérieur du pays (village de Gabú dans le cœur de la Guinée-Bissau à 250km de Bissau). À l’arrivée, la famille du bénéficiaire les a accueillis dans une ambiance festive. Ainsi a pu se faire le « handover » final de l’escorte.

    Remarques : Le voyage s’est déroulé sans problèmes majeurs. Quelques retards à l’heure du départ de l’avion ont pu être constatés, justifiant ainsi pleinement l’organisation de transits d’une durée relativement longue.

  • Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    3

  • 15

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    INTRODUCTION AUX DIFFERENTS GROUPES DE PERSONNES VULNERABLES

    OIM Berne, bureau de coordination suisse

    Le terme « personne vulnérable » désigne selon le domaine dans lequel il est utilisé (légal, médical, social, migratoire, etc.) un groupe de personne particulier. En général, deux conditions de vulnérabilité peuvent être distinguées, soit elles sont liées à la nature (par exemple, âge, maladie, etc.) soit à l’environnement social de la personne (par exemple, sensibilité liée au genre)6.

    Qui est vulnérable?

    Une personne ou un groupe de personnes est vulnérable si elle a besoin d’être aidée afin de vivre indépendamment et de ne pas être exclue de la vie active de sa société. Dans le contexte de ce manuel, nous considérons aussi comme vulnérables les personnes qui ont besoin d’un soutien lors du voyage. Une personne souffrant d’un handicap physique léger peut être à même de vivre sans assistance mais nécessitera un soutien particulier lors d’un voyage.

    6 MEYER-BISCH, Patrice (2004), « Méthodologie pour une présentation systémique des droits humains » dans BRIBOSIA Emmanuelle et HENNEBEL Ludovic, (2004), Classer les droits de l’homme, Penser le droit, Extrait, Bruylant Bruxelles, p. 72.

  • 16

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    Les groupes de personnes vulnérables traités dans ce manuel ont été identifiés selon les expériences de l’OIM Berne et de ses partenaires de longue date dans le domaine de l’aide au retour en Suisse ainsi que des bureaux de l’OIM dans le monde entier. Repartis par chapitres, les groupes identifiés sont les suivants: personnes avec des problèmes physiques ou psychiques, personnes âgées, handicapées, ayant des problèmes de dépendance, victimes de la traite d’êtres humains, mineurs non accompagnés et familles monoparentales.

    Principes fondamentaux

    Le retour est ressenti par beaucoup de migrants comme une étape conséquente de leur vie. Ce retour déjà difficile en soi est d’autant plus considérable pour une personne vulnérable, il s’agit donc de ne pas sous-estimer cette vulnérabilité lors de l’organisation du retour et de la réintégration. Ainsi des mesures d’assistance peuvent être proposées pour faciliter le voyage (par exemple, l’utilisation d’une chaise roulante en transit).

    Recommandations générales

    Pour certains groupes de personnes vulnérables, de telles mesures sont une aide ponctuelle, pour d’autres elles sont indispensables pour que le voyage puisse avoir lieu sans sérieusement mettre en danger la santé de la personne (par exemple, l’assistance d’une infirmière pendant le vol).

    En outre, les mesures générales proposées dans le cadre de la réintégration ne s’appliquent souvent pas à tout le monde. Considérant que chaque personne a des besoins spécifiques, une solution individuelle adaptée et un soutien particulier sont nécessaires pour permettre un nouveau départ réussi.

    L’aide au retour suisse se base sur le principe du respect et de l’observation des droits de l’homme et a lieu dans l’esprit du respect et l’observation du principe de non-discrimination.

    a. Plein accordToute assistance fournie aux personnes envisageant un retour volontaire devrait se baser sur le consentement informé de la personne. La personne doit pouvoir comprendre les propositions de solution qui lui sont soumises afin de donner son plein accord pour son retour et les mesures de réintégration proposées.

  • 17

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    Il est recommandé que la personne souhaitant rentrer indique son consentement par écrit lors de la préparation de son retour. Il est aussi important que la personne qui désire rentrer soit informée dans une langue qu’elle comprenne par exemple grâce à un traducteur.

    b. Autodétermination et participationIl est important de ne pas oublier que la personne qui désire rentrer doit faire ses propres choix et prendre ses propres décisions et doit donc être encouragée à participer autant que possible dans le processus décisionnel la concernant directement. Ce processus de prise de décision et d’implication renforce sa confiance pour assumer ses responsabilités et pour avoir le contrôle de sa vie et de son futur.

    c. Dans le meilleur intérêt de l’enfantToute assistance et protection assurées aux enfants devraient être basées sur le principe que le meilleur intérêt de l’enfant devrait toujours être la considération primordiale7.

