des Fables de La Fontaine aux fables modernes

Download des Fables de La Fontaine aux fables modernes

Post on 05-Jan-2017

232 views

Category:

Documents

11 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1Squence 8 FR10

    Squence 8Les rcritures : des Fables de La Fontaine aux fables modernes

    Sommaire

    Introduction1. Lapport de La Fontaine la fable2. La fable au XXe sicle rcritures contemporaines3. Techniques de rcritureFiche pour la lecture cursive

    E Les rcritures, du XVIIe sicle jusqu nos jours.

    Objet dtude

    E tude dun groupement de textesE Lecture cursive : Exercices de style, de Raymond Queneau

    Activits

    Cned Acadmie en ligne

  • 3Squence 8 FR10

    IntroductionFables dhier et daujourdhui

    En France, le mot fable 1 est spon-tanment associ au nom de La Fontaine qui est pourtant lauteur dautres crits (Contes, thtre...). Nombreux sont galement les crivains qui, avant ou aprs La Fontaine, nous ont laiss des fables : dsope Boileau, de Victor Hugo Raymond Queneau, en passant par Anouilh, Michaux, etc. La fable

    genre pourtant considr comme mineur traverse toutes les poques. Nous pourrons dailleurs nous interroger sur les causes de cette remarquable permanence et exceptionnelle longvit.

    Si La Fontaine, figure centrale dans lhistoire littraire du genre, peut tre tudi pour lui-mme (chapitre 1), il convient galement de le situer et dexaminer les hritages et filiations dont tmoigne son uvre. Ces connaissances seront indispensables avant dtudier des fables contem-poraines (chapitre 2).

    La fable nest pas un genre fixe, rigoureusement codifi comme peuvent ltre certaines formes potiques (le sonnet, le rondel, la ballade). Cest davantage en termes de contenus ou dobjectifs instruire en amusant, proposer une morale , mettre en scne des animaux, etc. quil convient de laborder.

    Les groupements de textes proposs en lecture cursive vous permettront de dgager les spcificits dun genre, ses caractristiques et ses fonc-tions travers les rcritures de lAntiquit nos jours.

    Quelques dfinitions: les fables

    tymologiquement, ce mot vient du latin fabula : propos , rcit .

    Il est probable que vous retiendriez la prsence danimaux, mtaphores des humains ; et aussi la prsence dune morale, la maxime que le rcit a illustre.

    1. Recherchez quelques dfinitions du mot fable dans les dictionnaires de langue franaise (exemple : Petit

    Larousse, Robert 1).

    A

    La fable:

    les rcritures : connaissance des diffrentes formes de reprises littraires : imitation, transposi-tion, parodie, pastiche ;

    largumentation : les procds de la persuasion ;

    lintertextualit : lcriture comme travail, linterpr-tation littraire comme mesure de la singularit dun texte en prise avec un contexte historique dtermin et un ensemble duvres littraires dj crites.

    Problmatique : Peut-on parler doriginalit en littrature ?

    Objectifs

    Cned Acadmie en ligne

  • 4 Squence 8 FR10

    Vous nauriez pas tort

    Et pourtant, il existe des fables qui ne mettent en scne que des humains ou des humains et des animaux De plus il ne sy trouve pas toujours de morale explicite (voyez, pour faire rapide, La Cigale et la Fourmi ), ce que La Fontaine commente mme une fois avec humour :

    Une Fable avait cours parmi lAntiquit,Et la raison ne men est pas connue.Que le Lecteur en tire une moralit.Voici la Fable toute nue.

    Des travaux de spcialistes ont fouill la dfinition de lapologue que je vous ai donne pour commencer, et dfinissent la fable par une triple proprit.

    1 Cest un rcit allgorique : les personnages humains/animaux ne sont pas exclusivement reprsentatifs deux-mmes mais se rfrent des types dhumains. Cest dailleurs pourquoi il est admis que lon place une majuscule au dbut des noms communs danimaux.

