d'arcitecture natalie seroussi

Download d'arcitecture natalie seroussi

Post on 09-Mar-2016

217 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

article sur le concour à meudon

TRANSCRIPT

  • Architecture, rayon passementerie Six propositions pour le pavillon Seroussi par Richard Scoffier

    la Maison Rouge a prsent cet t Paris les six pro-positions d'une consultation lance par la galeriste Natalie Seroussi afin de concevoir un pavillon pour abri-ter sa collection d'art contemporain, ainsi qu'un appar-tement de deux chambres. Des rponses qui suscitent un certain nombre de questions.

    La construction est prvue Meudon, dans l'ancienne proprit d'Andr Bloc, le lgendaire fondateur de L'Architecture d'Aujourd'hui. Un personnage nigma-tique qui, dans les colonnes de sa revue, dfendait une architecture aussi orthonorme que fonctionnelle, notamment les uvres de Mies van der Rohe et de Richard Neutra, pour s'adonner, dans son jardin, la construction de sculptures-habitacles, opaques et inertes, voquant des labyrinthes, des termitires ou encore des dcors expressionnistes comme ceux du Cabinet du docteur Caligari. Cette manifestation reven-dique son parrainage posthume et trouve ses prmices dans le catalogue de l'exposition Architecture non-standard qui voyait dans le numrique non un simple outil mais l'expression d'un nouveau rapport au monde. rensemble des participants choisis par lias Guenoun, l'organisateur de la consultation, pr-tendent emprunter le passage qui, travers la diss-mination gnralise de l'outil informatique, permet-trait d'aller directement de la conception la produc-tion. Certains affirment mme ne pas rester tribu-taires du rel et pensent pouvoir le manipuler directe-

    40 D'ARCHITECTURES 167 - OCTOBRE 07

    ment, l'aide de leurs logarithmes et de leurs logiciels, en dupliquant ses modalits de rgnrescence ... Les rponses sont trs diffrentes. La proposition de Gramazio & Kihler se dtache trs nettement par sa rigueur, tandis que les autres projets (notamment les laurats, Dora et EZCT Architecture) semblent plutt broder de manire plus ou moins virtuose partir des exprimentations inities, il y a plus de vingt ans, aux tats-Unis.

    ROBOT

    Gramazio & Kihler prsentent un objet et un pro-cessus de fabrication hrits de recherches et de rali-sations antrieures. robjet est relativement classique, il pourrait tre compar sans mal au pavillon de Barcelone de Mies van der Rohe. l'organisation centrifuge et orthonorme des murs d'onyx, dtermi-nant imprativement les parcours, se substitue un cur centripte en brique, compos de parois hyper-boliques, insr dans une enveloppe extrieure rec-tangulaire et uniformment vitre. Les murs internes, parfois ajours, dterminent deux types d'espaces. Au centre, le noyau servant supporte la toiture en bton, creuse et perce de multiples oculus, et rassemble, entre ses surfaces convexes, les circulations et les pices fonctIOnnelles (cuisine, salle de bains, salle de projection). la priphrie, se succdent les espaces servis concaves, formant autant d'alcves polyva-lentes ouvertes sur le paysage.

    Gramazio & Khler : un objet classique, qui n'est pas sans rappeler le pavillon de Barcelone de Mies van der Rohe.

    /\ V Les sculptures-habitacles en pltre d'Andr Bloc, dans son jardin de Meudon.

    V > Gramazio & Khler

    '.\

    ~ ~ J > Les lments sont mis en place avec prcision par un robot, l'aide de colle.

    V Xefirotarch : la perspective des circulations en corch voque le squelette d'un dinosaure.

    JURY :

    CLAUDE PARENT, TERI WEHN DAMISCH, ANDREA BRANZI, ALAIN BUBLEX, CHRISTI

    BENILAN, MARCEl BRIENT, NICCOLO BALDASSINI.

    CAlfNDRltR

    > SEPTEMBRE 2006 : PRSLECTION DES ARCHITECTES SUR DOSSIER (13 PRtStLEC 6 RETENUS). > DtCEMBRE 2006 ENVOI DU CAHIER DES CHARGES.

    ENVOI DES PROJETS EN DEUX PHASES :

    > 12 AVRIL 2007 : DESSINS EN FORMAT NUMRIQUE (POUR LA PUBLICATION DU CATALOGUE DE t'EXPOSITION). > 26 AVRIL 2007 : MAQUEDE ET VERSION PAPIER DES PLANCHES.

    > 30 MAI 2007 : RtUNION DU JURY

    > 31 MAI-16 SEPTEMBRE2007: EXPOSITION A LA MAISON ROUGE A PARIS.

    NOVEMBRE-DCEMBRE 2007 (DATES CONFIRMER) EXPOSITION A L'ARCHITECTI ASSOCIATION A LONDRES.

    V Biothing : une cume compose de bulles, rappelant une coque (

    D'ARCHITECTURES 167 OCTOBRE

  • MAGAZINE

    > Dora, l'un des deux projets laurats, des dispositifs renvoyant l'embryogense des formes animales ou vgtales.

    S'adonner sans entrave aux plaisirs solitaires permls par les processus gnrateurs.