    RECOMMANDATIONS GENERALES POUR L’ORGANISATION DU RETOUR ET DE LA

    REINTEGRATION DES PERSONNES VULNERABLES

    Prendre le tempsLes clarifications nécessaires à l’organisation du retour d’une personne vulnérable ainsi que l’organisation des mesures d’assistance adéquates, notamment d’un accompagnement, prennent du TEMPS. Une bonne planification permet le bon déroulement d’un retour et de la réintégration d’une personne vulnérable. Malgré la pression, il faut toujours essayer de se laisser le temps nécessaire.

    Communication Une communication claire et directe entre les partenaires impliqués, soit cantonaux, fédéraux et/ou internationaux, permet de gagner du temps et facilite le processus d’organisation. Des outils pour faciliter la communication sont à disposition, par exemple le formulaire « Vol de retour avec l'OIM » ou encore le formulaire pour le médecin traitant (cf. annexe A.6.1).

    De plus, une excellente communication avec le migrant est essentielle, la personne doit connaître les détails de son retour et de sa réintégration et être impliquée dans les différentes clarifications à ce propos, afin de minimiser le stress qu’elle peut rencontrer. De plus, il est fondamental de ne pas provoquer d’attentes irréalistes chez les migrants, il faut leur exposer uniquement les possibilités réalistes.

    7 Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), Comité des droits de l’enfant, New York, novembre 1989, Art 3(1).

    TIP

    1

    2

  • 18

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    Chaque personne est uniqueCe manuel donne des recommandations générales. Cependant, il faut toujours prendre en compte les besoins particuliers et individuels du migrant.

    Il faudrait toujours effectuer une évaluation individuelle du migrant (besoins, désirs, possibilités, etc.) et une évaluation de la situation de l’environnement du migrant à destination (disponibilité, pertinence, etc.)

    Réintégration complèteLors de l’organisation de la réintégration, la réintégration sociale, professionnelle et médicale devraient être considérées de la même manière.

    Particularités des traitements selon les paysDans les pays de retour, il se peut que l’approche sociale et culturelle soit différente face à une personne vulnérable. Dans certains pays, il est de coutume pour la famille d’accueillir la personne vulnérable chez elle au lieu de la placer dans une institution.

    Les médicaments, les médecins spécialisés, les structures sociales, etc. ne sont quelques fois pas disponibles, voire inexistants dans le pays de retour. L’importation de médicaments peut parfois être une solution à court terme mais les restrictions d’importation doivent être analysées préalablement.

    Informations médicalesAfin de garantir un suivi prompt et adapté des soins médicaux dans le pays de destination, il est important que le migrant emporte avec lui tout son dossier médical (historique médical, recommandations du médecin, etc.).

    ResponsabilitésLe mandat de l’OIM est que les voyages prenant place sous les auspices de l’organisation se fassent en toute sécurité et dignité. L’OIM est donc responsable du transport du migrant dans les meilleures conditions non seulement auprès du migrant mais aussi auprès de la compagnie aérienne et des Etats membres de l’organisation.

    Vols Les vols devraient être choisis en fonction des besoins de la personne (temps de voyage, nombre de transit, jour de la semaine, etc.).

    4

    5

    6

    7

    8

    3

  • 19

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    3.1 Organisation du retour et de la réintégration des personnes souffrants de problèmes physiques

    La Division Migration et Santé (Migration Health Division), OIM

    Le droit à la santé est énoncé dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme8 comme un droit humain fondamental. Il s’applique à tous les individus, à n’importe quelle étape de leur parcours migratoire, y compris lors du retour et de la réintégration. La santé est une composante essentielle dans la gestion efficace des migrations qui garantit le bien-être physique, mental et social des populations mobiles et des communautés concernées par la migration.

    Selon la nature et les conditions de leur parcours migratoire, les migrants sont exposés à une variété de risques sanitaires qui affectent leur état de bien-être physique, mental et/ou psychosocial. La migration irrégulière expose les migrants à un risque encore plus élevé ; ils sont donc plus vulnérables que les migrants en situation régulière à toutes les étapes de leur parcours migratoire.

    Différentes réalités sont liées aux migrations modernes, telles que l’exposition à un voyage risqué, la marginalisation, la stigmatisation, des ressentiments anti-immigrants, une situation d’exploitation dans le monde du travail, des situations de logements difficiles, l’accès limité aux soins médicaux et aux services sociaux, etc. Tous ces facteurs sont déterminants pour la santé physique et mentale.

    Cette vulnérabilité des migrants doit être integrée en tant que facteur important dans la mise en œuvre de tout programme d’aide au retour et à la réintégration et des processus spécifiques pour les personnes avec des problèmes de santé doivent être mis en place9.

    L’aide au retour et à la réintegration des personnes souffrant de problèmes médicaux peut constituer un défi. La prise en compte de la situation médicale d’une personne souhaitant retourner dans son pays d’origine peut

    8 Le droit à la santé et à l’accès à des services sociaux et à la santé publique, etc., voir le paragraphe sur le droit à la santé (art. 25) de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, www.un.org/fr/documents/udhr/

    9 MHD position paper, IOM AVRR for Persons with Medical Needs.

    http://www.un.org/fr/documents/udhr/http://www.un.org/fr/documents/udhr/

  • 20

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    changer l’approche de l’organisation du retour, notamment de l’organisation du voyage et de la réintégration.