    Je me sers danimaux pour instruire les hommes. 2

    2 Il use de la fiction, du rcit dune anecdote plus ou moins dvelopp. Cet aspect nous offrira prise pour des analyses textuelles que vous avez pratiques sur dautres genres.

    3 Enfin il possde une vise didactique, il apporte une leon, quelle soit explicite ou non. Cette morale peut alors tre place avant le rcit (on parle savamment de promythium) ou aprs (et on lappelle pi-mythium).

    Dans sa Prface (que nous vous conseillons vivement de lire3) La Fontaine crit :

    Lapologue est compos de deux parties, dont on peut appeler lune le corps, lautre lme. Le corps est la fable ; lme, la moralit .

    Dautres dfinitions vous seront utiles comme :

    Cest un court rcit qui vise difier, qui propose une leon morale.

    Vous lavez compris, les fables relvent de ce genre.

    (du grec allgoren : parler autrement). Lallgorie est une image qui se dveloppe dans un contexte narratif de porte symbolique, selon un champ lexical concret entirement cohrent et qui renvoie, terme terme, de manire le plus souvent mtaphorique, un univers rfrentiel dune autre nature, abstraite, philosophique, morale, etc.

    2. Lettre ddicatoire : Monseigneur le Dauphin .

    3. Cette prface se trouve dans toute dition intgrale des Fables de La Fontaine ou en libre accs sur internet.

    Lapologue:

    Lallgorie:

    Cned Acadmie en ligne

  • 5Squence 8 FR10

    Le texte de La Fontaine LAmour et la Folie (XII, 14) est un rcit allgorique, la folie et lamour tant tous deux personnifis sous les traits dun aveugle et dune femme.

    (du grec parabol : comparaison). La parabole est un rcit allgorique des livres saints sous lequel se cache un enseignement moral ou reli-gieux. Frquentes dans les vangiles, certaines paraboles comme celles du Bon grain et de livraie , des Vierges sages et des vierges folles , du Fils prodigue , du Bon Samaritain sont passes dans la mmoire collective. En voici un exemple :

    La Parabole du figuier qui ne donne pas de fruits

    Puis Jsus leur dit cette parabole : Un homme avait un figuier plant dans sa vigne. Il vint y chercher des figues, mais nen trouva pas. Il dit alors au vigneron : Regarde : depuis trois ans, je viens chercher des figues sur ce figuier et je nen trouve pas. Coupe-le ! Pourquoi occupe-t-il du terrain inutilement ? Mais le vigneron lui rpondit : Matre, laisse-le cette anne encore ; je vais creuser la terre tout autour et jy mettrai du fumier. Ainsi, il donnera peut-tre des figues lanne pro-chaine, sinon tu le feras couper.

    La Parabole du figuier qui ne donne pas de fruits , tir de Nouveau Testament, Les Quatre vangiles, Luc XIII, versets 6-9.

    Les rcritures

    Tout travail sur le genre de la fable est loccasion de mesurer la part dh-ritage et de recyclage luvre dans la cration littraire laquelle, en ralit, passe toujours par ltape dune recration.

    partir de formes canoniques, les textes-modles appels aussi hypo-textes , on assiste en effet, un phnomne de dclinaison n de ladap-tation de ces architectures premires un contexte nonciatif modifi par le changement de priode historique. Les hypertextes ainsi obtenus ne peuvent tre compris quen valuant le phnomne de rcriture dont ils procdent.

    Jeu(x) et enjeu(x)

    Cest donc pour vous loccasion de percevoir la part du jeu dans lcri-ture littraire. Les auteurs sappuient sur leurs propres lectures avec lesquelles, de faon avoue ou non-avoue, ils conversent ou se posi-tionnent. Comme lhumour, la littrature est dote dun second degr quil faut apprendre dcrypter si lon veut pouvoir en apprcier toute la saveur Plus prosaquement, vous allez aussi vous rendre compte que

    La parabole:

    B

    Cned Acadmie en ligne

  • 6 Squence 8 FR10

    la littrature nest pas une desse intouchable mais bien plutt une incorrigible bricoleuse qui fait du neuf avec de lancien. Cette rflexion sur les rcritures de la fable vous donnera ainsi loccasion de mieux comprendre la fabrique de lcriture : lcrivain dtermine en effet ses choix dcriture par rapport aux textes dj existants ; il jongle inlassable-ment avec les genres, les registres, les thmes, les lexiques, les vises, et creuse ainsi un cart la norme qui constitue, en fait, sa propre originalit dauteur. Lcriture, avant dtre la marque dun quelconque gnie, est dabord un authentique artisanat que chacun, en fonction de son talent, pratique ou dpasse...

