rhythm thief & les mystères de paris

Download Rhythm Thief & les Mystères de Paris

Post on 19-Jul-2015

44 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

Rhythm Thief & les Mystres de ParisIl y a trois ans, une enqute prit fin avec le vol dun tombeau. Aujourdhui, un certain Fantme R hante la capitale franaise, et drobe des uvres dart. Raphal, un jeune tudiant, est la recherche de son pre, qui a disparu sans laisser de traces.

Ces trois histoires ne semblent pas avoir de rapport, et pourtant si.

Alors que Raphal mne une double vie pour enquter sur son pre, un mystrieux personnage se prtendant tre Napolon vient troubler ses recherches. Dautant plus quune fille sort de linconnu, avec une trace ressemblant celle dune piste

PrologueAu dbut du dix-neuvime sicle, pratiquement toute lEurope tait entre les mains dun seul homme : Napolon Bonaparte. Napolon, le plus glorieux des Empereurs de France. Sa devise : Limagination gouverne le monde. ___________________________________________________

Une sombre nuit, il y a trois ans, un vol de corbeaux prvenait le sombre vnement qui allait se drouler, dans le monument des Invalides.

Les gardiens des Invalides clairaient de leur lampe torche les lieux. On leur avait dit que ctait srement le prochain arrt du cambrioleur de Paris. On avait nomm a dun nom difficile retenir. En mme temps, avec toutes les enqutes quils avaient eues, ils ne pouvaient pas tout mmoriser. Lun des policiers se prcipita vers ses camarades rests dans le hall, et cria :

Vite, vite, vite, laide !

Il tomba terre, totalement ttanis, et cria de plus belle :

Le Le Le On a vol le tombeau !

La panique gagna les autres gardiens. Ils se mirent tous clairer au hasard les lieux. Celui qui avait donn lalerte acheva :

Le tombeau de Napolon a disparu !

___________________________________________________

Dans la salle cache des Invalides situe sous le tombeau, une estrade est claire par des flambeaux. Sur des piliers sont graves des ttes de mort, ainsi quun cercle, avec un N majuscule dedans. Un homme adulte, dont lge devait probablement tre situ entre 30 et 40 ans, sapproche lentement, lair serein, du cercueil. Une fois devant, il sarrte, et murmure.

Rveillez-vous mon empereur.

Sur cette appellation, il sincline, dissimulant son visage sous ses longs et pointus cheveux, dun rouge presque irrel.

Le corps de lEmpereur Napolon Bonaparte gt dans le cercueil. Dans son habit blanc mortuaire, parfaitement revt, il dort dun repos ternel.

Lhomme reprend.

Lheure est venue.

Cette phrase tire lEmpereur de son repos, et le fait ouvrir les yeux. Un regard sombre et froid. Il se redresse, devant lhomme inclin. Celui-ci le regarde reprendre sa respiration, en souriant. Il avait russi. Il pouvait mettre un terme sa carrire.

___________________________________________________

Trois annes plus tard

Bien. Donc on se retrouve dans une demi-heure, voire trois quart dheure, devant la cathdrale ?

Javais acquiesc. Hormis Fondue, seules ces deux personnes connaissent ma vritable identit. Il faut dire que peu de gens les regarde normalement. Ils ressemblent un peu des mafieux, avec leurs habits noirs, enfin, cest comme a que je les ai vu au premier abord. Mais tous les trois, on a mont un trio de danseurs. Cette fois, on avait dcid que a serait sur le parvis de Notre-Dame.

Moi et Fondue marchons. Il fait nuit. Il doit tre vers 22 heures, mais cest la Fte de Paris. Le premier soir. Donc tout le monde est debout, et samuse. Cest aussi une des raisons qui nous a pousss, moi et mes amis, faire notre show ce soir. Le reflet de la Tour Eiffel brille dans la Seine, et si ces mouvements de leau ne venaient pas troubler ce miroitement, lillusion dune deuxime Tour serait parfaite !

Les bateaux-mouches prviennent quand ils passent sous un pont, les voitures circulent, et je continue marcher avec mon fidle compagnon. LArc de Triomphe aussi a revtu sa parure brillante, au point que je ne puisse plus voir la flamme du Soldat Inconnu. Je suis maintenant sur la place de lOblisque, derrire la fontaine. Lt dernier, elle a t totalement rnove. Les parties plaques or brillent sous lintense lumire.

Jarrive sur la rue proche de celle o se situe mon appartement. Elle est toute aussi claire que les autres. En passant par un raccourci sous un btiment, je rflchis comment je pourrais me prsenter. Je fais simple.

Je mappelle Raphal.

Jarrive dans ma rue, lentre de la ruelle qui mne chez moi.

Voici Paris. Cest l quest mon appartement.

Je ferme la porte derrire moi, et arrive dans mon repaire. Une musique me passe par la tte. Je claque des doigts pour y mettre un tempo.

Avant, mon pre habitait avec moi. Maintenant, il ny a plus que Fondue et moi dans lappartement. Mon pre disait toujours : il ne fait pas voler.