    Un voyage, en particulier quand il est de longue durée ou quand il a lieu à différentes altitudes, peut impliquer un certain risque pour tout individu ayant des vulnérabilités (par exemple, les personnes âgées, les bébés et petits enfants, les femmes enceintes) ou souffrant de problèmes médicaux. Ainsi, pour toute personne ayant des problèmes médicaux connus, il est essentiel d’obtenir un conseil professionnel de la part d’un médecin ou d’un spécialiste (si possible un spécialiste d’un médecin de voyage) avant le début du voyage. Dans le contexte des programmes d’aide au retour et à la réintégration un tel avis permet aux instances organisatrices du voyage de déterminer les types d’assistances nécessaires et d’organiser l’assistance médicale indispensable après l’arrivée de la personne.Importance de la santé pour le retour et le processus de réintégration

    Les problèmes médicaux et mentaux ou les handicaps de migrants qui rentrent peuvent empêcher le retour et une réintégration réussie dans leur société s’ils ne sont pas gérés correctement. Par expérience, il a été noté qu’un nombre significatif de migrants qui retournent souffrent de problèmes mentaux et/ou de problèmes physiques chroniques.

    Des migrants qui souffrent de problèmes de santé sont plus vulnérables pendant le processus de retour que les migrants en bonne santé. Ils peuvent être exposés à d’autres risques de santé ainsi qu’à des facteurs de stress supplémentaires en combinant leur situation de santé actuelle avec le voyage. Une évaluation ainsi qu’une gestion adaptée et précise de ces facteurs de stress assure non seulement le bien-être de la personne qui rentre, mais facilite également l’organisation de son voyage et de sa réintégration dans son pays d’origine.

    Pour des migrants qui ont déjà des problèmes de santé, les facteurs aggravants suivants doivent être pris en compte : (1) leur état de santé au début du voyage ; (2) les effets du voyage déterminés par le mode de transport, la durée du voyage et le facteur de stress associé au voyage ; ainsi que (3) l’accès aux services de santé, aussi bien en transit qu’à la destination finale.

    L’évaluation complète de tous les aspects liés au retour et au processus de réintégration devrait inclure l’accès aux services de santé. Avant le départ, les informations concernant la disponibilité des médicaments et l’accès aux services de santé pour le migrant, pratiquement et financièrement, ainsi que le suivi des problèmes de santé pendant le voyage et à destination devraient être mis à disposition du migrant pour le préparer à ce processus.

  • 21

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    Lors du voyage, les migrants souffrant de problèmes de santé peuvent avoir besoin d’une aide médicale. Pour ceux-ci, les conseils et les exigences du médecin traitant ou d’un médecin spécialisé dans le domaine des migrations devraient être respectés afin d’assurer la sécurité et l’efficacité du voyage non seulement pour la personne qui rentre mais également pour les autres passagers. Dans les cas où le voyage pourrait aggraver l’état de santé du migrant ou si son état de santé devait poser un risque pour la santé publique (dans le cas d’une maladie infectieuse), il se peut que le voyage doive être remis à plus tard.

    Un suivi des soins dans le pays de destination est primordial pour le bien-être de la personne qui rentre. Si ce suivi est fait correctement, il peut jouer un rôle important pour une réintégration réussie. Cependant, il peut y avoir une disparité de la qualtié des systèmes de santé entre les pays d’origine et les pays hôte qui ne permet pas toujours d‘assurer le même niveau de soins (disponibilité et accès) après le retour. Les migrants qui rentrent et qui ont besoin d’un suivi médical devraient être correctement conseillés sur leurs besoins médicaux et si possible, recevoir des informations, sur l’accès à ces services dans leur pays. Les sujets indirectement liés au système de santé publique tels que l’emploi, la disponibilité des services sociaux et médicaux, le logement, l’éducation, etc., sont des facteurs importants à considérer dans le processus de réintégration. Le rétablissement des réseaux sociaux, tels que la famille, les amis ainsi que les relations avec la communauté, est bénéfique pour le migrant. L’apport de conseils et la transmission des informations obtenues lors de cette évaluation détaillée réduiront le stress de chaque migrant, en particulier pour ceux qui sont déjà affaiblis par une maladie.

    Problèmes médicaux des personnes qui rentrent de Suisse

    Jusqu’ici, les problèmes médicaux rencontrés fréquemment parmi les personnes rentrant de Suisse sont les troubles cardiovasculaires et respiratoires, le diabète, les troubles neurologiques, les cancers en phase terminale, l‘insuffisance rénale chronique, et les problèmes gériatriques dont l’immobilité liée à des troubles musculosquelettiques, une atteinte de la vue, etc. En outre, des douleurs chroniques ont aussi été identifiées à maintes reprises.

