etats-unis : vivre, travailler, étudier

of 52/52
DOSSIER PRATIQUE Voiture : Location ou Transit Temporaire DESTINATIONS Autriche et Allemagne Trimestriel N° 108 – Avril-Mai-Juin 2008 Belgique / Luxembourg 5,9 - Suisse 9 FS – DOM 5,9 Grèce / Italie / Portugal CONT 5,9 - Canada 9$CAN Maroc 45 MAD – TOM 1000XPF – Afrique CFA 4200 CFA ÉTATS-UNIS Vivre Travailler Étudier Supplément Congo - Brazzaville

Post on 28-Mar-2016

233 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Un dossier spécial consacré aux Etats-Unis, pays qui continue toujours d’attirer étudiants et travailleurs du monde entier. Le rêve américain est-il encore d’actualité ? Les réponses dans ce numéro ! Sommaire - Dossier principal : Etats-Unis De la côte Est à la côte Ouest - Destination Allemagne - Destination Autriche - Dossier pratique : location et achat en transit temporaire - Témoignage / expertise : S’implanter en Chine - La blogosphère des expatriés Cahier central : Vivre, travailler et investir au Congo-Brazzaville

TRANSCRIPT

  • DOSSIER PRATIQUEVoiture : Location ou Transit TemporaireDESTINATIONSAutriche et Allemagne

    Trimestriel N 108 Avril-Mai-Juin 2008Belgique / Luxembourg 5,9 - Suisse 9 FS DOM 5,9 Grce / Italie / Portugal CONT 5,9 - Canada 9$CANMaroc 45 MAD TOM 1000XPF Afrique CFA 4200 CFA

    TATS-UNIS Vivre

    Travailler

    tudier

    Supplment Congo - Brazzaville

  • DDans le Guide du Routard de lexpatri que jai crit en 1999, je qualifiais la destination

    des Etats-Unis de faux eldorado... Depuis le cataclysme du 11 Septembre 2001, les

    difficults pour aller travailler dans ce pays se sont accentues pour plusieurs raisons :

    les services de limmigration sont de plus en plus exigeants concernant lattribution

    des visas ;

    la concurrence mondiale pour immigrer dans ce pays est grande, en particulier les

    candidats trs comptents en provenance dAsie et des pays dEurope de lEst ;

    les Etats-Unis connaissent un dbut de rcession conomique, susceptible de durer.

    Cependant, ne perdez pas espoir si vous avez choisi cette destination, car tout est

    possible si lon est bien inform.

    Cest la raison pour laquelle nous vous proposons un premier dossier pour vivre,

    tudier et travailler aux Etats-Unis.

    En mai, dans la collection Vivre ltranger des ditions STUDYRAMA, nous

    publierons un ouvrage unique et complet sur le mme thme.

    Enfin, nhsitez pas vous rendre sur notre site Internet, www.vivrealetranger.com, o

    vous trouverez galement toutes les informations utiles pour bien prparer votre dpart.

    Si vous avez choisi de pratiquer un mtier ou de complter vos connaissances dans un

    secteur dactivit en demande, vos chances dobtenir un visa seront plus importantes.

    Ce ssame est indispensable ! Commencez donc par consulter le site des services de

    limmigration : www.uscis.gov.

    Dautre part, il nest pas inutile de participer la loterie annuelle pour tenter de gagner

    une green card. Enfin, profitez de vos vacances pour sillonner les Etats qui vous tentent

    pour faire votre choix et vous crer des contacts : cest le moment, le taux du dollar

    est faible !

    Si vous tes encore clibataire, on ne sait jamais, vous trouverez peut-tre lme sur, ce

    qui vous permettra de postuler sur place lattribution dun visa K dune dure de

    6 mois, pour rechercher un emploi : on a le droit de rver !

    Bonne route !

    edito

    par Jean-Pierre Pont

    VIVRE A LTRANGER I N 108 3

    p03 Edito 108.qxd 13/03/08 21:55 Page 3

  • ECHOS2e Journe des Franais de ltranger :

    plus de 3 000 visiteurs ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

    La blogosphere

    DES EXPATRIESNotre slection de blogs dexpatris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

    DESTINATION AllemagneEntre Etat providence et tout libral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

    DESTINATION autricheEntre pass et modernit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

    SPECIAL ETATS-UNIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

    pARTIRLa ncessit de possder un visa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

    vivre Du melting-pot limmigration rgule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

    travailler Un march du travail dynamique mais ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

    etudierNumber one ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

    sommaire

    www.vivrealetranger.com

    Le guide pratique de lexpatriation, tous les contacts,les formalits, les astuces.

    Dossiers Destinations, pays par pays, les adresses, les conseils, les piges. Abonnez-vous gratuitement notre newsletter exclusive.

    STUDYRAMA

    34-38, rue Camille Pelletan

    92309 Levallois-Perret cedex

    France

    Tl. : + 33 (0)1 41 06 59 00

    Fax. : + 33 (0)1 41 06 59 09

    e-mail : [email protected]

    SAS au capital de 2 734 555 euros

    Directeur de la publication

    Jean-Pierre Pont

    [email protected]

    Directeur de la rdaction

    Nicolas Fellus-Vannier

    Rdactrice en chef dlgue

    Odile Gnanaprgassame

    [email protected]

    Ont particip ce numro :

    Lela Zellouma, Alexandre Bellity,

    Emmanuel Langlois, Pascaline Roi,

    Christina Gierse,

    Secrtaire de rdaction

    Pierre Barbezat

    Conception partielle

    et excution graphique

    Sverine Coatalen

    [email protected]

    Conception publicitaire

    Michal Barek, Alexandre de

    Gassoswski et Aurlien Soula

    Rgie publicitaire France

    Edouard Brisson

    [email protected]

    Tl. : +33(0)1 41 60 59 03

    Justine Mallet

    [email protected]

    Tl. : +33(0)1 41 06 51 32

    Rgie publicitaire Internationale

    Vronique Martinet

    [email protected]

    studyrama.com

    Tl. : +33(0)1 41 60 59 02

    Cahier central

    Congo-Brazzaville

    Marie de Clauzade

    Catherine Benot

    [email protected]

    Commission paritaire :

    N CPPAP 1007U80038

    Imprim en UE.

    Imprim par : BOCCIA

    Couverture : Xavier

    MARCHANT - Fotolia.com

    Vivre ltranger

    N 108 Avril/Mai/Juin 2008

    p04_05 108 Somm.qxd 14/03/08 8:51 Page 4

  • etudier Pour intgrer un MBA aux Etats-Unis, prvoyez un an de prparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

    investir Premire destination des capitaux franais ltranger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

    De la cote Est

    a la cote OuestA la conqute du rve amricain... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

    Dossier pratiqueLocation et transit temporaire : bons plans pour les expats ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

    FRANcAIS DU MONDEA la rencontre des Franais de ltranger. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

    TEMOIGNAGESimplanter en Chine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

    sommaire

    Cahier central : Dossier special CONGO-Brazzaville

    VIVRE A LTRANGER I N 108 5

    Discutez, Partagez, changez...

    forumssur les

    de andre

    sr -

    FOTO

    LIA

    p04_05 108 Somm.qxd 14/03/08 8:51 Page 5

  • 6 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    echos

    I 2e Journe des Franais de ltranger : plus de

    3 000 visiteurs !Samedi 1er mars 2008. Le Palais du Luxembourg a accueilli la 2e Journe des Franais de ltranger, un vnementmajeur pour cette communaut estime prs de 2,3 millions de Franais travers le monde. Plus de 3 000 visiteursont afflu pour rencontrer les acteurs incontournables de la mobilit internationale ! Vivre ltranger, partenaire delvnement tait sur place.

    Cette journe a t organise lini-tiative du prsident du Snat,Mon-sieur Christian Poncelet,qui,aprsconcertation avec les reprsentantsdes Franais de ltranger, a sou-hait rendre un hommage appuy nos compatriotes , comme cefut dj le cas en 2006, lors de lapremire Journe des Franaisde ltranger.Tous les acteurs institutionnels,asso-ciatifs ou privs se sont runis lorsdun forum Embarquez pour lemonde destin accueillir le grandpublic. Objectif ? Donner aux visi-teurs tous les outils pour bien pr-parer leur expatriation.Un Hubemploi a mme t mis en place,en prsence de grandes entrepriseset des rseaux incontournables telsUbifrance,Eures ou Espace emploiinternational.Les visiteurs,parmi eux,de nom-breux jeunes,souhaitant poursui-vre une partie de leur cursus oubien travailler ltranger lesEtats-Unis,le Canada,lEurope,lAustralie et lAsie faisant lob-jet dune demande dinformationaccrue ont arpent toute la jour-ne les prestigieux couloirs duSnat. Il faut dire que lvne-ment est aussi loccasion pour denombreux Franais de visiter lunedes institutions de lEtat.Des tables rondes, qui ont faitsalle comble, ont t loccasionde profiter des conseils et exper-tises dintervenants de qualit,sur des thmes comme la pr-sence culturelle et conomiquefranaise ltranger ;la recher-

    che demploi ; les services auxFranais de ltranger... Je faispartie dune Junior entreprise quifait du conseil en dveloppementinternational pour les PME. Jaipu recueillir pas mal dinfor-mations aujourdhui , confiela jeune Amina Khoungui.

    TROPHES SNATDE LA PRSENCEFRANAISE ALTRANGERPoint dorgue de cette journe, lacrmonie de remise des TrophesSnat de la prsence franaise ltranger.Pour la 1re fois,des Fran-ais vont tre rcompenss pourleur participation au rayonnementde la France dans le monde.Les 6 gagnants slectionns surprs de 350 candidatures, ontreu leur trophe,trophe assortidun chque de 5 000 grce auparrainage de six entreprises (AirFrance,HSBC,Caisse des Fran-ais de ltranger, Groupe Tait-bout,International SOS,Accor).Maryvonne Grunberg, 1re lau-rate,a restaur une maison dontelle a hrit Marrakech, pouren faire un riad. Elle aide aussila population locale en tablis-sant un partenariat avec la villede Tours dont elle est originaire.Le 2e laurat,David SantandreuCalonge,a russi le pari de pren-dre en main le dpartement deFranais de la City University deHong-Kong : rsultat, il attire2 500 lves chinois contre 40auparavant ! Ce candidat nous

    a impressionn par son temp-rament entrepreneurial, nouscomptons bien poursuivre nosrelations avec lui , prcise Gil-les Denoyel, directeur gnraldlgu de HSBC France.Yves Marre,3e laurat,peut trefier davoir cr un bateau-hpi-tal ! Cest au Bangladesh que celase passe, chaque anne, prs de60 mdecins trangers viennenty travailler. Dailleurs, annonce-t-il en recevant son prix, nousavons le projet de crer undeuxime hpital .Michle Debrenne,elle,est tom-be amoureuse de la Sibrie oelle est installe depuis 30 ans !Enseignant-chercheur luniver-sit de Novossibirsk,elle promeutles relations interculturelles entrela France et la Russie.La crmonie a t loccasionpour les personnalits prsentes,les snateurs reprsentants lesFranais de ltranger mais aussiRama Yade,secrtaire dEtat auxDroits de lHomme,daborder lesquestions qui touchent directe-ment cette communaut.Le sortdIngrid Btancourt et la ques-tion de la scurit en gnral sontvoqus : Les Franais nontpas t pargns , dit-elle en fai-sant rfrence aux rcents v-nements survenus en Maurita-nie, au Niger et au Tchad. Le gouvernement franais veuttout faire pour amliorer le quo-tidien des Franais de ltran-ger , conclura-t-elle la fin dela crmonie.