    Dautre part, vous allez pouvoir vous-mme appliquer ces outils de la cration littraire que ltude des textes va mettre en vidence : vous les joies de la production de texte obtenu partir de la transformation concerte dun modle ! Vous serez ainsi mme de mesurer et de caractriser la virtuosit dont font preuve les crivains, y compris dans lart de la rcriture textuelle tout en prouvant -esprons-le ! - un peu de leur plaisir dcrire

    Cned Acadmie en ligne

  • 7Squence 8 FR10

    1 Lapport de La Fontaine la fableComme vous lavez compris dans lintroduction, la fable trouve ses loin-taines origines la fois dans les contes orientaux et dans lAntiquit grco-romaine, et cest cela dont hrite La Fontaine.

    Place de La Fontaine

    La Fontaine a environ quarante ans et il a dj publi, notamment, une partie de ses Contes, lorsquil se dcouvre une vocation de fabuliste. Lcriture des douze livres des Fables couvre plus de trente ans : de 1660 1694. Cette dure mme tmoigne de limportance et de la permanence du projet.

    On rduirait tort cependant luvre du pote cette seule entreprise. Paralllement aux Fables, La Fontaine crit aussi des Contes (1664, 1671), un livret dopra (1674), des ptres et dautres textes : des traductions et des adaptations de textes anciens (sope, Phdre), religieux... Il sinspire galement des textes orientaux de Pilpay (ou Bidpa).

    Les livres X, XI et XII prsentent sans doute le rsultat le plus accompli de cet art de la fable, de ses techniques et de ses limites aussi Le genre est dailleurs subverti, dtourn et lon est parfois plus proche du conte que de la fable. Les personnages humains et les figures mytho-logiques semblent prendre le pas sur le bestiaire4 traditionnel, signe sans doute dune volution du genre.

    Hritages et filiations

    La Fontaine a eu incontestablement de nombreux hritiers, avous ou dis-crtement im plicites, quil sagisse dauteurs de fables : Florian, Anouilh ou de potes ayant indirectement recours la tradition du genre : Aym, Queneau, Michaux et bien dautres. Nombreux sont les crivains qui ont salu le gnie de La Fontaine (nombreux sont ceux galement qui lont critiqu), parmi ses fervents admirateurs on peut citer, entre autres, Tristan Corbire, Victor Hugo, Valry Larbaud

    4. Recueil de fables, de moralits sur les btes.

    A

    Cned Acadmie en ligne

  • 8 Squence 8 FR10

    Succs et universalit de lapologue

    Ce genre na pas t invent tel quel au XVIIe sicle par le fabuliste fran-ais ; bien au contraire, ses racines remontent jusqu lAntiquit, grecque puis romaine. Et mme, bien au-del, historiquement et gographique-ment : un des recueils majeurs a t celui de lHistoire et Sagesse dAhikar lAssyrien, qui remonte au VIIe sicle avant Jsus-Christ, crit en aramen, lancienne langue de la Syrie.

    En comprenant que quelques unes de ces racines remontent jusqu lOrient ancien, en mme temps, vous mesurerez la varit de ces sources qui dcoule dun phnomne simple concevoir. Ces petits rcits, des-tins un enseignement moral, ont circul trs facilement travers le monde. Bass souvent sur une anecdote qui possde un charme narratif immdiat, les apologues ont marqu les esprits dautant plus quils par-viennent allier le plaisir lutile. Au XVIe sicle, le grand philosophe europen rasme crivait par exemple :

    Quoi de plus plaisant couter pour un enfant que les apologues dsope qui, par le rire et la fantaisie, nen transmettent pas moins des prceptes philosophiques srieux ? 5

    La Fontaine reprend largument au dbut de la premire fable du Livre sixime, Le Ptre et le Lion et le Lion et le Chasseur , en explicitant les deux contraintes :

    Une morale nue apporte de lennui ; Le conte fait passer le prcepte avec lui. En ces sortes de feinte il faut instruire et plaire, Et conter pour conter me semble peu daffaire.