    Le voyage de retour des migrants qui rentrent de Suisse est organisé par avion.

    Le voyage avec une compagnie aérienne est normalement confortable et sûr. Cependant, il est important de considérer plusieurs aspects du voyage en avion, lors de la planification du voyage pour des migrants qui sont

  • 22

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    gravement malades. Certains éléments qui ne créent qu’un simple inconfort pour des passagers en bonne santé peuvent causer de graves perturbations pour des patients avec des problèmes médicaux chroniques.

    Nonobstant leur état de santé précédent, la plupart des individus peuvent souffrir d’autres symptômes : l’air climatisé entraîne une sécheresse des muqueuses (toux, conjonctivite, épistaxis). Des individus sujets aux nausées peuvent souffrir de mal des transports. Eviter d’aller aux toilettes par manque de confort provoque parfois une constipation ou une infection urinaire. L’angoisse liée au vol peut aboutir à des attaques de panique.

    Les vols sont habituellement longs et comprennent des changements de fuseaux horaires. La fatigue liée au décalage horaire ou la perturbation du rythme circadien sont des problèmes bien connus souvent associés à de longs voyages. Chaque voyageur est généralement fatigué et épuisé après un long vol, jusqu’à ce que son horloge biologique se soit adaptée au nouveau fuseau horaire. Les conséquences des vols long courrier peuvent être : l’anxiété, le stress, le vertige, la lassitude, l’épuisement, l’accroissement de la sensibilité aux infections, les problèmes intestinaux, mais également l’affaiblissement du système immunitaire, comme mentionné ci-dessus. Le fait d’être assis de manière inconfortable et prolongée, la faible humidité, les bruits, les vibrations, les turbulences et de nombreux autres inconvénients pendant le vol sont souvent décrits comme des facteurs dérangeants par les voyageurs et peuvent influencer l’état psychique individuel pendant le voyage.

    Le problème de santé majeur pendant un vol inclut l’exposition à un stress hypoxique. Les avions commerciaux volent à des altitudes où la vie n’est pas possible, c’est pourquoi ils sont pressurisés jusqu’à l’équivalent d’une altitude de 1 500-2 000m. Une exposition à de telles altitudes ne représentent aucun risque significatif pour des individus en bonne santé, mais peuvent causer une hypoxémie sévère chez d’autres personnes. La teneur en oxygène de l’air inspiré est diminuée et par conséquent, l’apport en oxygène dans le sang artériel diminue. Chez les individus en bonne santé, la réaction compensatoire au stress hypoxique est l’hyperventilation et l’augmentation du rythme cardiaque. La capacité de réponse physiologique d’un patient souffrant d’une maladie cardio-pulmonaire ou d’une anémie est réduite et peut par conséquent nécessiter un soutien médical.

    Evidemment, les migrants qui souffrent de problèmes médicaux et physiques graves devraient être particulièrement pris en considération. Des maladies non ou mal détectées pourraient se révéler pendant le vol et pourraient conduire dans le pire des cas à un atterrissage forcé. Ce dernier est coûteux et aussi extrêmement inconfortable pour les autres

  • 23

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    passagers. Une mauvaise préparation d’un retour et ses conséquences sont en contradiction avec les principes de base de l’OIM, soit la défense du droit des migrants aux soins médicaux, la disponibilité de tels soins pendant le transport ainsi qu’un retour en toute dignité.

    Comment identifier les personnes à risque et comment empêcher les conséquences négatives potentielles ?

    La conscience et la réaction aux symptômes de la maladie varient selon les personnes. Tandis que la recherche d’un bon état de santé peut correspondre à un intérêt personnel, les migrants en situation irrégulière peuvent être confrontés à plus de problèmes que les migrants en situation régulière et la population locale. Certains migrants ne peuvent pas toujours se rendre compte de la gravité de leur état de santé ou des effets et complications qui pourraient être déclenchés pendant le voyage. Dans certains cas, le désir de rentrer devient l’intérêt principal et l’état de santé personnel est perçu comme un obstacle à la réalisation de ce désir. Un mauvais état de santé peut alors être intentionnellement masqué ou caché, avec pour résultat de mettre en danger la santé de cette personne. Si, de plus, un incident regrettable ne se produisait pendant le retour, il pourrait affecter d’autres voyageurs mais aussi avoir un effet négatif pour les institutions impliquées dans l’organisation du retour.