    Hmicycle du Snat

    X

    avie

    r LH

    ospi

    ce

    p06 Echos 1p.qxd 13/03/08 22:04 Page 6

  • PUBS VAE108.indd 7 13/03/08 14:37:02

  • ESPAGNECe blog, consacr Tnrife, plus grande le de larchipel des Canaries, cherche transmettre tous les expatris ou futurs expatris, dintressantes informations pratiques propos du terri-toire espagnol et plus prcisment sur les les Canaries : coutumes, accessibilit...Cela fait maintenant un an que Carole, jeune franaise, nous fait profiter de ses dcouvertes ! http://vidadesol.blogspot.com

    8 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    Qui mieux que les expatris sont mme de vous informer sur la vie ltranger ? Notre slection de blogs...Lela Zellouma et Alexandre Bellity

    D

    R

    AUSTRALIEA la suite dune belle rencontre amoureuse, Aurlie, 25 ans, dcide de sinstaller enAustralie de faon dfinitive. Cest alors quelle en profite pour crer son propre blog,o elle dvoile une foule dinformations pratiques.Elle souhaite laborer un site Internet touristique sur ce pays, et confirme donc que sonretour en France nest plus dactualit : lAustralie, cest le paradis http://vivreenaustralie.canalblog.com

    D

    R

    BULGARIELa Bulgarie vous intrigue ? Jean-Claude vous permet den savoir un peu plus sur ce pays, nou-veau membre de lUnion europenne. Voil six ans que ce pr-retrait vit Sofia avec safemme bulgare et leurs quatre enfants.Alors quil tait technicien de fabrication en Alsace,Jean-Claude a dcid, un beau jour, de quitter ses habitudes pour vivre la grande aventure. Dcou-vrez son univers ainsi que sa passion pour cette destination. http://bulgarie.over-blog.com

    D

    R

    MAYOTTE Tranches de vie dun couple denseignants franais, Sverine et Franois, install Mayottedepuis octobre dernier.Constitu de trs belles photos des paysages et des rues de Mayotte, ce blog nous donneune irrsistible envie de dcouvrir ces les de locan Indien. Les auteurs, qui avaient enviede changer dair et daller la rencontre dautres cultures, ne regrettent pas leur choix ! http://iloni.over-blog.com

    D

    R

    YEMENUn couple de Franais, Arnaud et Emilie, nous raconte son exprience au Ymen, destina-tion plutt rare pour les expatris.Lui travaille pour un groupe ptrolier, elle est kinsithrapeute au Right to Life Institute forCerebral Palsy Sanaa.Vie quotidienne, diffrences culturelles, et problmes lis la scu-rit : ils nous livrent leurs impressions sur ce pays. http://arnaud-emilie.blogspot.com

    D

    R

    GUINEBlog de Jean-Baptiste, 30 ans, en mission pour lAssociation Franaise des Volontairesdu Progrs depuis mai 2006, mis disposition dune ONG guinenne travaillant dans lechamp de lenfance et de la jeunesse. Il y raconte les avances et difficults mener lesprojets sans oublier dapporter un regard sur la situation politique pour le moins insta-ble. On y apprend galement que la prsence franaise a laiss une trace bien particu-lire : la partie de ptanque ! http://guinee.over-blog.com

    DR

    La blogosphEre des expatries

    Pour figurer sur cette page,envoyez un mail

    [email protected]

    p08 Blog.qxd 13/03/08 22:05 Page 8

  • PUBS VAE108.indd 9 13/03/08 14:37:06

  • 10 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    I Entre Etat providence et tout libral

    Ruine par la guerre, lAllemagne est devenue la 3e puissance conomique mondiale, et la championne du monde lexport, encore dope par le Mondial 2006 de football.

    Prs de 20 ans aprs la chute duMur, le grand dfi du pays restela reconstruction de lEst.Avec unemain-duvre et des infrastruc-tures dexcellence,lAllemagne,pre-mier partenaire conomique de laFrance,porte dentre sur les paysmergents,tente dattirer les inves-tisseurs et travailleurs trangers,en particulier les ingnieurs et lestechnico-commerciaux qui lui fontdfaut, dautant que la qualit vieoutre-Rhin a de quoi sduire.

    INVESTIR :LES VOYANTS NOUVEAU AU VERT Depuis 80 ans, lAllemagne est lepremier partenaire commercial dela France. Championne du monde lexport depuis 4 ans, le mon-tant de son excdent commercialest estim 200 milliards deuroslan dernier. La France, au 5e rangdes investisseurs trangers en Alle-

    magne,y dispose de 2 200 implan-tations de toutes tailles, quiemploient plus de 379 000 person-nes. Les industries extractives etmanufacturires reprsentent le pre-mier secteur dinvestissement dela France (41 %). Limmobilier,la location et les services aux entre-prises arrivent en deuxime posi-tion, devant les activits financi-res.Lembellie de lconomie na,entout cas, pas t porte par laconsommation lan dernier,puisqueles foyers se sont quips en biensdurables (lectromnager, voitu-res...) fin 2006 pour anticiper lahausse de la TVA, passe de 16 19 % au 1er janvier 2007. LAlle-magne a profit de llargissementde lUnion europenne aux paysde lEst (PEO) et sillustre dansla construction automobile(3e exportateur de vhicules aumonde,15 % de la richesse natio-nale en 2006), la chimie ou la

    construction de machines.Les entre-prises allemandes sont galementtrs bien places dans les techno-logies de pointe comme loptique,lemdical,lenvironnement,le solaire,les nano et les biotechnologies.Exemple rcent dans le secteurde lenvironnement : le rachat parVeolia du groupe Sulo de Ham-bourg, numro deux Allemand dutraitement des ordures mnagres,pour 1,45 milliard euros.Dans lex-RDA,plusieurs entreprises franai-ses (Veolia,Connex,Total ou Saint-Gobain) se sont installes dansces nouveaux Lnder et y ont crdes emplois. Le secteur tertiaireaugmente au dtriment de lindus-trie. LAllemagne est le premierpays au monde pour lorganisationde foires et salons. Mais atten-tion,prvient Gilles Untereiner,direc-teur de la Chambre de commercefranaise Sarrebruck (voir enca-dr), pour vendre en Allemagne,

    Destination allemagne

    p

    ures

    hot -

    Fot

    olia

    .com

    La Porte de Brandebourg, Berlin

    REPERES

    SUR LE WEB

    Emploi IMinistre du Travail et desAffaires sociales :www.bma.bund.de IAmbassade de France Berlin : www.botschaft-frankreich.deI Agence fdrale pourlemploi : www.arbeitsamt.deI Agences locales pourlemploi :www.arbeitsagentur.deI Offres demploi :www.athenajob.de ;www.jobline.de ; www.jobware.deI Association pour lemploides cadres : www.apec.frI Espace emploiinternational : www.emploi-international.orgIVolontariat internationalavec Ubifrance :www.civiweb.orgVivreI Site de rfrence pourexpatris (en anglais) :www.howtogermany.comIMoteurs de rechercheallemands : www.allesklar.de ;http://web.de ; www.fireball.de

    P10-12 Allemagne 3p.qxd 13/03/08 22:06 Page 10

  • VIVRE A LTRANGER I N108 11

    il est essentiel dtre reprsentau niveau rgional : Les Allemandsont leurs habitudes et sont ttus,une offre qui passe en France nefonctionnera pas forcment ici. Lemarketing, cest lcole de la modes-tie. Le modle conomique alle-mand repose sur les PME (plusde 3 millions) qui emploient 70 %des salaris.

    TRAVAILLER :RECHERCHE INGNIEURS,DSESPRMENTA 9 %,le taux de chmage atteintson plus bas niveau depuis 12 ans.Avec la reprise conomique, lin-dustrie manque dingnieurs ! Lesentreprises de mcanique et din-gnierie, branche cl de lindus-trie,embauchent tour de bras.Lessecteurs de la machine-outil, lamtallurgie,llectricit,lautomo-bile, mais aussi les services sonten pnurie de main-duvre qua-lifie.Avec les dparts la retraite,95 000 ingnieurs et 135 000 scien-tifiques manqueront lappel dici2014 ! Une carte didentit ou unpasseport suffisent pour un ressor-tissant de lUnion europenne quiveut travailler en Allemagne. Unefois install,et pour un sjour sup-rieur 3 mois, loffice des tran-gers vous dlivrera une autorisa-tion de sjour.Le contrat de travail,le plus souvent crit, est encadr

    DOUCEUR(ETRIGUEUR !)DE VIVRE Linflation a baissen Allemagne,mais lecot de la vie reste lev,et Berlin est compara-ble aux autres capitaleseuropennes.Des servi-ces mdicaux de qualit sont dispo-nibles partout, mais trs onreux,do limportance dtre bien cou-vert ! Un accord europen garan-tit une assurance mdicale gratuite tous les citoyens europens en Alle-magne,mais si vous vous y installez,il faudra souscrire lassurancedEtat.Ct qualit de vie,les Alle-mands accordent une part impor-tante aux loisirs, au sport et lanature.190 000 km de chemins bali-ss en font le paradis des randon-neurs. Le rseau ferroviaire relieles principales villes frontalires dAl-lemagne (Alsace,Lorraine,Luxem-bourg).Des lignes grande vitesse(ICE) connectent Munich, Ham-bourg, Berlin, Brme, Francfort etCologne. Le pays est quip de40 aroports.Les axes routiers sontaussi trs bons, il ny a ni page nilimitation de vitesse sur les autorou-tes ! Quant aux contacts, oubliezun peu de votre culture latine. Lesrelations avec les Allemands ne senouent pas rapidement, analyseArnaud Leretour, chef de la Mis-

    Capitale : Berlin

    Population : 82,6 millions

    dhabitants

    Superficie : 356 910 km2

    Densit : 231 habitants/km2

    Rgime : parlementaire,

    rpublique fdrale

    comprenant 16 Etats fdraux

    (Lnder)

    Langues parles : allemand,

    anglais (affaires)

    Villes principales : Berlin,

    Hambourg, Munich, Cologne,

    Essen, Francfort, Dortmund,

    Stuttgart, Dsseldorf et Leipzig

    Monnaie : euro

    Taux de chmage : 9 %

    (2007)

    PIB : 603,66 milliards deuros

    (PIB/habitant : 25 700 euros)

    Secteur dactivit : Industrie

    automobile, construction de

    machines et de centrales

    nergtiques, industrie

    chimique, lectronique et

    lectronique, agriculture (lait,

    porc levage de btails,

    betterave sucre et crales),

    agriculture cologique,

    services (70% du PIB)

    Taux de croissance : 2,7 %

    Prsence franaise :

    139 000 personnes

    (estimation)

    LAllemagne

    Il accompagne les entreprisesfranaises en AllemagneIl y a eu la chute du Mur de Berlin. Puis les socitsont dlocalis tout va dans les pays de lEst, oelles reprsentent aujourdhui, comme en Pologneou en Slovaquie, plus du tiers de lconomie. GillesUntereiner a vcu de lintrieur tous ceschangements en Allemagne. Directeur de laChambre de commerce franaise Sarrebruck, lagrande ville industrielle de louest, deux pas de laLorraine, du petit village de Dabo o il est n, agrandi, et appris son mtier de conseil aux PME. Ces pays mergents, dit-il, sont devenus desannexes commerciales et industrielles delAllemagne. Ils ont acquis une comptitivitextraordinaire. Chaque anne, lquipe de