Dans la salle sombre, je vois quelques-unes de mes dcorations. Si javais un invit, avant dallumer, jaurais dit :

Hum ? Non. Aucune de ces uvres dart ne mappartient.

Jai limpression que la musique est sortie de ma tte, et est diffuse dans la salle. Tout sallume, rvlant un grand nombre douvrages artistiques. Je me cache les yeux, en attendant que toute la pice soit claire. Une fois cela fait, je fais passer lentement ma main sur le ct droit de mon visage, et carte lindex et le majeur, pour que mon il voie ma collection.

Jai un secret. - Wouf !

Fondue me rpond, et je me mets tournoyer, puis faire des chauffements gymnastiques, comme le poirier, sans autre support que le sol en pierre de ma cave. Tout a pour enfiler le costume bleu fonc que Fondue mavait envoy. videmment, chez moi, tout est un jeu, ou presque.

Oui, affirme-je moi-mme. Fantme R.

La veste me tombe dessus. Je lenfile, avec rapidit, puis finis de me vtir. Jai un autre secret, pour enfiler mes vtements rapidement, mais je ne le dvoilerai pas ! Je glisse sur le sol, et marrte, accroupi.

Cest moi.

a y est, il ne reste que Jattrape mon chapeau, et lance :

Fondue, allez, viens !

Je lenfile, en criant, heureux et enjou lide de ce qui mattend.

Que le spectacle commence !

___________________________________________________

Nous sommes tous les trois sur scne -trs colore, dailleurs- les mafieux et moi. On va faire notre show.

On a travaill une chorgraphie assez simple, mis on ne cherche pas la clbrit, ou laumne. Cest juste une partie de plaisir. Le tout sur une chanson anglaise, que des artistes de rue veulent bien jouer. Aprs tout, cest la fte de Paris, on lanime encore plus !

Je me sens transport dans tout Paris, avec cette ambiance de fte de grande ampleur. Vous savez, ces ftes qui semblent ne jamais sarrter. Une musique rythme, une chor excellente, et un lieu magnifique. Jai limpression de danser sur lArc de Triomphe, au pied de la Tour Eiffel, et mme sur un bateau-mouche. La cathdrale Notre-Dame est magnifique, elle aussi, avec toutes ces lumires. Avec les gars, cest sr quon assure ! Le public devient totalement hystrique. Mais la dernire partie -on a divis le show en trois-, une difficult simpose : le rythme acclre ! Tous les trois, on se dchane ! Au final, un public en furie, et un trio essouffl.

On en refera une, hein ? - No problemo, cest toi qui commande !

Ils me font un clin dil, et on se spare.

Jai lhabitude de venir les voir quelques heures, quelques jours parfois, avant un spectacle quon doit donner. Et parfois, cest eux qui viennent. On est trs souds, tous les trois.

Chapitre 1 : Rencontre fortuiteEn rentrant lappartement, je me rappelle la raison de ma carrire de Fantme R. Il y a trois ans Non, je ne prfre pas y penser. Pourtant

___________________________________________________

Papa ! Attends !

Je criais, dans lespoir de le retenir. Une seconde, une heure, plus longtemps ! Je ne voulais pas quil parte ct de lui, la voix dchire par les sanglots, je demandai :

Comment a tu ne reviendras pas ?

Et lui mavait rpondu :

Pardonne-moi, Raphal.

Pardonner quoi ? Comment a ?

O vas-tu, continuais-je, comment peux-tu mabandonner ?

Voyant quil ne rpondait pas, je criai :

Papa !!!

___________________________________________________

Jessuie une larme sur le coin de mon il. Pas le temps de penser a, jai du travail. Nous sommes arrivs. Je jongle avec une pice, devant Fondue, dans ma cave. La voix lgrement trouble, je lui dis :

a fait trois ans que mon pre a disparu.

Je jette ma pice en lair, en tenant un peu mon chapeau sur le visage.

Mais aujourdhui, jai une piste, hein, Fondue ?

Je rajuste mon chapeau sombre.

Il a laiss une pice, avec une marque trange.

Je rattrape ladite pice, en faisant un petit saut, puis en tournoyant sur moi-mme, je me baisse au niveau de Fondue. Je la lui montre, en annonant :

Il y a un bracelet, qui est expos au Louvre, avec exactement la mme marque ! - Wouf ? me fait Fondue, peu convaincu.

Je lui explique, en montrant un journal :

Si jarrive mettre la main sur ce bracelet je russirai peut-tre retrouver mon pre !

Je me cache derrire le journal, pour que Fondue -bien quil ne sache pas lire- puisse mieux comprendre. Mais je pense quil avait saisi ce que je lui avais annonc. Je baisse le journal, et demande mon chien chien, contre-jour, pour jouer leffet de lumire.

Alors, quest-ce que tu dis de a, Fondue ?

Il fait quelques bruits bizarres, montrant son approbation. Je lui souris, et le caresse. Il est mignon, avec son poil court et blanc, et sa tache marron sur lil gauche -du mme marron que sa truffe. Mais ce que jaime le plus sur son apparence, cest sa cape rouge, quil avait lorsque je lai eu.

Wouf !

Je me relve, et nous allons dans ma chambre. Je massois sur le lit,