    La première étape essentielle en vue d’un retour sans difficulté est l’obtention d’informations médicales sur chaque migrant. Toute hospitalisation récente, opération chirurgicale, tout traitement régulier prescrit par un médecin ainsi que des symptômes de difficultés respiratoires, douleur de poitrine ou fatigue à l’effort signalent toujours la nécessité d’analyses complémentaires approfondies de l’état de santé du migrant par un professionnel. Il est crucial de faire preuve de tact afin d’obtenir des informations importantes de la part du migrant. Ainsi, une question simple comme « avez-vous rendu visite à un médecin récemment? » ou « quand avez-vous rendu visite à votre médecin pour la dernière fois? » pourrait être un bon point de départ pour un tel entretien. Le conseiller joue évidemment un rôle important dans ce processus.

    Tout élément marquant identifié ou dossier médical disponible devrait être contrôlé par un médecin travaillant pour l’OIM, spécialisé dans le domaine des migrations. Il s’agit non seulement de passer minutieusement en revue les documents médicaux mais aussi de demander des clarifications supplémentaires au cas où les informations sont insuffisantes. Un contact direct avec le médecin traitant peut être utile. Il est également important de transmettre les informations suivantes : l’itinéraire du voyage, les endroits possibles de transit, le transfert de l’aéroport jusqu’à la destination finale

  • 24

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    ainsi que la présence éventuelle d’une escorte jusqu’à la destination finale. Grâce à ces informations, le spécialiste peut alors évaluer la capacité de voyager de la personne qui rentre et qui souffre de problèmes médicaux et décider si celle-ci peut voyager sous les auspices de l’OIM.

    Règles principales concernant l’appréciation de la capacité de voyager pour les patients souffrant de maladies chroniques graves10 :

    1. Maladie cardiovasculaire : En général, l’exposition à une altitude élevée produit une hypoxie qui cause une stimulation du système nerveux sympathique, induisant par là même une augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle. Par conséquent, l’activité cardiaque, la consommation d’oxygène par le myocarde et la circulation sanguine de l’artère coronaire augmentent également. L’hypertension artérielle est rarement suffisamment grave pour causer des symptômes pendant le voyage. Cependant, une hypertension artérielle mal contrôlée peut entraîner des situations mettant la vie en danger telles que l’accident cérébrovasculaire, l’angine de poitrine ou l’infarctus du myocarde. Ces aspects devraient donc être pris en compte par toute personne du corps médical qui évalue la capacité de voyager. Chez les patients souffrant d’atteintes cardiaques, les points suivants entraînent une contre-indication absolue de vol : un infarctus du myocarde dans les six semaines précédentes, une angine de poitrine non stabilisée, une thoracotomie pendant le mois précédent, une insuffisance cardiaque mal contrôlée et une arythmie grave. Les thromboses veineuses doivent également être soigneusement prises en compte. La thrombose implique la position assise entraînant une stagnation veineuse dans les jambes et la déshydratation. Par conséquent, il est conseillé d’effectuer des mouvements fréquents des jambes pendant le vol. Le traitement médical préventif adéquat par héparine le cas échéant ainsi que la consommation de boissons (non alcoolisées ou décaféinées) doivent être assurés pendant tout le voyage. Des bas élastiques compressifs (« bas-varices ») sont également recommandés.

    10 Ces informations sont analysées par les médecins travaillant pour l’OIM.

  • 25

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    2. Les troubles respiratoires cardiovasculaire : En les maladies respiratoires les plus répandues qui peuvent entraîner des complications pendant le vol sont (1) Broncho-pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) ; et (2) l’asthme. Il est possible que les patients souffrant de BPCO mais qui n’ont pas besoin d’un traitement à l’oxygène continu ne soient pas conscients du risque potentiel d’hypoxémie pendant le voyage en avion. Pour ces patients, un traitement à l’oxygène supplémentaire pourrait être nécessaire durant le vol afin de maintenir une oxygénation adéquate des tissus. La saturation d’oxygène du sang capillaire devrait être mesurée avant le vol. Si un apport d’oxygène est nécessaire pendant le vol, une demande spéciale devra être faite préalablement à la compagnie aérienne. En ce qui concerne les patients asthmatiques, il n’existe pas d’indicateur spécifique qui empêcherait de voyager en avion, bien que l’air sec dans l’avion ainsi que le stress causé par le voyage de retour puissent déclencher des crises d’asthme symptomatiques. Toutefois, des bronchodilatateurs devraient être disponibles dans le bagage à main du passager avec une ordonnance du médecin traitant. Un asthme mal contrôlé avec des crises fréquentes devrait toutefois être considéré comme une contre-indication relative au voyage.

    3. Diabète : La plupart des problèmes sont liés à l’utilisation de l’insuline. Le régime et la prise médicamenteuse doivent être aussi rigoureux qu’à la maison. Les repas devraient être pris selon la routine habituelle. Un nouvel horaire devrait être fixé le plus tôt possible après l’arrivée à la destination finale. En ce qui concerne l’insuline, la situation est plus compliquée. Le dossier médical, l’évolution de la maladie et l’état actuel (anamnèse) devraient être soigneusement évalués. Si le diabète est non contrôlé, avec l’apparition fréquente ou récente de crises d’acidocétose ou de complications avancées, il devrait également être considéré comme contre-indication relative pour le voyage. Les médicaments et soins pour diabétiques doivent être emportés dans le bagage à main et toujours être accessibles. Le menu spécial pour les diabétiques doit être demandé avant le départ auprès de la compagnie aérienne.