    40 personnes quil dirige accompagne autantdentreprises franaises outre-Rhin. Mais la tchenest pas facile. Il faut en moyenne trois ans pourcrer un march, observer, analyser et identifier lademande locale. Pourtant, des opportunitsexistent. Tout ce qui est fourniture, quipementpour lindustrie, cest un march du tonnerre deDieu, semballe Gilles. Il faut absolument que lesbotes franaises y aillent ! Revers de la mdaille,avec la crainte du chmage, les achats de biens deconsommation marquent le pas. Gilles Untereiner,53 ans, vit Sarrebruck avec sa femme, et sepassionne pour les diffrences de culture de partet dautre du Rhin. Cette incomprhension estsouvent cause dchec, dit-il, dans la crationdentreprises ltranger.Lui crire : [email protected]

    par la loi, mais il nexiste pas desalaire minimum.Les mtiers tech-niques et manuels sont trs bienconsidrs ici.Du coup,un bon BTStrouvera certainement plus faci-lement un emploi quun diplm degrande cole type HEC ! Pour unFranais, la meilleure porte den-tre est le volontariat internationalen entreprise (VIE). La com-munaut des VIE est trs activeen Allemagne, explique CatherineFaure, de la Mission conomiquede Dsseldorf (lire encadr). Ausein du rseau, les changes din-formations dopportunits dem-ploi sont intenses. Sept millions dtrangers viventen Allemagne. Une exprience iciest indniablement un tremplin pourlinternational ; outre les grandessocits franaises,nombre de grou-pes internationaux ont choisi lAl-lemagne comme sige europen.Plusieurs organismes vous aideront trouver un emploi :lOffice fd-ral du travail (Bundesanstalt frArbeit) gre 150 agences pour lem-ploi et vous renseignera sur les allo-cations familiales ou les indemni-ts chmage,lAgence centrale pourlemploi (Zentralstelle fr Arbeit-wermittlung) propose essentielle-ment des offres pour les mtiersde lagriculture,de lhtellerie et dela restauration.Enfin Athena,crepar les consulats gnraux deFrance Mayence et Francfort.

    REPERES

    M

    arie

    Th

    rse

    GUI

    HAL

    - Fot

    olia

    .com

    P10-12 Allemagne 3p.qxd 13/03/08 22:06 Page 11

  • 12 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    sion conomique de Dsseldorf,maiselles sont solides. Une fois laconfiance acquise, de vritables ami-tis sont possibles. Enfin, vitezdarriver avec trois quarts dheurede retard un rendez-vous,les Alle-mands sont trs ponctuels !

    UN SYSTEME DUCATIF DEXCELLENCELe niveau dtudes allemand estconsidr comme le plus lev dEu-rope. Quant lapprentissage deslangues trangres, les Allemandsont en gnral des groupes plus petitset de meilleurs moyens audiovi-suels , analyse Philippe Gagneur,diteur de la mthode Assimil Colo-gne. Pour lentre luniversit,les tudiants trangers doivent pos-sder des connaissances en allemandleur permettant de suivre des cours.Ils doivent,auparavant,soit se pr-senter un test en France, le Test-Daf, soit russir lexamen DSHauprs de ltablissement daccueilen Allemagne. Certaines universi-

    ts allemandes proposent toute-fois des cursus en anglais o lesconnaissances en allemand ne sontpas ncessaires. Le systme uni-versitaire allemand comprend 330tablissements :les universits,gn-rales et techniques (Fachhochschu-len),les coles dart,de musique,dethtre et de cinma.De plus en plus,les universits proposent des cursusprparant aux diplmes internatio-naux bachelor et master .De ce ct-ci du Rhin, lanne uni-versitaire se divise en deux semes-tres (celui dhiver qui dbute en octo-bre et celui dt en avril. On peutcommencer les cours indiffrem-ment en t ou en hiver suivant lesdisciplines).Luniversit franco-alle-mande (voir sur le web ) orga-nise pour sa part plus de 140 cur-sus, dans des disciplines varies.Le baccalaurat, reconnu commelquivalent de lAbitur allemand,est la condition principale pour treadmis tudier en Allemagne. Ilnexiste pas dexamen dentre dansles tablissements allemands, sauf

    pour les filires artistiques, maisdans certaines matires (mdecine,psychologie ou biologie), le critrede slection sera la note gnraledu bac. Depuis 1994, lOffice alle-mand dchanges universitaires(DAAD) est charg dencouragerles relations entre les universitsallemandes et ltranger, et das-sister les tudiants franais en tech-nologie, sciences administratives,administration publique ou gestiondans leur recherche demploi futur.Quant aux frais de scolarit,ils tour-nent souvent autour de 70 euros.Pour vivre comme tudiant en Alle-magne,prvoyez un budget moyende 590 770 euros par mois.Unechambre en cit universitaire cote180 euros,et une colocation ou unstudio en moyenne 325 euros. Letemps de travail maximum autorispour un tudiant est fix 20 heu-res par semaine.Tous les tudiantsdoivent tre affilis au rgime delassurance-maladie.La cotisationslve 53 euros par mois.

    Emmanuel Langlois

    Destination allemagne

    REPERES

    ...SUR LE WEBEtudier I Les universits etFachhochschulen :www.hochschulkompass.deIGoethe Institut en France :www.goethe.de/franceI Lyce franais de Berlin :www.bln.de/fgI Lyce franco-allemand deFribourg : www.dfg-lfa.comI Office allemanddchanges universitaires :http://paris.daad.deI Office franco-allemandpour la jeunesse :www.ofaj.org / www.dfjw.orgI Universit franco-allemande : www.dfh.ifa.orgI Acadmie de Strasbourg(une mine dor pour untudiant tranger) : www.ac-strasbourg.fr/orientation/html/europe/allemagne.htmI Reconnaissance/quivalence de diplmes :http://citizens.eu.intI logement tudiant :www.studentenwerke.de I Informations sur les tudes :www.study-in.deI Informations sur toutesquestions concernant lestudes suprieures :www.studienwahl.deI Service centraldattribution des placesdtudes : www.zvs.deI Informations sur le TestDaf :www.testdaf.deEmploi/InvestirI Stratgie & Action :www.strategie-action.comIChambre franco-allemandede commerce et dindustrie :www.francoallemand.comI Chambre de commerce etdindustrie franaise enAllemagne : www.ccfa.deI Athena : www.athenajob.deIMission conomique deDsseldorf :www.dree.org/allemagneI Le quotidien allemand desaffaires : www.handelsblatt.comI Commission fdrale pourla promotion desinvestissements trangersen Allemagne : www.invest-in-germany.de/en/IConfdration desassociations demployeursallemands : www.bda-online.de

    LAllemagne manquedingnieurs Trois questions Catherine Faure, charge de

    mission du programme VIE la Mission

    conomique franaise de Dsseldorf.

    Vivre ltranger : Comment se porte lconomie

    allemande ?

    Catherine Faure : LAllemagne prsente un bon bilan

    du march de lemploi avec un taux de chmage

    estim 8 % en 2007, en moyenne. En Bavire,

    certaines villes sont mme en situation de plein

    emploi ! Mais se pose le problme du recrutement de

    personnel qualifi, mme si laccs au march du

    travail est dsormais facilit pour les tudiants

    trangers diplms en Allemagne et pour les

    ingnieurs. Ces difficults de recrutement sont

    particulirement sensibles dans lindustrie

    mcanique et automobile.

    VAE : Quelles sont les opportunits demploi pour

    les Franais en Allemagne ?

    C.F. : Les formations les plus recherches sont les

    mathmatiques, linformatique, la technique et les

    sciences naturelles. Les jeunes ingnieurs franais,

    condition de parler langlais et lallemand, ont toutes

    leurs chances pour un dbut de carrire outre-Rhin.

    La meilleure solution est une premire exprience au

    sein dune structure franaise (il y a 1 300 filiales !)

    via une mission VIE (volontariat international en

    entreprise). Prs de 200 missions sont proposes

    aujourdhui en Allemagne dans le secteur bancaire,

    des assurances et des quipementiers automobiles,

    pour des ingnieurs et des technico-commerciaux.

    VAE : Quest ce qui change dans les relations ?

    C.F. : On ne mlange pas la sphre professionnelle et

    la vie prive. Les actions mener, les programmes

    fixs sont bien plus importants que les rapports

    personnels. On partage ses loisirs avec des amis

    connus depuis lcole, luniversit, ou ses voisins. Un

    jeune Franais, pour sintgrer pleinement, devra

    rejoindre un club de sport ou, pratique trs rpandue,

    vivre dans une WG (Wohnengemeinschaft), une

    colocation en partageant un appartement avec de

    jeunes Allemands. Quant limage de lAllemand

    rigide, je suggre la lecture de Nous, les Allemands,

    de Matthias Matussek, qui prouve que nos voisins ne

    manquent ni dhumour ni de fantaisie !

    Lui crire : [email protected]

    P10-12 Allemagne 3p.qxd 13/03/08 22:06 Page 12

  • Envie de donner une dimensioninternationale votre carrire ?

    Abonnez-vous ds maintenant sur

    www.vivrealetranger.com

    RECEVEZ GRATUITEMENT LA

    NEWSLETTER

    GRATUIT

    Tous les 15 jours,lactualit,les conseils

    et les informations pratiques

    PUBS VAE108.indd 13 13/03/08 14:37:10

  • 14 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    I Entre pass et modernit On pense Sissi, au Tyrol, la valse et aux cafs viennois. Certes, lAutriche a ces allures de carte postale surannemais aussi un cur conomique et culturel qui bat au rythme du XXIe sicle, au centre de lEurope, entre pays delEst et Occident.

    DES INVESTISSEMENTSTRANGERS FACILITS Lun des atouts de lAutriche estsa proximit gographique avecles nouvelles conomies des paysdEurope centrale et orientale (lAu-triche est le premier investisseuren Slovnie, Croatie et Bulgarie),avec lesquels elle a tiss des liensparticuliers.Plus dun millier den-treprises internationales grentdepuis lAutriche leurs affaires avecles pays de lEst, parmi lesquellesde nombreux groupes franais(Citron,SAGEM,Aventis Pharma,Renault,Alcan (minerais et mtaux),Danone,Alstom (btiments et tra-vaux publics),Socit Gnrale ouAccor). La rforme de limpt surles socits et les rgimes de grou-pes de 2005 (le taux unique est passde 34 % 25 % sur les bnfi-ces, pas dimpt sur la fortune nitaxe professionnelle) et le niveau dequalification de la main-duvre

    sont aussi de nature attirer lesinvestisseurs trangers dans la patriede Mozart et Freud. Le pays jouitgalement dune stabilit politi-que et montaire avec leuro.Vienneaccueille le sige dorganisationsinternationales comme lAIEA(lAgence pour lnergie atomique).La France investit en majorit dansle secteur des services aux entrepri-ses (60 %) et dans les services finan-ciers (11 %). Depuis lentre dupays dans lUnion europenne en1995, les investissements directstrangers (IDE) nont cess daug-menter,dautant quils ne sont sujets aucune autorisation pralable.Seuls les secteurs de la banque etde lassurance requirent le feu vertdu ministre des Finances ; unedemande dinscription doit tre dpo-se auprs du registre du tribunalde commerce le plus proche.Le droitautrichien des socits fait gn-ralement la diffrence entre soci-ts de capitaux et socits de per-sonnes.Comme en France,la socit

    responsabilit limite (GmbH),calque sur le modle allemand,estla forme juridique la plus frquente.La palette des aides proposes (dve-loppement rgional,technologique,protection de lenvironnement) esttrs varie :depuis les aides finan-cires directes, en passant par lesbonifications dintrts jusqu laprise en charge de garanties.Le paysconcentre et attire aussi les cer-veaux :le Land de Vienne est la qua-trime rgion dEurope pour la pro-portion de scientifiques (technologiesde linformation et biotechnologies) !Des avantages fiscaux sont dail-leurs accords (abattements jusqu35 %) pour les dpenses de recher-che et pour la formation. Plus de2 800 instituts de recherche et dve-loppement (R&D) axs sur les nou-velles technologies font le lien entreles attentes des entreprises et lex-pertise des scientifiques.Le systmeducatif autrichien entretient dail-leurs un lien troit avec lindus-trie. Les loyers de limmobilier de