    Il faut donc instruire, par le prcepte et la morale, et aussi plaire, par le conte et la feinte (limaginaire qui a du sens).

    Partout o des hommes ont consign une tradition orale, on trouve une trace crite de la pratique dapologues. Il sest partout fait jour la ncessit dinstruire les plus jeunes de faon vivante et riche de sens.

    Petit panorama historique : les sources des Fables de La Fontaine

    ll peut tre utile de vous donner quelques lments pralables la lecture des fables reproduites dans les pages qui vont suivre.

    On peut dgager deux grandes sources qui ont aliment La Fontaine dans lcriture de ses fables : les textes de la tradition occidentale, et ceux de la tradition orientale.

    5. De lducation des enfants (1529), cit dans Idaux pdagogiques europens, dition Larousse, 1970.

    B

    C

    Cned Acadmie en ligne

  • 9Squence 8 FR10

    Je veux ds maintenant tre clair sur le fait suivant : toutes ces sources taient indiscutablement connues de la Fontaine, il ne sagit pas de sup-positions. Il rend dailleurs un hommage trs appuy sope, vous le savez par La Vie dsope le Phrygien plac en tte du premier Livre des Fables, et par plusieurs rfrences parsemes dans les fables elles-mmes. sope est un auteur grec dont on ne sait pas grand chose dassur, si ce nest quil vcut au dbut du VIe sicle avant Jsus-Christ. Il est probable que les recueils qui lui furent attribus sont des collations de diverses origines, dont les textes orientaux provenant de laramen dont jai donn prcdemment lexemple le plus fameux. En tout cas, le recueil des fables dsope est trs tardif, seulement du IVe sicle avant Jsus-Christ.

    Phdre, un pote latin du dbut de notre re, a repris cette tradition, en lui adjoignant aussi quelques fables de son invention, dans un style tout aussi laconique et bref.6

    Vous tudierez leur influence sur La Fontaine dans la partie D de ce chapitre avec comme exemple le cas de la fable Le Renard et le Bouc .

    Cette tradition occidentale, mais qui a, nous lavons vu, des liens trs forts avec des racines orientales, faisait partie du bagage scolaire dun homme lettr du XVIIe sicle. Plus prs de lui, La Fontaine avait aussi des exemples mdivaux, comme le magnifique Roman de Renart qui parodie les romans de chevalerie trs en vogue autour du XIIe sicle en Europe, tels ceux racontant les aventures des chevaliers de la Table ronde et dArthur. Cette rfrence loigne toutefois les exploits de Renart des vritables apologues, les impliquant dans des dveloppements longs et autonomes vis--vis dune morale immdiate.

    Il me faut encore vous signaler ces recueils de rcits mdivaux, inspi-rs plus ou moins des fables antiques, dans un souci dadaptation au temps, que lon a dailleurs appel les Ysopets, pour rappeler leur filiation avec le fabuliste grec sope. Les Fables de Marie de France, une de nos premires femmes crivains, mritent en particulier leur rputation. la mme poque, les fabliaux, clairement rattachables notre sujet par leur nom, sont plus volontiers tourns vers le comique et la satire, se consacrant surtout aux hommes et sans vrai souci de leon de morale.

    Au XVIe sicle, les apologues sont encore retravaills par les crivains, et Rabelais notamment, si apprci de La Fontaine pour sa verve comique, recourt parfois lunivers des fables.

    La Fontaine a eu la chance davoir aussi accs dautres sources, des sources directement orientales.

    La principale, dont nous allons reparler, provient dun modle indien, le Pancatantr...