    4. Atteintes neurologiques : Si le migrant souffre d’épilepsie, le traitement doit être parfaitement adapté avant le voyage. Il est vivement conseillé de bien dormir avant le voyage, de prendre régulièrement les médicaments et de ne pas boire d’alcool pendant le vol. La fatigue, le manque de sommeil ainsi que l’excès d’alcool et le fait de regarder la télévision plusieurs heures

  • 26

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    de suite sont des facteurs pouvant provoquer une crise. Il est contre-indiqué de voler dans une période de deux semaines après une crise d’épilepsie. Dans le même ordre d’idée, un délai de plusieurs semaines est nécessaire pour qu’une personne ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) puisse voyager. Les handicapés moteurs peuvent nécessiter un espace plus important dans l’avion (siège en classe affaire ou civière) ainsi qu’un fauteuil roulant pour aider au déplacement dans l’avion et au sol. Une demande spécifique devrait donc également être envoyée à la compagnie aérienne avant le départ. Les troubles de la parole, les troubles émotifs et psychologiques ainsi que la douleur chronique ou la perte de contrôle des sphincters sont fréquemment associés à un tel état de santé et doivent alors être considérés avec soin.

    5. Patients souffrant d’un cancer à un stade avancé : En plus des différents symptômes spécifiques aux organes touchés, ces patients peuvent fréquemment éprouver une fatigue générale, des douleurs difficilement supportables, une immobilité, une anémie grave, etc. Des dispositions doivent être prises pour chaque symptôme, afin d’aider le patient. Un traitement antidouleur adapté doit être garanti avant le voyage et sur place pour la suite de la prise en charge palliative.

    6. Insuffisance rénale chronique : la plupart du temps, les problèmes sont liés aux patients nécessitant une dialyse. Une évaluation précise des besoins et un horaire de dialyse sont nécessaires juste avant le voyage. La possibilité de continuer la dialyse directement après l’arrivée à destination doit être organisée avant le départ.

    Un médecin spécialisé dans le domaine des migrations peut déterminer la capacité de voyager du migrant et les conditions de voyage (par exemple, accompagnement médical, chaise roulante, oxigène supplémentaire, etc.) seulement après avoir passé en revue toutes les données pertinentes.

    Si un accompagnement médical pendant le voyage est nécesssaire, il faut considérer soigneusement le choix de l’escorte médicale. A part le professionnalisme et le domaine spécifique de médecine concerné (par exemple, psychiatre, infirmier, pédiatre, cardiologue, etc.), il faut également tenir compte du genre, des différences culturelles et des moyens de communication. L’escorte médicale est non seulement responsable de la surveillance étroite du patient pendant le voyage ainsi que d’une intervention médicale si nécessaire, mais aussi de la remise de la personne après l’arrivée.

  • 27

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    En résumé, les migrants avec de problèmes de santé devraient avoir un contrôle médical avant le voyage afin de garantir leur sécurité et de faciliter le voyage non seulement pour le bénéfice du migrant mais aussi pour les autres voyageurs. L’OIM a la responsabilité de s’assurer que toute personne voyageant sous les auspices de l’organisation est capable de voyager, peut voyager en dignité et en sécurité, reçoit l’assistance nécessaire avant, pendant et/ou après le voyage et ne représente aucun risque pour les autres passagers, le personnel des campagnies aériennes et pour les communautés dans les pays de destination.

    Pour cette raison, les conseils suivants :

    ₋ Des problèmes médicaux chroniques ou significatifs doivent être réévalués avant le voyage par un spécialiste.

    ₋ Certains médicaments doivent être transportés dans le bagage à main.

    ₋ Des conseils individualisés par rapport au voyage ainsi que par rapport au suivi après l’arrivée devraient être donnés et des mesures préventives adéquates prises.

    ₋ Les demandes spécifiques pour certaines aides ou mesures pendant le vol doivent être mentionnées sur le formulaire pour la réservation de vol.

    ₋ Une assistance devrait être apportée en transit et à l’arrivée. ₋ Si nécessaire, une escorte médicale adéquate doit être désignée pour

    accompagner le patient. ₋ L’escorte doit être préparée (en ce qui concerne le voyage, le patient,

    l’arrivée dans le pays de destination et la remise du patient, etc.) ₋ Le soutien médical dans le pays de destination devrait être organisé.