    Destination autriche

    S

    tern

    schn

    uppe

    - Fo

    tolia

    .com

    Le chteau de Vienne

    REPERES

    SUR LE WEB

    Etudier I Tests de langueallemande reconnus :www.testdaf.de ou www.osd.atI Cours de langue : Vienne : www.vwu.at ; Graz : www.vgu.atI Austrian AcademicExchange Service :www.oead.ac.at (portail desuniversits et associationstudiantes)I Lyce franais de Vienne :www.lycee-francais.atI Ecole internationale deVienne : www.vis.ac.atIMoteurs de rechercheautrichiens : www.austria-www.at ; www.austronaut.at ;www.austrosearch.at

    P14-16 Autriche 3p.qxd 13/03/08 22:10 Page 14

  • VIVRE A LTRANGER I N108 15

    bureau sont plus attractifs en Autri-che que dans dautres capitales euro-pennes.A 299 euros par an le mtrecarr (frais gnraux compris),Vienne est moins chre que Prague,Budapest,Varsovie,Rome,Bruxel-les,Francfort ou Zurich.Ct logis-tique enfin,lAutriche dispose dunrseau dense de liaisons directesparfaitement rythmes avec les paysde lEurope de lOuest, centrale etdu Sud. Et cela sapplique len-semble des modes de transport :le rail bien sr,mais aussi les trans-ports combins o lAutriche occupela deuxime place du classementeuropen.

    RIGUEUR ET HARMONIE DANSLE TRAVAILPas de visa pour un Franais :cestle principe de libre circulation destravailleurs de lUnion europennequi sapplique ici. Au-del de troismois, pour prtendre un emploi,il faut se faire dlivrer une attesta-tion de dclaration au bureau dessjours (15 euros). Le march desoffres demploi est de plus en plusprivatis (en particulier pour lescadres),mais lAgence autrichiennepour lemploi (voir sur le web )propose gratuitement ses services.Pensez enfin au Job Center Interna-tional de Vienne, qui affiche desemplois dans le secteur du tourisme.La dure lgale du travail est offi-

    nieren Autriche. Les coti-sations lassurance sociale sontobligatoires ds que vos revenusdpassent le seuil daffiliation.Cescotisations,tout comme limpt surle revenu,sont directement prlevspuis reverss par lemployeur. Lessecteurs porteurs sont lindustriemtallurgique, la mcanique(800 000 moteurs automobiles sor-tent des chanes autrichiennes cha-que anne !), la chimie, le textileou lhabillement.Le tourisme,avecses stations de ski rputes,est aussiun secteur important en Autriche.Bien sr,il faudra vous mettre lal-lemand,mais le franais reste la lan-gue trangre la plus tudie en Autri-che aprs langlais,grce une imageprestigieuse.Paris et Vienne entre-tiennent des relations culturelles par-ticulirement riches.La Carte euro-penne dassurance maladie (dlivreen France par la Scurit sociale)permet une prise en charge des fraismdicaux ventuels une fois sur place.Quant au stage, il faut sy prendre lavance pour en dcrocher un.En effet,les entreprises autrichien-nes mettent gnralement 4 6 moispour recruter leurs stagiaires. Cesstages peuvent tre rmunrs,entre220 et 580 euros par mois, moinsde risque donc de tomber sur un stage

    Capitale :Vienne

    Population : 8,3 millions

    dhabitants

    Superficie : 83 853 km2

    Densit : 99 habitants/ km2

    Rgime : rpublique fdrale

    dmocratique et

    parlementaire

    Langues parles : allemand,

    slovne, croate, tchque et

    hongrois

    Villes principales : Vienne,

    Salzbourg, Graz, Linz,

    Innsbruck, Klagenfurt

    Monnaie : euro

    Taux de chmage : 4,8 %

    PIB : 233 milliards deuros

    (32 500 euros par habitant),

    4e place des pays de lUE en

    terme de richesse

    Secteur dactivit : industrie

    mtallurgique et mcanique

    (exportation machines-outils),

    chimique (cellulose,

    ptrochimie), textile,

    habillement, papier

    (ressources forestires trs

    abondantes), lectrique et

    lectronique (plus de

    400 entreprises fabriquent des

    composants) et agro-

    alimentaire. Le secteur des

    services (en particulier

    enseignement, recherche,

    services de sant...) emploie

    57% des actifs.

    Taux de croissance : 3,1 %

    Prsence franaise :

    8 965 personnes

    (estimation)

    LAutriche

    Restaurateur sans frontire VienneIl y a dabord lenfance en Afrique, au Nigeria, puis enCte dIvoire, dans le sillage de ses deux parentsenseignants, puis le retour prs de Paris.AlexandreTrabys, 14 ans, se lance avec succs dans lhtellerie :bac pro en deux ans, major de sa promotion, et desstages dans les meilleurs tablissements (PavillonRoyal au bois de Boulogne, Chez Pierre aux cts deDavid Frmondire).Viendra le service militaire,comme assistant aux cuisines de la crche delElyse sous Jacques Chirac ! Alexandre senvoleensuite un an pour Londres, avant de revenir auNigeria, Lagos, comme plus jeune chef dunSofitel ! Cest en Afrique quil rencontre sa femme, un cours dquitation, avec laquelle il part sinstaller

    ensuite en Norvge, 600 kilomtres au-dessus ducercle polaire. Ce fut une belle exprience, maisdifficile, raconte Alexandre. On tait loin de la ville,ctait difficile de se lier avec les gens. Depuisquelque temps, lide douvrir son propre restaurantlui trotte dans la tte. Cest Vienne, en Autriche,que le projet prend forme. Le couple reprendlAlexanders, un tablissement trs la mode dansles annes 80 mais tomb en dsutude depuis. En2006, un article logieux lance le restaurant.Aujourdhui, 5 600 convives se pressent chaquemois dans cette ambiance cosy. On propose unecuisine semi gastronomique, toujours base deproduits bio, explique le jeune chef. On travaillelhuile dolive, les poivrons ou les anchois. Il ny a pas de ces plats en sauce o on ne sent plus le got de laviande ! Lui crire : [email protected]

    ciellement de 40 heures parsemaine, mais beaucoup res-tent plus longtemps au bureau(en moyenne 44,1 heures parsemaine). Les gens travaillent avecplus de rigueur et dorganisation quechez nous, admet Bertrand Gos-set, jeune Franais, responsable grands comptes pour le groupepapetier Neusiedler Vienne. A lapremire runion, sur des probl-mes ardus de production logistique,jai t sidr. Quelquun intervenaitet en dix secondes, ctait rgl ! Les Autrichiens sont attachs lascurit de lemploi. LAutriche setargue dun environnement socialdes plus sains.Lharmonie entre lessyndicats et le patronat tient unsystme de coopration et de ngo-ciation collective.La majeure par-tie de la population (69 %) estemploye dans le secteur tertiaire.Le pays manque en revanche cruel-lement de main-duvre qualifie,dans le BTP et lindustrie mtal-lurgique,avis aux amateurs ! La poli-tique environnementale de lAutri-che est parmi les plus ambitieusesdEurope. Le pays utilise dj plu-sieurs sources dnergie renouve-lables comme le vent, le soleil, lesbiomasses...Ici,le contrat de travailpeut tre crit ou oral, il nest sou-mis aucune forme prcise ! Unsalaire minimum autour de1 000 euros a t pour la premirefois mis en place lautomne der-

    REPERES

    s

    kvoo

    r - F

    otol

    ia.c

    om

    P14-16 Autriche 3p.qxd 13/03/08 22:10 Page 15

  • 16 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    caf-photocopieuse ! Ils sontrelativement bien structurs etdfinis.

    UN SAVANTMLANGE ENTRETHORIE ET PRATIQUEEn Autriche, le systme de forma-tion en alternance sapplique aussibien aux professions de lducationquaux filires des coles sup-rieures de formation profession-nelle. Les entreprises forment desapprentis un mtier et accueillentdes stagiaires.Des projets communsentre les coles et lindustrie per-mettent de mettre en pratique lesrsultats obtenus en recherche etdveloppement. Une vingtaine dehautes coles spcialises propo-sant 150 filires diffrentes et13 universits des Lnder entre-tiennent des contacts permanentsavec lindustrie.De plus,le systmeducatif autrichien met laccent surla spcialisation.Ainsi,lEcole sup-rieure dingnierie mcanique,parexemple, propose plus de dix sp-cialisations diffrentes. Les titresde sjour pour tudiants et lvesdonnent lautorisation leur titu-laire dexercer une activit pro-fessionnelle en tant quindpendantou salari pendant la dure des tu-des.La condition pralable est lob-tention dune attestation auprs delagence pour lemploi (voir surle web ). Laccs aux tudes uni-versitaires (dans lune des 21 uni-versits autrichiennes) est possiblepour toutes les personnes ayantobtenu leur baccalaurat. Lidalpour sinscrire est un change detype Erasmus, qui facilite les cho-ses (attention,les dossiers sont sou-vent rendre courant dcembre !).Comptez en moyenne 360 eurospar trimestre de frais de scola-rit.Dans certaines filires commemdecine,des quotas ont t mis enplace vu lafflux dtudiants alle-mands voisins.Vous devrez aussifournir une attestation de connais-sance de la langue allemande, ousubir un test (DaF ou SD) surplace.Plusieurs universits (Wien,

    Graz et Leoben) dispensent descours de langue pour tudiantstrangers. Chlo Siganos, com-dienne franaise de thtre Vienne,a appris lallemand ses dbutsdans une Folkschule,une cole pourimmigrs. On prend des cours pen-dant un an, pour obtenir un per-mis de travail, se souvient la jeunefemme.Je me suis retrouve avecdes Tchques, des Croates, des pein-tres en btiment, qui ne parlaientpas un mot dallemand, ctait trssympa ! Certaines coles et uni-versits franaises proposent ga-lement des aides financires poureffectuer des stages ltranger.

    UNE DOUCEUR DEVIVRE CHELLEHUMAINELAutriche est un pays verdoyant etproche de la nature. Vienne est la fois un petit village et unegrande ville,raconte Alexandre Tra-bys,restaurateur franais en Autri-che (voir encadr). On peut sortir lopra tous les soirs, ce nestpas cher compar Paris. Du cen-tre de Vienne, en 15 minutes, onest la campagne. Mme si lesloyers sont moins chers que dansdautres capitales europennes,lestarifs varient dun Land lautre.Les tudiants du programme Eras-mus peuvent bnficier de loge-ments universitaires (autour de

    150 180 euros la chambre).Lesjeunes peuvent opter pour la pen-sion,lchange dappartements,lesauberges de jeunesse (une centaineen Autriche) ou la colocation. Vienne est vraiment une ville inter-mdiaire entre lest et louest delEurope,tmoigne Marie Gouriano,photographe franaise Vienne.Onest aux portes de lEurope de lEstet, en mme temps, la ville est res-te trs lie lOccident, la Franceet lAllemagne. Ct culture, la ville balance entrela valse de Sissi et les musiques lec-troniques des clubs la mode(comme le Flex) et des cafs vien-nois design et branchs.Les Autri-chiens ont tendance tre plus cr-monieux que les Franais dans leurvie sociale et professionnelle. Ilsnemploient pas leur prnomlorsquils se prsentent, mais lesutilisent couramment aprs la pre-mire rencontre. Il est normal dese serrer la main pour se dire bon-jour et au revoir.On juge impoli den-trer au restaurant ou dans un maga-sin sans dire guten Tag ou,plus habituellement, Grss Gott .De mme, sortir sans dire aufwiedersehen peut tre jugcomme choquant.Enfin,on appr-cie la lgret sociale et laptitude sentretenir de la pluie et du beautemps !