    > CONCOURS

    Mais la dmarche est rellement fascinante en ce qu'elle s'attarde minutieusement sur chaque maillon de la chane aSSOCiant la phase de conceptIOn au pro-tocole de mise en uvre. Les parois intrieures en brique ne sont pas dessines pour tre confies, aprs un calepinage sommaire, la main experte d'un ouvrier qualifi. Plus que de plans, il s'agit de vri-tables partitions appelant une excution qui ne sup-porterait aucune mterprtation. La mise en place de chaque lment est prcise au millimtre prs, sans aucune relation au corps ni la gestuelle du poseur, pour tre effectue par un robot, semblable ceux employs dans l'industrie automobile. Ce bras arti-cul, que les concepteurs ont dj utilis plusieurs reprises, notamment pour construire la faade des chais de Gantenbein Flash, n'utilise pas de ciment mais de la colle afin de produire des effets de frisson, d'horripilation de la peau de terre, totalement mdits. Il permet de repenser globalement l'un des modes de construction les plus anciens de l'humanit.

    INSECTES ET OURSINS

    Les autres quipes prennent plus de liberts avec le pro-gramme et l'usage, pourtant passionnant (combinant logements et muse), comme avec les contraintes tech-niques minimales affrentes n'importe quelle construction architecturale, pour mieux s'adonner sans entrave aux plaisirs solitaires permis par les processus gnrateurs. Ainsi, IJP-George L. Legendre, sans doute le plus radical, se refuse mme toute simulation de sa

    42 D'ARCHITECTURES 167 - OCTOBRE 07

    propositIOn. Se rclamant d'un formalisme analytzque ou confondant plus prosaquement moyens et fins, il prsente un systme de notation associant quations, pures de gomtrie descriptive et fragment de maquette pour invoquer un espace capable d'inflexions, de dfor-mations et de modifications priodiques. Xefirotarch, Biothing, Dora et EZCT exprimentent des dispositifs renvoyant l'embryogense des formes animales ou vgtales et incluant accidents et muta-tions. Tests d'oursins, carapaces d'insectes, toile d'arai-gne ou corolle de fleur composent d'improbables chrysalides en attente d'un homme nouveau, dont par-fOIS l'ombre vient hanter les perspectives. Xefirotarch annonce son ambition de manipuler le code gntique de la maison, et donne des images convaincantes de la transformation de sa structure, notamment l'corch qUI prsente une perspective des circulations et voque un squelette de dinosaure. Les marches de l'escalier sont assimiles des cailles osseuses qui s'affinent en fonction de la pente et appa-raissent comme des mutations des dalles plus larges et statiques des planchers. Les pices d'habitation conser-vent cependant leurs gnomes: CUIsine, salle de bains, chambres sont simplement dformes et relies entre elles par des galeries qui ressemblent de longs cou-loirs. Le rsultat rappelle le jeu d'enfant consistant arracher les ailes des msectes. Mais Ici, la morale est sauve. la mouche est VIrtuelle, ses yeux et ses pattes sont simplement sampls pour tre mis en boucle, l'un des procds majeurs de la culture techno. Amusante >

  • MAGAZINE

    1\ EZCT. l'autre laurat un univers pulsatile, une dentelle en 3D qui semble prendre en otage les toiles de Martial Raysse.

    Objets cruels, inaptes accueillir les usages en 'vigueur, sans .lamazs foire la preuve de leur capacit en fovoriser de nouveaux.

    > CONCOURS

    malS un peu vaine, cette propOSItion n'apporte rien quant la gestion de la complexit des rituels et des usages de toute habitation, ce que permettaient pour-tant les capsules zoomorphiques des Archigram et autres Future Systems, il est vrai toujours obsds par la question de l'espace minimum des Modernes. Le projet Biothing s'labore partir du positionnement sur le site de plusieurs ples magntiques dont les ondes s'organisent en corolle en jouant sur leurs effets d'attraction et de rpulSion, tout en tenant compte des interfrences produites par le relief du terrain. Ce dis-positif gnre une cume compose de bulles rappelant des carapaces d'oursins l'intrieur desquelles se dploient des cocons internes. Les espaces dfinis par un cur et un entre-deux priphrique semblent assez intressants, mais rien n'en dmontre l'habitabilit, ce qui d'ailleurs ne semble pas vraiment gner les concep-teurs, plus proccups par la confection d'toffes spa-tiales comme par la manipulation des missions mso-niques et des interactions des champs d'attractivit.

    DENTElLES ET BRODERIES (LAURATS) Dora recouvre alatoirement le site d'une matrice de points selon une trame assez lche qui se condense l'emplacement prvu pour le pavillon, jusqu' provo-quer un foisonnement mtastasique. Ces points sont ensuite relis par des lignes de manire crer des surfaces triangules qui rendent possible l'mergence d'une structure volumtrique. Philippe Morel (EZcr Architecture) est trs sduisant quand il affirme, dans la vido demande chaque qUipe par le rglement du concours, que les math-matiques sont aujourd'hui partout et l11terviennent dans la fabncatlOn du moindre objet. Et le nophyte pourrait s'attendre, en l'coutant, ce que sa

    44 D'ARCHITECTURES 167 - OCTOBRE 07

    proposition consiste minutieusement paramtrer les gestes et les postures des amateurs d'art afin d'labo-rer un espace du regard, un espace de la concentration maximale, associ un espace de vie. Le projet pr-sent n'est en soi pas inintressant: un univers pulsa-tile dont les parois opaques provoquent le resserre-ment d'un espace qui jaillit ensuite verticalement tr