    CONSEILS PRATIQUES

    Le retour d’un couple marié et de leur fille, souffrant d’épilepsie et d’une paralysie corporelle partielle, a été organisé. Avant leur retour, la disponibilité et les coûts du traitement nécessaire sur place ainsi que des médicaments ont été clarifiés afin de garantir un suivi du traitement immédiatement après l’arrivée. En raison des risques d’une attaque épileptique pendant le vol, une infirmière qui connaissait la patiente, a accompagné la famille durant le voyage. En outre, le transport secondaire de l’aéroport d’arrivée jusqu’au domicile a été assuré.

    STORY

  • 28

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    TIPLe voyage peut avoir un impact sur l’état de santé du migrant

    D’une part, les situations stressantes peuvent aggraver ou renforcer les symptômes relatifs à la condition physique du patient. Le retour crée un stress important (par exemple, lorsque le retour est perçu comme un échec, lorsque la personne a passé plusieurs années à l’étranger sans revoir son pays ni sa famille, lorsque la personne a peu d’expérience d’un voyage en avion, etc.).

    D’autre part, un voyage est toujours fatiguant, d’autant plus pour les personnes souffrant de problèmes médicaux. En effet, lors d’un voyage en avion, la durée du voyage, le nombre de transit, la pression due à l’altitude, le décalage horaire, l’humidité insuffisante ainsi que la position inconfortable sont des éléments à prendre en compte.

    Pour cette raison, le médecin traitant doit fournir les informations les plus exactes possibles sur l’état de santé du migrant ainsi que sur sa capacité de voyager.

    Sur la base des informations fournies par le médecin traitant, les aides qui pourraient faciliter le voyage peuvent être déterminées :

    ₋ Accompagnement pendant le voyage (médecin, personnel soignant, assistant social) ;

    ₋ Oxygène dans l’avion ; ₋ Civière ; ₋ Médicaments ; ₋ Visite médicale peu de temps avant le voyage ; ₋ etc.

    Si l’état de santé du migrant change, la capacité de voyager doit être réévaluée. Un échange régulier d’information actualisée est donc nécessaire.

    De plus, il faut informer le migrant de tous les détails relatifs à son retour et sa réintégration afin de minimiser son stress face à une situation inconnue.

    La mobilité peut être réduite

    Il faut considérer qu’il y a souvent de longues distances à parcourir rapidement dans les transits, que la position assise est souvent inconfortable ou encore que le transport jusqu’à la destination finale en bus ou en autre moyen de transport demande un effort supplémentaire. Tout le voyage est en conséquence fatigant pour la personne qui rentre.

    Il faut donc penser à prévoir des moyens qui facilitent ces déplacements :

    ₋ Chaise roulante en transit ; ₋ Elévateur ; ₋ Ambulance/transport spécialisé jusqu’à l’aéroport en Suisse et après

    l’arrivée dans le pays de retour ; ₋ Civière, réservation de plusieurs sièges contigus dans l’avion, siège en

    classe affaire.

    1

    2

  • 29

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    Disponibilité du traitement médical sur place

    La disponibilité des mêmes médicaments ou/et du traitement ainsi que d’un médecin spécialisé dans le pays de retour ne sont pas toujours garantis. Des médicaments achetés en Suisse pour subvenir aux besoins pendant les quelques mois suivant le retour risquent de ne pas être disponibles ni connus dans le système médical du pays de retour. Dans certains cas il peut être conseillé de discuter avec la personne concernée des éventuels risques de stigmatisation et de discrimination (par exemple, dans le contexte du VIH/SIDA).

    Une recherche d’information détaillée sur les possibilités de traitements sur place doit être menée avant le départ via le programme RIF :

    ₋ Déterminer la disponibilité et les prix des médicaments, de génériques ou encore de produits de remplacement qui contiennent des agents actifs similaires dans le pays de destination.

    ₋ Chercher un hôpital, centre de santé ou clinique qui pourrait accueillir le migrant après son retour.

    ₋ Si des médicaments doivent être importés depuis la Suisse, il est important de se renseigner sur les formalités et restrictions d’importations (par exemple, restriction pour l’importation de morphine). Le médecin traitant doit fournir à la personne qui rentre une lettre (cf. voir « Declaration of personal use of medicaments », Annexe A.6.2) confirmant que les médicaments sont destinés à l’usage personnel.

    ₋ L’endroit de retour précis devrait être défini et connu à l’avance. Grâce à ces informations, les possibilités de thérapies potentielles ainsi que des places libres dans des programmes subventionnés etc. peuvent être identifiées (par exemple, dans le contexte du VIH/SIDA).

    Encadrement et soins dans le pays de destination

    L’encadrement et les soins de la personne une fois de retour sont tout aussi importants que le suivi du traitement médical. En effet, dans certains pays il n’existe pas de place dans un foyer, un centre social ou un hôpital spécialisé. La personne ne peut donc compter que sur sa famille, ses voisins ou son entourage pour l’encadrement et les soins.