    Emmanuel Langlois

    Destination autriche

    REPERES

    ...SUR LE WEB

    Emploi / Investir I Ambassade de France Vienne :www.ambafrance-at.orgI Agence de migrationautrichienne :www.migrant.atI Rpertoire daffaires pourlAutriche : www.trend.at ;www.compnet.atI Le magazine autrichiendes finances :www.industriemagazin.atI Austrian Business Agency :www.aba.gv.atI Portail officiel delconomie autrichiennedans le monde :www.advantageaustria.org I Bank AustriaCreditanstalt (principalebanque daffairesautrichienne) :www.ba-ca.comI Chambre de commercefranco-autrichienne :www.ccfa.at/frI Agence de promotion desinvestissements en Autriche :www.aba.gv.at/fr/pages/I Confdrationdemployeurs autrichiens :www.voei.atIMission conomiquefranaise :www.missioneco.org/autricheI Service public de lemploiautrichien : www.ams.or.atI Espace emploiinternational : www.emploi-international.orgI Volontariat internationalavec Ubifrance :www.civiweb.org

    Se logerI Sites Internet logement :www.immobazar.at ;www.immobilien.net ;www.immodirekt.at ;www.casaswap.comI Annonces journaux :www.kurier.at ; www.krone.at ;www.derstandard.at ;www.diepresse.at I Auberges de jeunesse :www.hostels.com

    E

    mm

    anue

    l Lan

    gloi

    s

    Stephanplatz , Vienne

    P14-16 Autriche 3p.qxd 13/03/08 22:10 Page 16

  • VIVRE A LTRANGER I N 108 17

    Premire puissance conomique du monde avec le PIB le plus lev, un

    taux de chmage de 5,1 % seulement pour 301 000 000 dhabitants, les

    Etats-Unis continuent dattirer les travailleurs et tudiants trangers,

    ainsi que les inconditionnels du rve amricain . Quest ce qui expli-

    que ce succs ? Peut-tre une culture qui prne des valeurs comme la

    libert daction et le positivisme : chacun peut tenter sa chance, quels

    que soient les diplmes acquis, condition davoir les comptences pro-

    fessionnelles recherches ou un bon projet de cration dentreprise.

    Mme si les conditions dentre se sont durcies ces dernires annes, il

    faut savoir quil existe des programmes spcifiques pour y sjourner

    temporairement... Enfin, vous pourrez toujours tenter votre chance la

    loterie pour gagner une green card...

    Vivre ltranger vous propose un dossier complet abordant notam-

    ment les villes amricaines incontournables.

    A

    l Tei

    ch -

    Foto

    lia.c

    om

    X

    avie

    r MAR

    CHAN

    T - F

    otol

    ia.c

    om

    T

    imeH

    acke

    r - F

    otol

    ia.c

    om

    W

    arin

    g D

    - Fot

    olia

    .com

    A

    lexa

    ndre

    Qui

    llet -

    Fot

    olia

    .com

    A

    lbo

    - .Fo

    tolia

    .com

    J

    ohn

    Tom

    asel

    li - F

    otol

    ia.c

    om

    Special

    ETATS-UNIS

    P17-18 intro.qxd 13/03/08 22:47 Page 17

  • 18 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    I La ncessit de possderun visaSi de nombreux ressortissants trangers sinstallent et travaillent illgalement sur le territoire amricain, il est plusque recommand de partir dans les rgles... Mme si vous chappez au contrle, pensez au fait que si vous quittez leterritoire, vous ne pourrez plus revenir dans le pays pendant plusieurs annes (jusqu dix ans).Il existe de nombreux visas pour partir aux Etats-Unis. La lgislation est complexe et change trs frquemment.Renseignez-vous bien avant de faire vos dmarches.

    PROGRAMMEDEXEMPTION DEVISASSeuls les touristes et ceux qui sou-haitent partir pour affaires, par-tant pour une dure infrieure 90 jours et possdant un passe-port lecture optique (lisible enmachine) dlivrs avant le 26 octo-bre 2005 ou un passeport don-nes biomtriques, sont dispen-ss de visa. Pour vrifier si votrepasseport rpond bien ces condi-tions, le site de lambassade desEtats-Unis en France a mis unephoto-type dun visa valide. Il nevous reste plus qu comparer !Tous ceux qui envisagent de res-ter plus de trois mois aux Etats-Unis en touriste ou pour affai-res, doivent demander un visa(respectivement B-2 et B-1).Cesvisas ne permettent pas de travail-ler sur le territoire amricain.

    LES VISAS TUDIANTSTrois visas sont requis pour les res-sortissants franais souhaitant tu-dier aux Etats-Unis : le visa F, Met J (le plus connu tant le J-1).

    Le F est destin aux tudiantsqui sont inscrits dans un tablis-sement gnral ;le M,dans un ta-blissement technique ou profession-nel et le J (voir pour cela notrerubrique dans les pages Etudier )dans un programme spcifique(change, recherche, sjour aupair...), pour un stage ou un jobdt. A lexception du visa J,ces visas ne permettent de travail-ler que la premire anne et surle campus uniquement, 20h/semaine maximum. Pour lesautres annes, il faut faire unedemande.

    LES VISAS DE TRAVAILLe plus connu et le plus dlivrpar les autorits amricaines estle visa H1-B, accord pour unedure de trois ans renouvelableune fois.Il est trs difficile obte-nir dans le sens o lemployeurdoit effectuer des dmarches lour-des (lemployeur doit notammentcertifier quil vous paiera dans lesmmes conditions que les autresemploys amricains) et coteu-ses (environ 3 000 dollars) et quece visa est soumis un quota de50 000/an. En outre, pour ten-ter dobtenir ce visa, il faut :soit possder un BachelorsDegree ou son quivalent (cor-respondant la licence en Franceau minimum),soit avoir une exp-rience professionnelle suffisam-ment importante pour compen-ser le manque de diplmes(sachant quune anne dtudesquivaut environ trois annesdexprience professionnelle).

    Les autres visas les plus courantssont les visas L (pour les cadrestransfrs entre socits affilies)et E (investisseurs).Pour certains visas, les couplesmaris (uniquement) peuvent bn-ficier dun visa daccompagnateur.Tous ces visas sont des permis detravail temporaires et ne permet-tent par exemple pas de changerdemployeur, moins de refaire lesdmarches en entier.Pour sinstal-ler dfinitivement aux Etats-Unis,il est ncessaire de possder lacarte verte,la fameuse green card.Celle-ci vous donne le statut dersident permanent.Deux moyensde la dcrocher : gagner la lot-tery (50 000 personnes sur plusde six millions de participants !),organise une fois par an,se faireparrainer par un membre de safamille (quand on est mari uncitoyen amricain notamment) oupar un employeur.

    Pascaline Roi

    PartirREPERES

    SUR LE WEB

    I Ambassade et consulatsdes Etats-Unis en France :www.amb-usa.frI Ambassade de France auxEtats-Unis (informations etadresses de tous lesconsulats) :www.ambafrance-us.org I US Citizenship andImmigration Services :www.uscis.govI France Service :www.franceservice.com

    L

    oic

    LUCI

    DE -

    Foto

    lia.c

    om

    Les Etats-Unis Superficie : 9 629 090 km2

    Population :

    301 000 000 dhabitants

    Capitale fdrale : Washington

    D.C. (District of Columbia)

    Nature de lEtat : Rpublique

    fdrale (50 Etats + District of

    Columbia, la ville de Washington)

    Principales villes : Washington

    D.C. (capitale du pays,

    572 059 habitants), New York

    (8 143 000 hab.), Los Angeles

    (4 018 080 hab.), Chicago

    (2 873 490 hab.), Houston

    (2 144 491 hab.), Philadelphie

    (1 450 000 hab.), Dallas

    (1 232 940 hab.), Boston

    (589 141 hab.), San Francisco

    (744 041 habitants),

    Atlanta (486 411 hab.), Miami

    (404 048 hab.)

    Rgime : Dmocratie

    prsidentielle.

    Langue officielle : pas de

    langue officielle ; langlais est la

    langue maternelle de 80% de la

    population (17% pour lespagnol

    et 1,7% pour le franais)

    Religions : Protestants (172

    millions) ; Catholiques (60

    millions) ; Juifs (6 millions) ;

    Musulmans (4 millions)

    PIB par habitant : 34 000 dollars

    Seuil de pauvret : 16 000 $ US

    pour une famille de trois

    personnes

    Monnaie : dollar (US)

    Croissance (2006) : 3.4%

    Taux de chmage (2006) : 4,6%

    Communaut franaise :

    290 000 personnes

    REPERES

    P17-18 intro.qxd 13/03/08 22:47 Page 18

  • VIVRE A LTRANGER I N 108 19

    VIVRE

    I Du melting-pot limmigration rguleFranchir lAtlantique pour dcouvrir les Etats-Unis est coup sr une exprience inoubliable. Terre dimmigrationdepuis des sicles, ce pays continue de fasciner et attire toujours plus de prtendants. Il nest pourtant plus aussisimple de sy installer. Lune des consquences du 11 Septembre...

    Lhistoire contemporaineamricaine sest forgeavec les immigrants,venuspar vagues successives dediffrents pays partir duXVIIIe sicle, date de lar-rive des premiers colonsanglais...Le bureau du recensementamricain valuait pourlanne 2005 98 millions(soit 33 % de la popula-tion) le nombre de person-nes appartenant uneminorit. Les Hispaniques(Mexicains pour la plupart,Cubains et Portoricains) consti-tuent la communaut la plusimportante (42,7 millions), sui-vie des Afro-Amricains (39,7 mil-lions), des Asiatiques (14,4 mil-lions), des Indiens (4,5 millions)et des habitants des les appar-tenant au pays (990 000).Aussi,vous naurez pas de mal vousfondre dans le dcor !Et pourtant, il est devenu difficilede venir sinstaller et durablementaux Etats-Unis : depuis 1990, legouvernement a fix un seuil de 675000 immigrants par an. Les visasde travail sont distribus au compte-goutte,favorisant une immigrationclandestine value en janvier 2006par le Dpartement de la scuritintrieure 11 millions de per-sonnes.

    LA NCESSITDAVOIR UN VISAA moins de travailler illgalement,ce qui nest vraiment pas recom-mand, vous devrez obligatoire-

    ment possder un visa pour tra-vailler aux Etats-Unis.Le mythedu travail facile dcrocher esttomb en dsutude... Il taitbeaucoup plus ais auparavant dedcrocher un visa et de venir sins-taller comme a...,sans parler unseul mot danglais. Le PatriotAct , la suite des vnementsdu 11 septembre 2001, a fini dedurcir la lgislation pour les immi-grs. Par exemple, les tudiants,mme en possession de leur visa,ne peuvent plus travailler endehors des jobs proposs sur lecampus de leur universit lapremire anne en tout cas , moins dobtenir une autorisation.En revanche, il existe des visasintressants et assez faciles dcrocher dans le cadre de pro-grammes spcifiques. Un visa detravail permet galement dobte-nir un Social Security number,un numro de Scurit sociale quipermet de vous identifier dansle pays et sans lequel vous ne pour-

    rez pas ouvrir un compte bancaireou bnficier de la protectionsociale minimum,qui reste insuf-fisante cependant.

