p. 2 aromathérapie p. 6 un peu d’ .des huiles essentielles et leurs activités biologiques. »

Download P. 2 Aromathérapie P. 6 un peu d’ .des huiles essentielles et leurs activités biologiques. »

Post on 13-Sep-2018

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • OCTOBRE 2006

    L'aromathrapie scientifique est une science quiutilise les mthodes et les techniques scientifiquesdu laboratoire pour mettre en vidence la relationentre la structure chimique des molcules activesdes huiles essentielles et leurs activitsbiologiques.

    Cest Avicenne, mdecin et philosophe (980-1037), quiproduit la premire huile essentielle pure, une huileessentielle de roses. Pour cela, ilmet au point un alambic.La distillation par lavapeur deauautorisait lextractiondhuiles essentiellespures de trsnombreuses plantes.Avicenne crit denombreux ouvragesmdicaux dans lesquelsil fait une large placeaux huiles essentielles.

    Face au problme soulev depuis plusieurs annespar la rsistance des bactries, la seule alternativefiable lusage des antibiotiques semble tre celledes huiles essentielles. Connue de faon empiriquedepuis des sicles, leur efficacit anti-infectieuse at scientifiquement dmontre in vitro et in vivo.

    Entretien avec le

    Dr AbdesselamZhiri

    dit par la Fondation pour le libre choix www.nutranews.org

    P. 6Aromathrapieun peu dhistoire

    Les huiles essentielles,un pouvoirantimicrobien avr

    Docteur en biotechnologie vgtale

    Chercheur et enseignant enaromathrapie scientifique

    P. 2

    P. 8

  • SOMMAIREEntretien avec leDr Abdesselam Zhiri 2

    Aromathrapieun peu dhistoire 6

    Les huiles essentielles,un pouvoir antimicrobien avr 8

    Nouvelles de la recherche 16

    Aprs une dizaine dannes passes dans leslaboratoires universitaires, le Dr Abdesselam Zhiri arejoint lquipe du numro un de laromathrapiescientifique et mdicale pour y diriger la recherche etle dveloppement.

    2

    Quest-ce que laromathrapie scientifique ?

    Laromathrapie scientifique est une sciencequi utilise les mthodes et les techniquesscientifiques du laboratoire pour mettre envidence la relation entre la structure chi-mique des molcules actives des huilesessentielles et leurs activits biologiques.Le terme aromathrapie a t formul en1928, par M. Gattefoss, btisseur de larecherche scientifique sur les huiles essentiel-les. partir des annes 1970, quelques avan-ces scientifiques et thrapeutiques sur leshuiles essentielles, dmontres par des cher-cheurs et des mdecins (tels que Valnet,Belaiche, Duraffourd, Svelinge, Pellecuer,Pnol, Franchomme, Mailhebiau, etc.), ontpermis laromathrapie de se positionner entant que mdecine de lavenir et de sortir deson image dutilisation issue de la tradition.Les chercheurs ont voulu lui donner unevaleur scientifique en tudiant la compositiondes huiles essentielles et en attribuant auxmolcules quelles contiennent des propri-ts thrapeutiques.Une huile essentielle, cest un complexe de

    molcules plus ou moins connues dans ledomaine mdical. Plusieurs spcialits demdicaments en contiennent comme adju-vant, comme aromatisant mais aussi et sur-tout comme principe actif. Il en existenotamment toute une srie base deug-nol, cinole, terpinol, pinnes, menthol etde leurs huiles essentielles, sous diversesformes galniques (sirops, suppositoires,comprims, pommades, etc.).En aromathrapie scientifique, il sagit demettre en valeur les proprits biologiquesen sappuyant sur la composition delhuile essentielle.Prenons le cas de lorigan. Il est riche en car-vacrol et en thymol, des molcules apparte-nant la famille des phnols. Personne,dans le domaine mdical ou biologique, nepeut nier lactivit antibactrienne des ph-nols et, en particulier, celle du carvacrol etdu thymol. Donc, laromathrapie scienti-fique se base sur les proprits des molcu-les contenues dans les huiles essentielles.Ainsi, nous faisons notamment des tudesdirectement en laboratoires, pour montrerlactivit des huiles essentielles sur le plan

    Entretien avec le

    Dr Abdesselam ZhiriDocteur en biotechnologie vgtale

    Chercheur et enseignant en aromathrapie scientifique

    Mme si les huiles essentielles sontconnues et utilises depuis plus de6 000 ans, la recherche scientifiqueactuelle se limite des recherches fon-damentales, phytochimiques ou sur lesproprits biologiques des huiles essen-tielles. Notamment tout ce quiconcerne linfectiologie. Rares sont lesrecherches qui mnent au dveloppe-ment de nouvelles applications dans lesdomaines pharmaceutique et alimen-taire. En outre, leffet thrapeutiquereconnu en mdecine traditionnellerencontre normment de difficultspour tre valu scientifiquement faute de moyen ! et reconnu sur leplan mdical en raison dune lgisla-tion non adapte ! Laromathrapie scientifique met envaleur la composition des huiles essen-tielles et ses proprits mdicinales.

  • 3

    OCTOBRE 2006

    infectieux. Et, si lon cherche vraiment unealternative aux antibiotiques contre le pro-blme de rsistance des bactries, il nefaut pas oublier les huiles essentielles.Elles sont les meilleurs candidats fiablespour relayer les antibiotiques.

