les bagnes : histoire, types, mœurs, mystères

Click here to load reader

Post on 28-Mar-2016

277 views

Category:

Documents

11 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Auteur : Maurice Alhoy / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane. Bibliothèque Alexandre Franconie, Conseil Général de la Guyane.

TRANSCRIPT

  • mAHIOC.org Bibliothque Alexandre Franconi e Conseil gnral de la Guyane

  • mAHIOCorg Bibliothque Alexandre Franconie Conseil gnral de la Guyane

  • mAHIOC.org Bibliothque Alexandre Franconi e Conseil gnral de la Guyane

  • LES BAGNE S

    (TiAniOC.org Bibliothque Alexandr e Franconi e Conseil gnral de la Guyane

  • SAINT V iNCEN T D E P A U L AU X G A L E R E S D E M A R S E I L L E .

  • LES BAGNE S HISTOIRE,TYPES,MURES,MYSRES

    PAR M A U R I C E A L H 0 Y

    DITION I L L U S T R E

    P A R I S

    G U S T A V E H A V A R D , 24 R U E D ES M ATHURINS-ST.-JACQUES

    DUTERTRE 2 0 , P A S S A G E BOURG-L'ABB ;

    M I C H E L LVY F R R E S , I , R U E V I V I E N N E .

    1 845

    D E P A R T E M E N T D E L A Q U Y A N E

    B I B L I O T H E Q U E

    A. F R A N C O N I E

  • il y a pe u d 'anne s e n c o r e , au x poque s de s compte s

    rendus d e l a justic e e n F r a n c e , i l y avai t unanimit su r l'ta t

    des lieu x d e rclusion . Le s amlioration s promettaien t l a

    socit de s garantie s prochaine s d e scurit , e t e n mm e

    temps qu e l e systm e d e rpressio n s e perfect ionnai t , l a mo-

    ralisation s e ressentait , disait-on, de s soin s assidu s qu'o n don -

    nait so n dveloppement . Tou t coup , un e ractio n s 'opre ,

    le langag e c h a n g e , no s institution s pnale s son t dnonce s

    c o m m e le s plu s incomplte s et le s plu s dangereuses, le s bagne s

    sent considr s comm e une uvr e d e charit fond e e n f aveur

    des vo leur s et de s assassins , e t auss i contrair e l 'amlioratio n

    inorale de s condamn s qu e funest e au x intrt s d e l a socit .

    Les maison s centrale s ne son t plu s qu e de s lieu x d e r a s sem -

    blement o le s dtenu s s'inoculen t respect ivemen t leur s

    mauvaises pense s e t conviennen t mutuel lemen t entr e eu x d e

  • 11

    signes d e reconnaissanc e qu i le s feron t s'entr'aider , u n jour ,

    pour d e nouveau x mfaits .

    Tout es t dtruire , tou t es t rdifier ; i l n' y a de sali n

    pour l a socit qu e dan s l e renversemen t d e tou t l e rgim e

    punitif.

    Quand c e mouvement dan s le s ide s s'es t manifest , j'a i e u

    Ja pense d e combattr e les parole s pa r des faits . Avan t d e me

    proccuper du nouvea u rgime , j'a i voul u m e rendr e compt e

    des vice s d e l'ancie n systme , j'a i e u cu r d e fouille r ce s

    lieux d e misre s qu e d'autre s pinceau x avaien t reproduit s

    sous de s couleur s uniformes , comm e s i toute s le s copie s

    eussent t prise s su r l e mm e calque , e t j e n e tarda i pas

    conclure qu'o n avai t souven t fai t u n tablea u d'imagination ,

    qu'on allai t condamner une institutio n san s la juger . e t qu'ell e

    pouvait e n appele r de s homme s qu i l'ignorent , ceux qu i l'on t

    tudie. J'a i voul u dir e c e qu e c'es t qu'u n bagne , e t j e n 'ai

    recul devan t aucune difficult , devan t aucu n dgot .

    Quand me s tude s furen t faites , j e n'tai s qu' moiti d e l a

    tche qu e j e m'tai s impose . Plusieur s administrateur s dis -

    tingus, crivain s d e mrite ; avaien t diverse s poque s for -

    mul un e opinio n favorabl e l'application d e l a peine de s tra-

    vaux forcs , mai s leur s ouvrage s remarquable s avaient pein e

    attir l'attentio n d e quelque s homme s spciaux . L e rsultat d e

    mes observation s pouvai t avoi r l e parei l sort , l e fon d tai t l e

    mme, j e chercha i l e salu t d u livr e dan s l a forme . I l est de s

    lieux o i l fau t amene r l e visiteu r pa r ruse e t e n l e berant ,

    pour ainsi dire , l e lon g de l a roul e pa r des recil s tranges . J'ai

    lait ains i pou r conduire l e lecteu r au milie u de s chiourines :

    I ai di t quelquefoi s le s nom s e t le s action s des grands coupa-

    bles; mai s sou s l'anecdot e s'es t plac e toujour s une pense s -

    rieuse. C e n'tai t pa s encor e assez , u n jeune diteur , M. Gus-

    tave Havard , m'es t ven u e n aide ; i l a voul u pare r c e livre , l e

    mettre la mode, l'illustrer; pour me servi r de l'expression con -

    sacre. Hard i et Confian t dan s le s diver s lment s runis , i l a

    jou gro s jeu , i l a gagn l a partie , e t j'a i e u m'applaudi r

    d'avoir donn de s image s pou r passe-por t mes ides .