    LA PATRIE DESAVOCATSAu pays des procs en tous gen-res, les avocats sont rois ! UnFranais travaillant dans unegrande socit de finances nousconfiait que rcemment la direc-tion avait eu peur de licencier unsalari qui avait des problmesdalcool au motif quil risquaitde leur intenter un procs !En tant quexpatri, que ce soitdans les dmarches relatives auxvisas dimmigration ou lors de lacration dune entreprise, toutse fait par lintermdiaire dunavocat :cest plus simple (car enpratique, les dmarches sontcompliques !),plus rapide maisgalement coteux.Par exemple,vous devrez dbour-ser entre 2 000 et 3 000 $ pour

    d

    esig

    nalld

    one

    - Fot

    olia

    .com

    REPERES

    SUR LE WEB

    Informations gnrales I Ambassade des Etats-Unis en France :www.amb-usa.frI Ambassade de Franceaux Etats-Unis (et adressesde tous les consulats) :www.ambafrance-us.orgIMaison des Franais deltranger : www.mfe.orgNumro de Scuritsociale- www.socialsecurity.govAssurances santfranaisesI CFE (Caisse des Franaisde ltranger) : www.cfe.frComplmentaires santI Previnter :www.previnterworldwilde.comI GMC Services :www.henner.comI AGF Sant : www.agf.fr Assurances sant localesI Blue Cross Blue Shield :www.bcbs.com

    P19-20 Vivre USA 2p.qxd 13/03/08 22:50 Page 19

  • 20 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    monter une entreprise ;idem pourle visa de travail.

    LA SANT ET LE LOGEMENT,DEUX PROBLMESMAJEURS Sant : les chiffres 2006 duBureau du recensement amricainindiquent que 84 % des citoyensamricains bnficient dune assu-rance sant,soit par le biais duneassurance prive (contracte 60 % par leur employeur et 9 % titre individuel),soit par le biaisde programmes gouvernementaux(comme Medicaid,qui permet souscertaines conditions aux person-nes faibles revenus dtre cou-vertes).16 % des citoyens amricains nebnficient donc daucune couver-ture sant.En outre,rapport auximmigrs qui vivent l-bas depuisau moins six ans, ce taux slve 42 % et grimpe 51 % pourles personnes installes depuismoins de six ans.En effet,aucuneloi noblige un employeur (ou unsalari) cotiser au titre de lasant.Gnralement,la plupart des gran-des entreprises contribue desbenefits incluant sant et plan deretraite pour vous couvrir, par lebiais de socits dassurances peuscrupuleuses. Le remboursementet les soins rembourss varientselon les entreprises.Si votre entre-prise ne cotise pas pour vous,il estfortement conseill de prendre uneassurance car une simple visitechez le mdecin gnraliste coteen moyenne 120 $ ;jusqu 500 $pour un spcialiste ! Deux solu-tions soffrent vous :prendre uneassurance franaise,du type CFE(Caisse des Franais de ltran-ger) laquelle il vous faudra ajou-ter une mutuelle complmentairecar vous serez couvert sur les basesde la Scurit sociale franaise,trs infrieure aux tarifs amri-cains ; ou prendre une assurancelocale. Selon les cas, vous aurezplus ou moins de libert pour choi-sir votre mdecin.

    serez tax comme un citoyenamricain.Pour payer vos impts,vous avezle choix entre la dclarationannuelle ou le prlvement lasource ( pay as you earn ) avecun rajustement annuel. Certai-nes donations et dpenses de santpeuvent tre dductibles.Gnralement, les Franais quivivent aux Etats-Unis sontgagnants en termes dimpts,compar la France, les taxesschelonnant entre 15 et 36%selon les revenus et la situationfamiliale.

    POUR MIEUX SINTGRER AU PAYSDE LONCLE SAM Il est important pour russir sonintgration et amliorer sonanglais, de ctoyer au maximumla population locale. Cependant,si vous avez un peu le mal du payset souhaitez bnficier de conseils,des rseaux de Franais existent.Au-del de laspect relationnel,ilsconstituent souvent une mine din-formations (logement, emploi...)qui permettent de gagner du tempset parfois, de mieux sintgrer.Deux principaux canaux existent :la FIAFE (Fdration internatio-nale des accueils franais et fran-cophones ltranger), une asso-ciation qui possde des pointsdaccueil dans les principales vil-les des Etats-Unis ; le rseau desAlliances franaises,qui proposentdes activits culturelles varies(films, expositions...) et qui pos-sdent gnralement une biblioth-que. Vous pourrez galementcontacter les French Tuesdays ,un rseau cr en 2003 par deuxFranais vivant aux Etats-Unis,Pierre Battu et Gilles Amsallem,dont le but est de faire se rencon-trer les membres de la commu-naut francophone et francophileautour de soires thmes orga-nises deux mardis par mois New York,Los Angeles,Miami etSan Francisco.

    Pascaline Roi

    VIVRE

    Logement : se loger aux Etats-Unis cote cher dune maniregnrale,surtout dans les grandesvilles, en particulier New York, San Francisco, Boston et Washington. Pourtant, depuis2006, les prix de limmobilieravaient chut.Ce qui aurait pu treune bonne nouvelle sest avr treune catastrophe car cette baissedes prix fut accompagne par unehausse des taux dintrts courtterme (passs de 1 % plus de5 % entre 2004 et 2007). Cer-tains Amricains peu solvables,quiavaient contract des crdits ris-que (subprimes) sur la base dunemajoration du taux dintrt, sesont retrouvs dans lincapacitde payer, entranant la faillite desbanques qui avaient offert ces cr-dits et qui, cause de la baissedes prix, nont pas pu raliser lesplus-values escomptes en reven-dant les biens immobiliers. Cettecrise,apparue lt 2007 sous lenom de crise des subprimes ,a entran une crise financire mon-diale, dont les consquences sontencore difficilement mesurables.Quoi quil en soit, les prix de lim-mobilier restent levs.Pour trou-ver vous loger,les deux solutionsles plus courantes sont les peti-tes annonces immobilires appe-les Classified dans la rubrique Real Estate des hebdomadai-res locaux et lappel une agence(Real Estate Agency), qui prendgnralement 15 % de commis-sion. Partager un appartementavec dautres locataires (room-mates) est le moyen le moins on-reux de se loger.

    UNE FISCALITSOUVENT AVANTAGEUSE La fiscalit aux Etats-Unis esttrs complexe et il nest pas rarede faire appel des experts poursy retrouver ! Si vous faites par-tie des rsidents fiscaux (ceux quidtiennent une carte verte ou quiont rsid aux Etats-Unis plus de183 jours durant la dernireanne civile par exemple), vous

    REPERES

    SUR LE WEB

    Logement(locations)- www.craigslist.org (choisir ladestination)- www.rent.com- www.forrent.com- www.apartmentguide.com(achats)- www.reator.com- www.freehomelistings.com(colocations)- www.easyroommate.com- www.metroroomates.comFiscalit I Internal Revenue Service :www.irs.govI H&R Block, organismespcialis : www.hrblock.comI Logiciel dimpt :www.turbotax.comI Fiche du ministre desFinances :www.finances.gouv.fr/performance/pdf/fiscalite_etats_unis.pdfIntgration I FIAFE (Fdrationinternationale des accueilsfranais et francophones ltranger) : www.fiafe.orgI Alliances franaises auxEtats-Unis :www.alliance-us.orgI French Tuesdays :www.frenchtuesdays.com

    P19-20 Vivre USA 2p.qxd 13/03/08 22:50 Page 20

  • VIVRE A LTRANGER I N 108 21

    TRAVAILLER

    I Un march du travaildynamique mais...Avec 5,1 % de chmage et lun des PIB les plus importants de la plante, lconomie amricaine fait preuve de dynamisme et offre de nombreuses opportunits. La crise immobilire et la faible valeur du dollar nont pour le moment pas vraiment affect le march du travail. Cependant, la politique dimmigration est telle quil estdevenu assez difficile dy venir travailler.

    LE PROBLME DE LA LANGUE ETDU VISA Selon Alexis de Bretteville,direc-teur gnral Amriques du cabi-net de recrutement Michael PageInternational, il est gnrale-ment assez facile de trouver unemploi aux USA si lon est prt travailler ! (...) Peu de sec-teurs sont affects par les remousactuels, sauf peut-tre dans cer-tains mtiers dans la banque, lim-mobilier rsidentiel et la grandedistribution. Cependant, pour unFranais, cest plus difficile,notamment en raison de la diffi-cult dobtenir un visa de tra-vail. Pass cet obstacle, la ma-trise de la langue, la mobilit etla facult daccepter parfois unemploi peu qualifi sont les cri-tres du succs . Lge dor oles trangers pouvaient dcrocherun visa de travail facilement estrvolu... Les vnements du 11Septembre sont galement pas-ss par l et le gouvernement estdevenu plus frileux.Or,comme pr-vient Alexis de Bretteville, dansnotre cabinet, nous ne pouvonsaider que ceux qui ont un visade travail valide pour les USA, pourtous les postes de niveau cadre .Cependant, il existe, comme nousle dveloppons dans la partie Etudier , dautres possibilitsdavoir une premire exprienceprofessionnelle.Certains program-mes sont ouverts des person-nes de plus de 30 ans et offrentla possibilit de faire un stage pen-

    dant 18 mois au maximum.Des emplois bien spcifiques peu-vent galement permettre dedcrocher le fameux ssame...

    DES EMPLOIS ETDES SECTEURSRSERVS Lune des bases du systme dedlivrance dun visa de travail estde ne pas remplacer un Amri-cain pour un emploi disponible.Ainsi, le fait de parler franaispour un professeur de franais ;dtre Chinois pour ouvrir un res-taurant asiatique, etc., sont desatouts.Les emplois en pnurie ouapportant une forte valeur ajou-te constituent dautres lmentsfondamentaux. Les mtiersmanuels (boulanger, ptissier,plombier...) ou hautement qua-lifis et trs spcialiss (ingnieur,chercheur, expert-comptable,consultant...) sont les deux typesdemplois dans lesquels vous avezle plus de chance dobtenir un visade travail.Comme lindique Alexis de Bret-teville, les secteurs de la financeet de la banque sont ceux danslesquels on rencontre le plus deFranais, notamment sur la cteEst. Sur la cte Ouest, le sec-teur de linformatique et du high-tech est galement trs porteuret beaucoup de Franais ont russi San Francisco et dans la Sili-con Valley. Dans les mtiers tra-ditionnels du luxe, de la gastro-nomie et de la restauration, lesFranais sont videmment trs

    apprcis et trs prsents. Lesrgions les plus dynamiques res-tent la cte Est (Boston, NewYork,New Jersey,Philadelphie),la cte Ouest (de San Francisco San Diego en passant par LosAngeles) mais aussi le Sud(Atlanta, Phoenix, Houston,Miami,Charlotte) o lon trouvedes rgions en fort dveloppement.