    Et, vous lavez dmontr par des tudes ?

    Avec des tudes in vitro sur toutes sortesde germes, que ce soient des souches stan-dards ou des souches cliniques, nous lesavons tudies. Nous avons mme obtenudes rsultats sur des souches rsistantes tout antibiotique. Nous avons publiquelques donnes et avons prsent dansdes congrs certains rsultats sur le staphy-locoque aureus multirsistant.Nous travaillons avec des professeurs duni-versits spcialiss dans le domaine desantibiotiques. Certains parmi eux neconnaissaient pas du tout les huiles essen-tielles ; ils navaient jamais entendu parlerde leurs effets. Par lintermdiaire des tu-diants qui prparent leur thse, nous avonscollabor pour tester des huiles essentiel-les ; certains chercheurs ont t agrable-ment surpris par leur pouvoir.

    Pourquoi ?

    Un professeur ma tlphon, un aprs-midi, et nous avons discut pendant plusdune heure. Je lui ai dcrit ce que je lui

    avais donn comme extrait de plante (huileessentielle). Il narrivait pas croire auxrsultats quil avait obtenus. Il avait lhabi-tude de tester des antibiotiques et, dans lejargon des antibiotiques bactriostatiques etbactricides, on parle de mesure de leurefficacit en logs. Il observe gnralementune chute de la population bactrienne de3 4 logs avec les bons antibiotiques. L,en un quart dheure, avec des huiles essen-tielles, il a observ, dun seul coup, unechute de 7 logs. Il nen revenait pas. Ctaitpour lui quelque chose dextraordinaire.

    Ctait avec des huiles essentielles dorigan ?

    Il y avait toute une srie dhuiles essentiel-les. Je ne veux pas divulguer prcismentde quelles huiles il sagissait ! Nous avonstudi les huiles essentielles en fonctionde leur composition ; riche en phnols, enalcools, en aldhydes et ainsi de suite,pour avoir une ide gnrale sur la famillebiochimique qui pourrait avoir un effet.Maintenant, cela fait un an que nous tra-vaillons sur ce sujet avec ce professeur.Nous avons de lavenir ! Aprs un congrsau mois de septembre, ce professeur feraensuite une prsentation dans un autrecongrs aux tats-Unis.

    Quels sont les autres domaines, dans les-quels vous avez dmontr que laromath-rapie scientifique fonctionne trs bien ?

    Dans le domaine de lactivit antimicro-bienne des huiles essentielles, nous avonsgalement des tudes sur les levures etchampignons.

    Donc antifongique ?

    Antifongique, et contre la candidose ga-lement. Nous avons fait des recherchespendant deux ans sur la candidose.Mais depuis maintenant plus de cinq ans,nous travaillons surtout sur un problmetrs important, celui de la toxicit desextraits de plantes et des huiles essentielles.Nous avons lanc un grand programmesur la toxicit des huiles essentielles etnous avons mis au point une techniquede toxicit gntique, que nous avonsappele tude de la gnotoxicit .Nous essayons dtudier la toxicit gn-tique des huiles essentielles sur desmodles de laboratoire, genre drosophi-les ou salmonelles, pour regarder silexiste un pouvoir gnotoxique des huilesessentielles. Et l, cela a t la surprisetotale. La majorit des huiles que nousavons testes non seulement ne sont pasgnotoxiques mais sont plutt antigno-toxiques. Autrement dit, elles prviennentet corrigent mme les aberrations dumatriel gntique dues aux mutagnessynthtiques ou dorigine naturelle. Sur leplan antimutagne et tumoral, cestextraordinaire.

  • 4

    Cela pourrait mme avoir un intrt sur leplan de lantivieillissement ?

    Et bien voil. Antivieillissement. Cest uneexplication scientifique de leffet et desmcanismes daction. Mais surtout,compte tenu de notre alimentation, denotre mode de vie, de la pollution, desmdicaments que lon ingre, il y a ce quelon appelle les xnobiotiques qui interf-rent au niveau cellulaire et excitent la cel-lule pour quelle devienne cancreuse.Nous avons constat que ces huiles essen-tielles agissent plusieurs niveaux pourcorriger ces mutations, soit pour les blo-quer, soit pour les prvenir. plusieursendroits, ces huiles essentielles et lesmolcules quelles contiennent vont agir

    dune manire ou dune autre pour avoirdes effets antignotoxiques.

    Vous travaillez sur des cultures de celluleshumaines ?

    Cest ce que nous faisons depuis deux ans.Nous travaillons en collaboration avec desuniversits. Dans ce cas, nos recherchessont faites en collaboration avec linstitutCurie, section de Recherche Paris, ledpartement de gntique de la facult depharmacie Cordoue, en Espagne, et unlaboratoire de biotechnologie et sant auMaroc. Nous travaillons sur plusieursmodles in vitro (drosophiles, salmonelleset levures) et nous sommes passs desmodles in vivo sur des rats et des souris etgalement sur des modles cellulaires.Depuis 2001, nous avons fait plusieurspublications sur la gnotoxicit et lanti-

    gnotoxicit mais aussi sur la photogno-toxicit et les transformations cytogno-toxiques.

    Existe-t-il dautres domaines sur lesquelslefficacit des huiles essentielles a tdmontre ?

    Nous essayons, toujours en collaborationavec des universits et instituts, de tra-vailler sur des sujets vraiment dactualit