    Il est nécessaire de se renseigner sur les possibilités d’accueil et de soins avant le départ :

    ₋ famille ou entourage (contact de la famille avant le retour avec l’accord du migrant pour discuter du retour et de l’accueil de la personne chez eux, possibilité de « cash for care ») ;

    ₋ établissements publics ; ₋ service social ou organisation active dans ce domaine (ONG, association

    religieuse, œuvre d’entraide) ; ₋ clarifier les frais des soins et de l’encadrement identifiés.

    Financement

    Demande d’aide au retour financière pour le traitement médical, pour l’encadrement, les soins, etc. auprès le SEM, du canton, d’une fondation ou d’une oeuvre d’entraide.

    3

    4

    5

  • 30

    UN

    GU

    IDE

    PRAT

    IQU

    E

    Reto

    ur et

    réin

    tégr

    atio

    n de p

    erso

    nnes

    vuln

    érab

    les

    Réservation du vol

    Le vol doit être réservé uniquement après avoir obtenu les informations nécessaires. Les réservations de vol se font à l’aide des deux formulaires « Formulaire d’inscription swissREPAT Vol de Ligne » et « Vol de retour avec l’OIM ».

    Sur le formulaire « retour volontaire/autonome par voie aérienne » sous assistance de l’OIM souhaitée (2) cocher « oui ». Pour des personnes avec des problèmes physiques, veuillez cocher sur le formulaire « transport assuré par l’OIM » les éléments suivants :

    a. Sur le « Formulaire d’inscription swissREPAT Vol de Ligne » choisir la catégorie SIM ;

    b. Cocher sur le formulaire « Vol de retour avec l’OIM » les cases correspondant à l’assistance demandée et détailler si nécessaire sous « explications complémentaires » ;

    c. Joindre le « Assessment of Travel Fitness » (c.f. annexe A.6.1) rempli par le médecin traitant et signé par la personne concernée ;

    d. Faxer ces documents à swissREPAT.

    LIENS

    • OMS : www.who.int/fr

    • OIM migration et santé : http://health.iom.int

    • Informations approfondies sur le VIH/SIDA

    • UNAIDS : www.unaids.org/fr/

    • The Global Fund : www.theglobalfund.org/fr/

    • UNIFEM Gender and Aids : www.genderandaids.org/

    • Aide Suisse contre le sida : www.aids.ch/fr/

    CHECK-LIST

    A. Expression de la volonté de rentrer.

    B. Clarification avec les partenaires (assistants sociaux, personnel des centres, etc.) pour avoir le plus d’informations possibles.

    C. Envoyer la lettre pour le médecin et le formulaire « Assessment of Travel Fitness » au médecin traitant (prière de donner des informations détaillées !).

    D. Identification des besoins pour :

    1. le voyage2. la réintégration

    6

    http://www.who.int/frhttp://health.iom.inthttp://www.unaids.org/fr/http://www.theglobalfund.org/fr/http://www.genderandaids.org/http://www.aids.ch/fr/

  • 31

    3. Introduction aux différents groupes de personnes vulnérables

    E. La préparation :

    Clarifier comment répondre aux besoins identifiés dans le pays de retour –> via RIF au niveau social (hébergement, soins, etc.) médical (suivi du traitement, médicaments disponibles, etc.) professionnel (business projet, école, etc.) autre __________

    1.) Le voyage :a. en Suisse

    accompagnement à l’aéroport en Suisse (jusqu’à l’avion ?) visite médicale juste avant le vol acheter les médicaments et y joindre une lettre du médecin (en anglais) certifiant que les médicaments sont réservés à l’usage personnel du migrant

    prise des médicaments avant le vol

    b. transport Escorte (médecin, personnel soignant ou travailleur social ; langue spéciale ; femme ou homme ; autres)

    Plusieurs sièges, civière Chaise roulante Oxygène Assistance en transit (avec chaise roulante ?) Accueil sur place (famille, OIM, etc.) Transport secondaire (voiture spéciale si chaise roulante, ambulance, etc.) Transmission des informations médicales (au médecin, à l’OIM (temporairement), etc.)

    2.) La réintégration : Proposition de solution (suivi médical, suivi social, réintégration professionnelle) avec financement (par exemple par le SEM).

    F. Les réservations de vol via SIM :

    a. Sur le « Formulaire d’inscription swissREPAT Vol de Ligne » choisir la catégorie SIM ;

    b. Cocher sur le formulaire « Vol de retour avec l’OIM » les cases correspondant à l’assistance demandée et détailler si nécessaire sous « explications complémentaires » ;

    c. Joindre le « Assessment of Travel Fitness » (c.f. annexe A.6.1) rempli par le médecin traitant et signé par la personne concernée.

    G. Information à la personne qui rentre sur toutes les mesures prises pour son retour :

    Informations sur l’assistance prévue (jusqu’à l’aéroport, en transit, à l’arrivée), sur les précautions médicales (vaccins et informations sur la malaria), sac OIM, bagages, etc.

    H. Organisation d’une rencontre entre l’escorte et la personne qui ren