    DES AVANTAGES... Les salaires : Laurent Poulain,informaticien et administrateurdu site Web Bienvenue Bos-ton , et qui a vu dfiler pas malde Franais, lassure : ce quimotive le plus les Franais quiviennent travailler ici, ce sont lessalaires . En effet, comparati-vement la France, les salairesvont du simple au double,comme

    L

    ee M

    orris

    - FO

    TOLI

    A

    REPERES

    SUR LE WEB

    Sites gnralistes derecherche demploiamricains - www.careerbuilder.com- www.monster.com- www.craigslist.org- www.jobs.comOrganismes proposantdes programmes jobsdt et des stages pourles plus de 30 ansI Council On InternationalEducational Exchange(USA)/Parenthse (France) :www.parenthese-paris.com I Interexchange(USA)/Aquarius (France) :www.aquariusabroad.org

    P21-22 Travailler USA 2p.qxd 13/03/08 22:51 Page 21

  • 22 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    pour Franois, enseignant dansune cole franaise Philadel-phie, voire au triple dans certai-nes professions. Les professionsles mieux rmunres selon leBureau of Labor Statistics : lesprofessionnels de la sant (anes-thsistes, chirurgiens, pharma-ciens...), de la finance (compta-bles, traders...), les ingnieurset les chercheurs.Par ailleurs, il existe un salaireminimum national (5,15 $/heure),qui peut tre plus lev dans cer-tains Etats (Washington,Oregon,Connecticut, New York...). Dansquelques professions cependant,le systme nest pas bas sur lesalaire minimum. Par exemple,un serveur va plutt tre rmu-nr avec un fixe trs faible (2 $environ/heure),les tips (pourboi-res) constituant lessentiel de sesrevenus ;les coiffeurs peuvent trepays la chaise : ils tou-cheront une commission (50 %gnralement) sur chaque client. La chance tout le monde :les Amricains sont moins for-mels que nous dans leurs rela-tions,y compris professionnelles.Ainsi, les employeurs amricainsattachent plus dimportance lexprience, aux savoir-faire etaux qualits dun individu quson diplme ;un parcours en dentsde scie ne constitue pas une fai-blesse mais plutt un atout si voussavez rebondir... La libert daction : de nom-breux contrats de travail seconcluent oralement aux Etats-Unis. Lemployeur pourra vouslicencier sans dlai et vous pour-rez galement quitter votre emploiquand bon vous semble, condi-

    Pensez contacter les structuresfranaises,comme les Alliances fran-aises,les points accueils du rseauFIAFE ou certains rseaux commeles French Tuesdays (voir notrerubrique intgration dans larticle Vivre ). Contactez galementles entreprises franaises,sachantque le plus souvent, elles recru-tent en interne ou du personnellocal.Les autres moyens sont clas-siques : petites annonces dansles journaux ou sur le Web ;agen-ces dintrim,de placement,cabi-nets de recrutement, centres derecherche demploi publics (jobservices) ou privs (employmentagencies).

    LES CANDIDATURESGAGNANTES Les rgles du CV : anti-discri-mination oblige, le CV amricainproscrit les photos, lge, la datede naissance, la nationalit et lestatut civil. Gnralement, il sefait sur deux pages maximum,mais certains peuvent faire beau-coup plus ! Commencez par lob-jet de votre recherche (objective),puis dcrivez votre exprience(plus importante que les dipl-mes), toujours de manire anti-chronologique,en insistant sur lesrsultats ; pour votre formation,expliquez les quivalences ;enfin,nhsitez pas parler de vos exp-riences extra-professionnelles ;terminez par le fait que vous tesprt fournir des rfrences (refe-rences). Les rgles de la lettre de moti-vation (cover letter) : elle estimportante aux Etats-Unis. Elledoit expliquer vos motivations,vos points forts, mais de faonbrve et directe.Elle est toujoursdactylographie. Lentretien dembauche : sou-vent, le premier a lieu au tl-phone, avant dtre suivi dunentretien en face--face.L encore, soyez direct, conciset honnte, une qualit pourlaquelle les Amricains vousseront toujours reconnaissants.

    Pascaline Roi

    TRAVAILLER

    Alexis de Bretteville, directeur gnralAmriques du cabinet de recrutementMichael Page International : Il faut tre prt commencer au bas de lchelle et faire preuve

    dhumilit : oubliez vos diplmes franais ou europens, personne ou

    presque ne les connatra ici ! Il faut faire ses preuves : si vous tes

    malin ou entrepreneur, vous pourrez russir car aux USA tout est

    possible !

    tion davoir la carte verte (per-mis de travail et de rsidence per-manent aux Etats-Unis)...Lusageveut tout de mme quun pra-vis de 15 jours soit observ.

    ET DES INCONVNIENTS... Travailler dur : la semaine detravail est gnralement de40 heures,la pause djeuner tantle plus souvent courte et devantlordinateur. Cela dit, il nexistepas de dure lgale de temps detravail et la plupart du temps,vousne compterez pas vos heures detravail,en particulier New York !Plus du tiers des Amricains tra-vailleraient plus de cinquante heu-res par semaine.Ne comptez pas sur les vacan-ces pour compenser : l encore,aucune lgislation nexiste. Lesemployeurs accordent tout demme au moins 15 jours de vacan-ces par an,parfois beaucoup plusselon les contrats. La difficult de changer dem-ploi quand on a un visa de tra-vail temporaire :cest lexceptionqui confirme la rgle car lors-que lon possde un visa de travailtemporaire,il est difficile de chan-ger demployeur car il faut nou-veau trouver une entreprise quiveuille bien vous sponsoriser. Moins de scurit demploi :a contrario pour les immigrantspermanents, tant donn quunemployeur peut licencier trs faci-lement, le risque de perdre sonemploi est plus important.Cepen-dant, des assurances chmageexistent et les aides se sont ren-forces depuis 2002.

    LES MOYENS POURCHERCHER UN JOBAux Etats-Unis,80 % des offresdemploi ne sont pas diffuses(march cach). La plupart desemplois se trouvent par linterm-diaire dun rseau (networking)ou du bouche--oreille. Ce peuttre en vous inscrivant sur des sitesInternet spcialiss ou en faisantdes rencontres tout simplement.

    REPERES

    SUR LE WEB

    Recherche de jobs dt- www.coolworks.com- www.funjobs.com- www.summerjobs.comPrincipaux journauxamricainsIwww.externalharddrive.com/usa/usalinks/usa-newspapers.htmlAgences de recrutementI Adecco USA :www.usadecco.comIManpower :www.us.manpower.comI Drake : www.drake-usa.comIMickael Page (cadres) :www.mickaelpage.comI Spencer Stuart (cadres) :www.spencerstuart.comSites spcialiss I Informatique/engineering :www.computerjobs.com ;www.computerwork.comI Finance/comptabilit :www.acccountemps.com ;www.bankjobs.com ;www.careerbank.comI Enseignement :www.recruitingteachers.comI Restauration/croisires/parcs :www.internationalservices.frAutres - www.webexpat.com- www.webexpat.orgI Espace EmploiInternational :www.eei.com.frI Emplois et salaires :www.wages.com.au

    P21-22 Travailler USA 2p.qxd 13/03/08 22:51 Page 22

  • PUBS VAE108.indd 23 13/03/08 14:37:13

  • 24 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    ETUDIER

    I Number one !Selon les chiffres de lInstitute of International Education, en 2006/2007, plus de 580 000 jeunes, dont6 700 Franais, se sont rendus aux Etats-Unis pour tudier, ce qui fait de ce pays la premire destination au monde pour les tudes...

    LE SYSTMEDTUDES SUPRIEURESLe systme dtudes suprieuresamricain est complexe. En effet,il nexiste pas de ministre de lEdu-cation nationale ;les tablissementsfonctionnent de faon autonome auniveau financier, des programmes,des examens et mme des vacan-ces scolaires ! A la sortie de la highschool(qui correspond notre bac-calaurat),les tudiants ont le choixentre aller luniversit dsignetantt par college, tantt par uni-versity dans un institute(plus tech-nique,bas sur une grande discipline)ou encore dans un community col-lege(qui correspondrait notre BTS,un moyen intressant dintgrerensuite une universit). Gnrale-ment,les universits sont composesde colleges(plutt destins aux tu-diants de niveau undergraduate,

    un premier cycle de quatre ans aprsle bac, qui est sanctionn par unbachelor) et de schools,rpartis surles campus par spcialit : droit,mdecine,arts,business...Le secondcycle,graduate,est destin aux tu-diants de master (un ou deux ans),de doctorat (Ph.D) ou de post-doc-torat. Lune des originalits du sys-tme universitaire amricain estquil est trs souple.Il y a des coursobligatoires,mais le choix des optionsest particulirement important ettrs libre. Autre particularit : la diffrence de nos partiels,ponc-tuels dans lanne,les examens sontici beaucoup plus rguliers et la par-ticipation orale est trs importante.Difficile dans ces conditions de scherles cours ou de bachoter !

    DES CONDITIONS DEVIE PRIVILGIESPartir tudier aux Etats-Unis estune chance quand on regarde tout

    ce quoffre la vie sur un campus :des btiments magnifiques au milieude parcs immenses,des salles enti-res quipes dordinateurs derniercri, des salles de sport avec par-fois plusieurs piscines,des salles deconfrence, des salles de billards,des salles de tlvision, des biblio-thques trs riches, du matrielpdagogique sophistiqu (cranslectroniques,laboratoires de lan-gues...), des boutiques, bref, desconditions idales pour travailler etse dtendre...Gnralement,les tu-diants (surtout undergraduate)vivent sur le campus, une vrita-ble ville dans la ville. Souvent, lescampus possdent un lieu de vieo lon trouve une cafeteria et deschanes de restauration rapideconnues,des canaps,des tables oles tudiants travaillent, des asso-ciations...

    UNE QUALIT QUISE PAYE ! Plus que le visa, le principal obs-tacle pour aller tudier aux Etats-Unis est le cot des tudes (quece soit dans le priv ou dans unemoindre mesure dans le public).Comptez entre 11 000 $ et50 000 $ pour une anne univer-sitaire en incluant les frais dins-cription (application fees, entre25 et 100 $) et les frais de sco-larit (paiement de cours),varia-bles en fonction du type dtu-des,de la rputation de luniversitet de son emplacement,du niveaudtude et de la filire.Cependant, si vous obtenez unebourse ou si votre universit par-ticipe un programme dchange,le tarif peut considrablementdiminuer !

    S

    amSp

    iro -

    Foto

    lia.c

    om

    Universit Columbia, New-York

    I Comptez entre 11 000 $ et

    50 000 $ pour uneanne universitaire

    en incluant lesfrais dinscription

    et les frais descolarit.

    P24-28 ETUDIER 5p.qxd 13/03/08 22:53 Page 24

  • COMMENTRDUIRE LESFRAIS ? Participer un programmedchange : votre universit orga-nise peut-tre un programme

    Depuis 2005,le TOEFL iBT (Inter-net Based-Test) remplace le TOEFLCBT et son score maximum a trevu la baisse (120 au lieu de300).Certains tablissements,prin-cipalement les colleges au niveauundergraduate,vous demanderontgalement de passer le SAT (Scho-lastic Assesment Test), qui va-lue vos connaissances en anglaiset en mathmatiques,complt par-fois par le SAT II ou subject test(connaissances de base dans la sp-cialisation choisie). Les tudiantspostulant un master devront pas-ser,en plus du TOEFL,le GRE (Gra-duate Record Examination),ven-tuellement complt par un SubjectTest. Enfin, les tudiants en MBAsont soumis au test du GMAT (Gra-duate Management AdmissionTest). Ces tests peuvent tre pas-ss en France, Paris et dans quel-ques villes de province.

    Avoir un bon dossier de demandedadmission : parmi les picesimportantes fournir (toutes tra-duites en langue anglaise certifie)lors de linscription : les lettres derecommandation (dun professeurpar exemple), les diplmes et lesrelevs de notes.

    dchange avec une universit am-ricaine ou est affilie lun des deuxorganismes principaux, lISEP(International Student ExchangeProgram) et la MICEFA (Mis-sion internationale de coordinationet dchanges franco-amricain),qui mettent en lien les tablisse-ments franais et amricains.Dansce cas,chaque tudiant participantpaye son universit dorigine pourlautre tudiant participant. Ren-seignez-vous auprs du service inter-national de votre universit.