  • II I

    L'aspect sou s leque l j'a i reprodui t l a questio n m' a impos

    un scrupul e qu e j'aurai s san s dout e surmont s i me s

    observations eussen t t prsente s sou s un e formul e plu s

    acadmique. Encourag lor s d e l a publicatio n d u Bagne de

    Rochefort pa r l a bienveillanc e d'u n homm e d'Eta t qui , dan s

    la retraite , a bie n voul u garde r l a mmoir e d e quelques-un s

    de me s travaux , j'aurai s obi u n besoi n d u cu r e n faisan t

    un respectueu x hommag e d e c e livre .

    A

    MONSIEUR L E BARO N HYD E D E NEUVILLE ,

    ANCIEN MINISTR E D R L A MARIN E E T DE S COLONIES .

    Le souvenir d e so n administratio n rappell e tou t c e qu i a t

    tent d'intelligent , d'efficac e e t d'humai n dan s le s bagnes .

    Son ministr e fu t un e poqu e o l a ferm e volont d u hau t

    fonctionnaire comprim a cett e rvolt e bureaucratiqu e existant

    depuis l'Empire , qui tendai t touffer, comm e ell e l e fai t en -

    core aujourd'hui , l'institutio n sou s so n mauvai s vouloir .

    Le classemen t de s condamn s pa r catgorie s morale s s e

    nomme encore , dan s les bagnes , classemen t Hyde d e Neuville;

    cette dnomination es t u n monumen t oral .

    Quand o n aur a touff sou s l'insoucianc e administrativ e

    cette pens e qu i a t e t pourrai t tr e s i fconde , so n no m

    rappellera encore un des hommes qu i ont pouss l e plu s avan t

    l'tude intelligent e de s lieu x d e rclusion .

    Le rsulta t des travau x de M . Hyd e d e Neuvill e e t tourn

    au profi t d e l a socit , tou t e n laissan t l'humanit l a par t

    dont ell e doit joui r comm e d'u n sain t privilge .

    En renonant , pou r le s motif s qu e j'ai dits , l'honneur d e

  • I V

    placer l e no m d e M . le baron Hyde de Neuville en tte d e cette

    uvre imparfaite , je m e rserv e un e consolation , cell e d e s i

    gnaler, comm e historien , le s acte s d e l'homm e d'ta t qu i a

    compris c e que l'institution de s bagnes bie n entendu e pourrai t

    avoir d e socialemen t util e dan s so n dveloppement , qu'i l a

    second d e tout e s a puissance .

    MAURICE A L H 0 Y .

  • LES BAGNES.

    I

    LES ANCIENNES GALRES.

    Les viei l les l g i s la t ions ava ient p lac les i n t r t s soc iaux sous lu

    p r o t e c t i o n d ' u n e pnal i t s a n g l a n t e . Le luxe des s u p p l i c e s ta la

    p e n d a n t p l u s i e u r s s i c l e s , en F r a n c e , sa l u g u b r e m i s e en s c n e de

    fanta i s ie , sans a r r i v e r au seul b u t q u ' o n se propost a l o r s , l'intimi-

    dation, c h i m r e q u e la r a i s o n h u m a i n e , engage d a n s les langes

    de la rout ine, p o u r s u i t e n c o r e p a r d 'aut res m o y e n s , et dont elle

    n ' o b t i e n d r a jamais la conqute, quo i q u ' e l l e lasse .

    Aux poques o la loi p r o c d a i t p a r la cruaut, el le fut b i e n i n -

    t e l l i g e n t e , b ien i n s p i r e d a n s l ' adopt ion de ses m o y e n s . Les a r t s , la

    s c i e n c e , lui sont v e n u s en aide c o m m e aux i l i a i res et c o m m e c o m -

    p l i c e s . P o u r e l l e , la m c a n i q u e i n v e n t a des i n s t r u m e n t s i n g n i e u x ,

    propres b r i s e r os os la c h a r p e n t e h u m a i n e . La m d e c i n e m o n -

    tra du d o i g t , au just ic ier , les agents les p lus secre ts et les plus

    puissants de la d o u l e u r p h y s i q u e . La chimie rvla le degr a u q u e l

    le m t a l devai t se verser b o u i l l a n t d a n s les ar tres de l ' h o m m e

    c o m m e d a n s un c r e u s e t .

    L ' i m a g i n a t i o n a l la loin ; n o u s ne la s u i v r o n s pas dans ses lugu-

    bres enfantements : le bcher , l ' e s t r a p a d e , la r o u e , la g r a n d e et la

    petite t o r t u r e , avec son c o d e l a s t i q u e , l ' c a r t l e m e n t , les fillettes

  • 2 LES BAGNES.

    du roi, disent assez ce que noire pays a dpos pour sa part dans le plateau de la justice executive.

    Au quinzime s icle , une raction se manifesta dans les habi-

    tudes pnales, car on ne peut autrement qualifier cet assemblage

    monstrueux de rglements qui servait alors te caprice fiscal et

    l'arbitraire de la fodalit. Peut-tre un homme, dont le nom est

    pass inaperu connue tant d'autres noms glorieux que l'insouciance

    ou l'ingratitude a oublis, peut-tre un homme, aujourd'hui i n -

    connu, devanant la noble tche que Howard accomplit trois sicles

    aprs, leva-t-il la voix en faveur d 'une classe nombreuse voue

    la longue agonie des cachots, l'immobilit dgradante et inutile

    que la chane impose, et ralisant la lois une amlioration pour le

    coupable et un profit pour la socit, obtint-il que le prisonnier

    et du travail et de l'air.

    Que ce secours soit venu a l'humanit de celle faon ou d une

    autre, toujours esi-il que vers l'poque o la vierge de Vaucouleurs

    prtait Charles VII l'appui presque surhumain de son bras, il ap-

    paraissait sur les