    Obtenir une bourse : ce nestpas chose aise mais il existe toutde mme plusieurs organismes qui vous pouvez vous adresser : leCROUS, le ministre des Affairestrangres, la Fulbright... Pensezgalement aux Conseils rgionauxet gnraux.

    DES CONDITIONSDENTRE DIFFICILES Russir les tests de langue etde slection : systmatiquement,quel que soit votre niveau,vous aurez passer le TOEFL (Test of EnglishForeign Language) pour entrerdans une universit amricaine.

    I La russite destests de langue etde slection et unbon dossier dedemandedadmission serontdes lmentsdterminants pour intgrer uneuniversitamricaine.

    Les meilleuresuniversits aumonde

    1. Harvard University (US)

    2. Cambridge University (UK)

    3. Oxford University (UK)

    = 4. Massachusetts Instituteof Technology (US)

    = 4. Yale University (US)

    6. Stanford University (US)

    7. California Institute ofTechnology

    8. University of California,Berkeley (US)

    9. Imperial College London(UK)

    10. Princeton University (US)

    (Source : Times HigherEducation Supplement, 2006)

    VIVRE A LTRANGER I N 108 25

    W

    endy

    Kav

    eney

    - FO

    TOLI

    A

    P24-28 ETUDIER 5p.qxd 13/03/08 22:53 Page 25

  • 26 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    ETUDIER

    Anne-Sophie Ract, avocate en France, est partie faire un Master of Laws (LL.M en droit) la prestigieuse University ofPennsylvania (UPenn) Law School. Tmoignage.

    Nous sommes 93 tudiants venant du monde entier. Lchange est extraordinaire. Je fais partie dungroupe de 15 tudiants et nous nous sentons comme une grande famille car nous sommes tous loin desntres. De plus, les professeurs sont beaucoup plus disponibles quen France, ce qui est trs agrable ici. Ilsinvitent tous leurs tudiants venir frapper leur bureau ou djeuner avec eux, si nous avons la moindrequestion. Les manuels sont galement trs diffrents dans la mesure o le raisonnement juridique amricaincommence par la jurisprudence puis par la rgle de droit, alors que nous faisons le contraire en France. Laparticularit de UPenn, qui est aussi un grand avantage, cest que les LL.M sont mlangs aux tudiantsamricains dans les cours et que nous sommes nots exactement comme si nous tions Amricains, lexception prs que nous avons une heure de plus pendant les examens.

    SUR LE WEB

    Informations gnralesI Commission franco-amricaine dchangeuniversitaires et culturels /Fulbright Commission :www.fulbright-france.orgI Dpartement dEtatamricain : www.state.gov(rubrique Youth and Education ) I Gouvernement amricainsur les tudes suprieures :www.educationusa.state.govProgrammes dchanges I ISEP : www.isep.orgI MICEFA : www.micefa.orgBourses - http://fastweb.monster.com/- http://edupass.org/finaid/I Ministre des Affairestrangres :www.diplomatie.gouv.frI Egide : www.egide.asso.frTests de slectionI TOEFL : www.toefl.orgI SAT : www.collegeboard.orgI GRE : www.gre.orgI GMAT : www.MBA.comEquivalencesI ENIC NARIC France :www.ciep.fr/enic-naricfr/Universits I US News (classement) :www.usnews.comI Columbia University, NewYork : www.columbia.eduI Georgetown University,Washington :www.georgetown.eduI University ofPennsylvania, Philadelphie :www.upenn.edu I MIT (MassachusettsInstitute of Technology),Boston : http://web.mit.eduI Harvard University,Boston : www.harvard.eduI Berkeley, University ofCalifornia, San Francisco :www.berkeley.eduI UCLA, University ofCalifornia, Los Angeles :www.ucla.edu

    REPERES

    Par ailleurs,sil nexiste pas de sys-tme dquivalence entre diplmesfranais et amricains, des cor-respondances sont effectues : unbachelier franais pourra entrer enpremire anne dun cycle under-graduate ; un tudiant ayant obtenuune matrise (plus rarement unelicence) pourra intgrer les gra-duate studies... Dans tous les cas,les notes obtenues dans lannedu dernier diplme doivent tre tou-tes suprieures 10 pour treaccept dans une universit am-ricaine.

    COMMENT CHOISIRSON UNIVERSIT ?Etant donn la diversit et la com-plexit du paysage universitaireamricain, il est difficile de don-ner des chiffres prcis, mais onestime le nombre dtablissementssuprieurs (publics et privs) environ 4 500 dans tout le pays(colleges, universits, coles sp-cialises).Pour vous aider,sachezque Le Times Higher EducationSupplementet la Shangai Jiao TongUniversity donnent un classementmondial des universits.LUS Newsdtermine les meilleures universi-ts par spcialit. Dans le classe-ment du Times Higher EducationSupplement 2006, sur les dix pre-mires universits mondiales, septsont amricaines (voir notre enca-dr). Dans ce classement, onretrouve le groupe de la Ivy Lea-gue, qui runit les huit universits

    les plus prestigieuses et les plusanciennes (Harvard, Columbia,Princeton, Brown, University ofPennsylvania, Cornell, Darmouthet Yale).Bien sr,vous naurez pasforcment la chance dentrer danslune de ces prestigieuses univer-sits, dont la slection est draco-nienne ! Il existe bien dautres uni-versits dont la qualit desprogrammes est tout fait hono-rable mais qui sont moins connues.

    Pour Christian Joly,responsable dela coopration universitaire lam-bassade de France Washington, il y a de bonnes universits par-tout : en Floride (University of Flo-rida, Florida International Univer-sity...), en Californie (UCLA,University of South California...),par exemple ; dans la rgion de Bos-ton galement, on trouve beaucoupde petits colleges (niveau under-graduate gnralement) qui sontde vrais petits bijoux (Wellesleypar exemple), avec de belles instal-lations. Une ide faire passerest quune universit plus modestepar sa taille ou sa rputation, et quiest en outre plus accessible, peutoffrir des services excellents et peutpermettre un tudiant de passerune anne formidable... . Il ne faut pas faire son choix surla rputation dun tablissementmais plutt par rapport la sp-cialit que lon veut tudier ,confir-ment Cline Ouziel et Lindsay Tur-lan, conseillres la Commission

    franco-amricaine dchanges uni-versitaires et culturels Paris, laFulbright Commission.

    LES DOMAINES LESPLUS DEMANDSDaprs Jon Herrmann, directeurde Campus Philly Philadelphie,80 % des tudiants viennent pr-parer un MBA ou faire des tudesdingnieur. Les MBA, la voie royale : voirlarticle sur les MBA. Les tudes dingnieur : daprsune tude ralise en 2007 par leCouncil of Graduate Schools, lenombre des inscriptions dtudiantstrangers a augment de 8 % dansles sciences de lingnieur, lunedes plus fortes augmentations.Lestablissements les plus rputs enla matire sont le MIT (Massachu-setts Institute of Technology) Bos-ton,Stanford et la University of Cali-fornia-Berkeley notamment. Le journalisme / les mdias / lacommunication : selon la Commis-sion franco-amricaine, le jour-nalisme /les mdias/la communi-cation dune manire gnrale,fontpartie des matires les plus deman-des par les tudiants Franais,principalement luniversit Colum-bia New York, rpute en lamatire.La University of Missouri,moins connue, offre galement unenseignement de qualit et est plusaccessible.En dehors de la qualit de lensei-gnement,la force des bonnes univer-

    P24-28 ETUDIER 5p.qxd 13/03/08 22:53 Page 26

  • VIVRE A LTRANGER I N 108 27

    sits amricaines rside dans lerseau danciens lves (principe quelon retrouve chez nous dans les gran-des coles) et dans les services dem-ploi post-tudes, appels couram-ment career education center.Cependant,daprs Cline Ouziel etLindsay Turlan, les demandes sontassez varies et vont du droit auxsciences sociales,en passant par lesdisciplines artistiques.

    COMMENT BOOSTERSON ANGLAIS ?Diffrentes formules existent pouramliorer son anglais, y comprispour ceux qui en ont besoin dansleur vie professionnelle. Les IEP (Intensive English Pro-grams) : en ce qui concerne lestudiants du suprieur,ce sont descours danglais proposs soit pardes community colleges(2 ans post-

    bac), soit par des universits. Lescours stalent gnralement de 18 30 heures,cinq jours par semaine(pendant quelques semaines, ltgnralement, une anne), etsadressent aussi bien aux dbu-tants qu ceux qui possdent unniveau intermdiaire ou avanc enanglais. Les cots varient entre800 $ et 1600 $.Il est ncessairedavoir un visa tudiant F car il sagit

    QUELQUES GRANDES UNIVERSITSAMRICAINES :

    Columbia University, New York : fonde en 1754, cest la cinquime

    universit la plus ancienne (appartient la Ivy League) et lune des

    meilleures du pays. Elle est notamment rpute pour son cole de

    mdecine, la premire du genre et pour son cole de journalisme,

    cre par Joseph Pulitzer en 1912.

    Georgetown University, Washington : fonde en 1788 par le Pre

    John Carroll, elle est la plus ancienne universit catholique de style

    roman des Etats-Unis. Elle offre de nombreuses possibilits de

    diplmes, notamment dans le domaine mdical (cole de mdecine,

    cole dinfirmires, dentaire...), les relations internationales, le droit

    et le business.

    University of Pennsylvania, Philadelphie : fonde en 1740 par

    Benjamin Franklin, elle fait partie de la Ivy League. Cest l que se

    trouve la Wharton School, lune des meilleures coles de

    management au monde.

    MIT (Massachussetts Institute of Technology), Boston : fond en

    1861 par William Barton Rogers, cet tablissement est considr

    comme lun des meilleurs dans les sciences et les technologies, mais

    offre galement dautres domaines denseignement (architecture,

    conomie, linguistique...).

    Harvard University, Boston : fonde en 1636, cette universit prive,

    situe Cambridge prs de Boston, est la plus ancienne des Etats-

    Unis. Elle fait partie du groupe de la Ivy League. Plus de quarante prix

    Nobel sont sortis de ses rangs. Tous domaines confondus, les

    classements la placent comme la meilleure universit au monde.

    Berkeley, University of California, San Francisco : Berkeley, situ

    dans la baie de San Francisco, est le plus ancien (1868) et lun des dix

    campus les plus rputs de luniversit de Californie (universit

    publique) et fait partie du top cinq des meilleures universits de la

    plante.

    UCLA, University of California, Los Angeles : fonde en 1919, elle

    fait partie, avec Berkeley, des campus les plus rputs de luniversit

    de Californie et des universits les plus prestigieuses.

    Avec 22 dpartements de recherche et plus de 5 000 projets

    scientifiques, elle est un des leaders de la recherche mondiale.

    c

    oleo

    ng -

    FOTO

    LIA

    Universit dHarvard, Boston

    P24-28 ETUDIER 5p.qxd 13/03/08 22:53 Page 27

  • 28 VIVRE A LTRANGER I AVRIL 2008

    de cours qui durent plus de 18 h/semaine. Les organismes de sjours lin-guistiques :cours intensifs,sjoursdans une famille daccueil,change,cours coupls avec des activitssportives ou culturelles, prpara-tion au TOEFL, de nombreusesoptions sont proposes par les orga-nismes de sjours linguistiques.Comptez entre 1 000 et 1 500 pour un sjour de quinze jours selonles formules.Pour plus dinfos, consultezwww.studyrama.com, rubriqueInternational.

    TRAVAILLER ENTANT TUDIANT Les programmes spcifiques :